LANGUE BLEUE MALADIE DE LA ou BLUE TONGUE ou FIÈVRE CATARRHALE OVINE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Circulation du virus

La F.C.O. en Afrique

La maladie de la langue bleue n'est pas une nouvelle venue : elle a été décrite en Afrique du Sud vers 1880, et elle y existait depuis des siècles, de même aussi sans doute que dans de nombreuses autres régions d'Afrique. Mais elle n'y attirait guère l'attention, dans un contexte marqué par bien d'autres pathologies des ovins. Peu à peu cependant, au fil de la première moitié du xxe siècle, cette maladie dont on n'avait pas encore mesuré l'importance s'est répandue sur le continent, jusqu'à atteindre les rives de la Méditerranée au début des années 1950. Entre-temps, la manière dont s'infectent les moutons avait été élucidée (R. M. Du Toit, 1944) et à l'institut Pasteur d'Alger, J. Clastrier identifia (1958) l'insecte vecteur. Il s'agit d'un petit moucheron piqueur, Culicoides imicola, décrit dès 1913 par un entomologiste strasbourgeois (J. J. Kieffer), mais à l'époque considéré comme une simple nuisance. Ainsi définie, et même si elle s'avérait capable d'entraîner parfois des mortalités importantes, la maladie n'inquiéta guère : la biologie de son vecteur le limitait aux régions chaudes, et aucun autre mode de transmission n'était connu. Il existe pourtant beaucoup d'autres espèces de Culicoides, mais aucune ne transmettait le virus en région méditerranéenne.

La traversée de la Méditerranée

La situation évolua pourtant. Le Portugal fut atteint dès 1956, l'Espagne en 1960 et la Grèce en 1980. Les variétés du virus (surtout le sérotype 9 dans la partie orientale, le sérotype 2 en Méditerranée occidentale) se sont montrées capables de suivre des expansions limitées de l'aire de répartition de l'insecte vecteur. Rien de bien inquiétant jusqu'à ce que se répande le concept de « réchauffement climatique » et, avec lui, la crainte d'un déferlement de maladies exotiques sur l'Europe. Cette crainte parut se confirmer à partir d'octobre 2000, lorsque le vecteur et la maladie prirent pied en Corse et l'envahirent en quelques années. Un peu plus tard, la même mésaventure survint aux Baléar [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : professeur honoraire à la faculté de médecine, médecin biologiste honoraires des hôpitaux de Paris, membre de l'Académie vétérinaire de France

Classification


Autres références

«  LANGUE BLEUE MALADIE DE LA ou BLUE TONGUE ou FIÈVRE CATARRHALE OVINE  » est également traité dans :

ÉPIZOOTIES

  • Écrit par 
  • Bernard TOMA
  •  • 4 168 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les fluctuations des épizooties »  : […] Toute maladie de type épizootique peut, à tout moment, connaître un nouveau développement et un regain d'actualité. Différents exemples permettent d'illustrer ce danger permanent, qu'il ne faut jamais oublier ou négliger, même, bien sûr, pour celles qui ont été qualifiées « en voie de régression ». La péripneumonie contagieuse bovine avait disparu depuis des décennies des statistiques européennes. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epizooties/#i_17892

VIROSES ANIMALES

  • Écrit par 
  • Jacqueline VIRAT
  •  • 2 576 mots

Dans le chapitre « Viroses ovines et caprines »  : […] Bien que l'on retrouve chez les chèvres et les moutons nombre de virus pathogènes pour les bovins, certains sont cependant spécifiques. L' encéphalomyélite ovine, plus connue sous le nom de looping-ill , est due à un arbovirus. Elle sévit en Grande-Bretagne et en Irlande. On cite chez l'homme des transmissions de laboratoire. L'agent de la fièvre catarrhale du mouton (ou blue-tongue ) est provis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/viroses-animales/#i_17892

Voir aussi

Pour citer l’article

René HOUIN, « LANGUE BLEUE MALADIE DE LA ou BLUE TONGUE ou FIÈVRE CATARRHALE OVINE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/langue-bleue-blue-tongue-fievre-catarrhale-ovine/