LANGAGE, psychanalyse

AGRESSIVITÉ

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 3 100 mots

Dans le chapitre « Pulsion de destruction et pulsion d'agression dans le langage naissant »  : […] Tel n'est pas, cependant, le dernier état de la pensée freudienne : reportons-nous aux Nouvelles conférences de 1932. Si ce texte associe à plusieurs reprises « pulsion de destruction » et « pulsion d'agression », en sorte qu'on serait tenté de les tenir pour équivalentes, il nous apporte aussi cette ultime précision qu'elles diffèrent « quant au but ». Par là, soulignons-le d'emblée, se trouvera […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/agressivite/#i_88865

ARGENT, sémiologie

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 817 mots

L'argent se définissant au sein du système économique comme l'équivalent général des échanges, il importe au premier chef de déterminer ce qui, dans le rapport d'échanges, permet la constitution d'un équivalent monétaire. Tout d'abord, « il s'agit, écrit Marx, de faire ce que l'économie bourgeoise n'a jamais envisagé : il s'agit de fournir la genèse de la forme monnaie, c'est-à-dire de développer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/argent-semiologie/#i_88865

AUTOBIOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Daniel OSTER
  •  • 7 548 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Autobiographie et psychanalyse »  : […] Au moment où l'autobiographe énoncerait le constat de son imaginaire réussite – je parle et je dis cela de moi –, la psychanalyse pourrait lui souffler : ce n'est pas toi qui parles, ou bien : tu parles d'autre chose que tu n'énonces pas, ou encore : tu énonces une chose dont pourtant tu ne parles pas. À l'égard de l'autobiographie, la psychanalyse est essentiellement suspicieuse. Dans Un souven […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autobiographie/#i_88865

CARROLL LEWIS (1832-1898)

  • Écrit par 
  • Jean GATTÉGNO
  •  • 2 947 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le langage remis en question »  : […] Sylvie et Bruno , tout en poursuivant la découverte du monde enfantin – et en l'agrémentant d'une histoire d'amour et de morale passablement ennuyeuse – met en lumière plus clairement l'une des difficultés essentielles que l'enfant rencontre dans ses rapports avec les adultes : la communication. C'est au niveau du langage et du raisonnement que commencent les problèmes. Et ce sont ces deux domaine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lewis-carroll/#i_88865

CONSCIENCE PRISE DE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 1 594 mots

Le paradoxe aurait dû s'imposer depuis Freud : la prise de conscience ne rend pas conscient ce qui ne l'est pas ; elle n'admet (et ne garde) à la conscience claire que ce qui la sert sans la gêner, sans l'humilier, sans la troubler. Si quelque chose l'ennuie, elle le chasse ou s'y efforce. Si quelque chose l'offusque, l'irrite, elle ne l'affronte guère, ou elle ne l'affronte que le jour où elle es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prise-de-conscience/#i_88865

CORPS - Le corps et la psychanalyse

  • Écrit par 
  • Monique DAVID-MÉNARD
  •  • 3 959 mots

Dans le chapitre « Le corps hystérique et la pantomime de la jouissance »  : […] La psychanalyse a commencé lorsque Freud repéra dans les consultations d'hystériques de la Salpêtrière, puis dans le transfert, un autre corps. La spécificité de ce corps de plaisir fut conçue d'abord sur le mode du paradoxe comme une hétérogénéité scandaleuse au regard de la clinique médicale, car rebelle à ses constructions. Dans un article rédigé en français après son stage à la Salpêtrière, « […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/corps-le-corps-et-la-psychanalyse/#i_88865

CULPABILITÉ

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 9 666 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'interdit et l'ordre symbolique »  : […] La portée de l'interprétation œdipienne que Freud donne de la culpabilité apparaît de manière patente quand Lacan met celle-ci en rapport avec la loi et, plus précisément, avec le « point d'insémination d'un ordre symbolique qui préexiste au sujet infantile et selon lequel il va lui falloir se structurer ». Mais, avant d'en venir à cette explication lacanienne, il peut être instructif d'évoquer u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/culpabilite/#i_88865

CULTURE - Culture et civilisation

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 14 332 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Origine de la brillance »  : […] Ainsi retrouvons-nous, généralisée, l'hypothèse avancée par Freud, touchant le narcissisme du langage naissant : « Chez nos enfants et chez les adultes névrosés, comme chez les primitifs, écrivait-il dans Moïse et le monothéisme , nous retrouvons le phénomène mental que nous avons appelé « croyance en la toute-puissance des pensées ». Il s'agit là, à notre avis, d'une surestimation de l'influence […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/culture-culture-et-civilisation/#i_88865

ENFANCE (Les connaissances) - Enfant et psychanalyse

  • Écrit par 
  • Colette MISRAHI
  •  • 5 207 mots

Dans le chapitre «  Le symptôme et la parole »  : […] Or, ce symptôme reste à comprendre. C'est ici que se situe la plus importante découverte freudienne, portée à son plus grand développement par Lacan et son école. Le symptôme est une manière de parole, et doit être intégré au « discours de l' inconscient ». Car l'inconscient n'est pas le moins du monde un réceptacle réel, un contenant qui aurait un contenu psychologique, une zone bien délimitée du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enfance-les-connaissances-enfant-et-psychanalyse/#i_88865

ÉNONCIATION, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Jean-Yves POUILLOUX
  •  • 1 223 mots

La « cure psychanalytique », ou plus exactement le travail analytique, tel que Freud en a conçu et formulé les règles, est un travail verbal. Prétendre intégrer dans le processus psychanalytique un redressement de comportements anormaux ou déviants fait partie d'une entreprise de dénaturation de la psychanalyse. L'analyste n'a d'autre matériau que ce qui se passe sur le divan, défini comme un lieu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enonciation-psychanalyse/#i_88865

FORNARI FRANCO (1921-1985)

  • Écrit par 
  • Claude AMBROISE
  •  • 971 mots

Né dans un village de l'Italie du Nord – Rivergaro, près de Plaisance –, Fornari devint neuropsychiatre et acquit sa formation psychanalytique auprès de Cesare Musatti, le père de la pensée freudienne à Milan. Mais il était également imprégné de l'œuvre de Melanie Klein et, plus généralement, des travaux de l'école anglaise (Bion en particulier). Cet Italien s'est intéressé à la guerre, qu'il cons […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/franco-fornari/#i_88865

HOMME - La réalité humaine

  • Écrit par 
  • Alphonse DE WAELHENS
  •  • 14 321 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le débat avec Freud »  : […] On l'a déjà dit : le début du présent siècle a vu mûrir lentement deux tentatives majeures de repenser la condition du sujet et la situation de l'homme dans le monde. Elles diffèrent grandement par leur esprit, leurs moyens, leurs fins immédiates et peut-être lointaines, au point qu'on a relevé entre elles, et avec raison, bien des oppositions. Il semble, cependant, que sous un certain angle de vu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/homme-la-realite-humaine/#i_88865

IMAGINAIRE ET IMAGINATION

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 12 540 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'expression onirique : psychanalyse et phénoménologie »  : […] Que l'apport de la psychanalyse freudienne ait été décisif à cet égard, on s'en convaincra d'autant mieux qu'on l'aura plus précisément déterminé sur le terrain qui lui est propre. De toute évidence en effet, Freud n'aurait en rien innové, s'il s'était borné à assigner pour ressort aux processus d'imagination une force pulsionnelle. Une telle conception « dynamique » de l'imaginaire est déjà prése […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/imaginaire-et-imagination/#i_88865

INCONSCIENT

  • Écrit par 
  • Christian DEROUESNE, 
  • Hélène OPPENHEIM-GLUCKMAN, 
  • François ROUSTANG
  •  • 8 260 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Sexualité et langage »  : […] Cette place faite au langage renvoie au problème des relations entre inconscient et sexualité. L'évidence reconnue du fait n'enlève rien aux difficultés théoriques pour articuler ces termes : la sexualité se manifeste de façon constante si l'on entend quelque chose de l'inconscient ; et pourtant de la sexualité dite humaine, quelle prise peut-on prétendre avoir ? Tout d'abord, la découverte de l'i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inconscient/#i_88865

INTERDIT

  • Écrit par 
  • Claude RABANT, 
  • Pierre SMITH
  •  • 6 123 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les trois interdits fondamentaux »  : […] « Pour fixer les termes, écrit Freud dans L'Avenir d'une illusion , nous appellerons refus le fait qu'une pulsion ne puisse être satisfaite, interdit la disposition qui établit ce refus, et privation l'état qui en découle. » Il faut distinguer, ajoute-t-il, entre les interdits culturellement variables, locaux ou particuliers, qui ne touchent qu'une catégorie sociale, et les interdits fondamentaux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interdit/#i_88865

LACAN JACQUES (1901-1981)

  • Écrit par 
  • Patrick GUYOMARD
  •  • 6 767 mots

Dans le chapitre « L'algorithme et le signifiant »  : […] Lacan emprunte à Ferdinand de Saussure le terme de « signifiant », en le subvertissant à peu près complètement. L'homologie des structures devait le mener à théoriser celle de l'inconscient à partir de l'algorithme saussurien ( signifiant/signifié ), dans la mesure où il était lui-même un élément de la structure du langage. Saussure inscrit le signifiant en regard du signifié comme l'autre face in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-lacan/#i_88865

LINGUISTIQUE ET PSYCHANALYSE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MILNER
  •  • 7 201 mots

La question des rapports entre la psychanalyse et la linguistique est compliquée par deux facteurs. D'une part, ces rapports ont évolué ; ils ont en effet été si profondément transformés par l'œuvre de Jacques Lacan qu'on peut parler à cet égard de coupure. D'autre part, ces rapports ne sauraient se ramener à un type unique. En fait, il convient de distinguer quatre questions : la question de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-et-psychanalyse/#i_88865

MANNONI OCTAVE (1899-1989)

  • Écrit par 
  • François ROUSTANG
  •  • 1 260 mots

Pour comprendre l'importance et l'originalité de l'œuvre d'Octave Mannoni, il faut la situer avec son auteur dans la petite histoire de la psychanalyse française. Lorsqu'il commence son analyse avec Jacques Lacan en 1945, ce n'est pas un jeune homme en quête d'avenir qui se présente. Sa formation intellectuelle et personnelle est achevée. Il a été professeur de philosophie à Madagascar, puis il y […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/octave-mannoni/#i_88865

NARCISSISME

  • Écrit par 
  • Michèle MONTRELAY
  •  • 4 743 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le stade du miroir et l'image du corps »  : […] L'œuvre de Jacques Lacan s'est ouverte par la reprise de cette question. Le moi, dit Lacan, n'est pas d'emblée instance « désexualisée » de synthèse, d'adaptation à la réalité. Il prend son origine dans la captation de l'enfant par sa propre image, expérience qui ne cessera plus de projeter son ombre sur le monde environnant. À la naissance, l'enfant ne possède aucune maîtrise tonique et motrice d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/narcissisme/#i_88865

OBSESSION ET NÉVROSE OBSESSIONNELLE

  • Écrit par 
  • Octave MANNONI
  •  • 3 236 mots

Dans le chapitre « La névrose obsessionnelle d'après « L'Homme aux rats » »  : […] L'unité de la névrose obsessionnelle ne se révélant que dans l'interprétation unique que Freud a donnée de ses nombreuses formes, une description purement symptomatologique nous égarerait. L'exposé de 1909, Bemerkungen über einen Fall von Zwangsneurose , qu'on désigne généralement sous le nom de « L'Homme aux rats » et où pour la première fois une névrose de ce type a été interprétée, forme un tou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/obsession-et-nevrose-obsessionnelle/#i_88865

ŒDIPE COMPLEXE D'

  • Écrit par 
  • Claude RABANT
  •  • 5 298 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La Loi primordiale »  : […] Cette nécessité, qui apparaît comme le pivot même du complexe d'Œdipe, pose la question de la loi qui la prescrit : non plus seulement des forces dont le jeu fixe à l'œdipe ses destins, mais de ce qui impose à ce jeu sa règle ; non plus seulement des formes du complexe, mais de ce qui impose à la pulsion sexuelle une forme déterminée par la culture, de ce qui lui prescrit un cours qui n'a rien à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/complexe-d-oedipe/#i_88865

ORDRE SYMBOLIQUE

  • Écrit par 
  • Alexandre ABENSOUR
  •  • 1 396 mots

Dans le chapitre « Ordre symbolique et désir »  : […] Jacques Lacan fera son miel de cette dimension inconsciente d'une structure, qui se définit chez lui expressément comme un « ordre » : « La découverte de Freud est celle du champ des incidences, en la nature de l'homme, de ses relations à l'ordre symbolique » ( Écrits , 1966). La référence à la langue est toujours présente, puisqu'il s'agit de réinterpréter les catégories freudiennes de condensat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ordre-symbolique/#i_88865

PHALLUS

  • Écrit par 
  • Claude CONTÉ, 
  • Maurice OLENDER, 
  • Moustapha SAFOUAN
  •  • 5 741 mots

Dans le chapitre « Le phallus, signifiant du désir »  : […] Nulle part le vivant sexué ne se trouve plus totalement confronté à la question de son être que là où il rencontre l'autre par excellence, celui que la différence sexuelle sépare de lui. Or, on peut dire que la reproduction sexuée apporte au vivant la mort, puisqu'elle le prive de l'immortalité du protiste en même temps qu'elle fait de l'individu le porteur contingent, voire l'appendice, du stock […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phallus/#i_88865

PSYCHANALYSE

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 17 217 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Historicité du symbolique »  : […] Ici se trouve fixé le point d'ancrage de la formalisation. Huit ans après une première évocation du temps logique, le Discours de Rome – « Fonction et champ de la parole et du langage » (1953) – en soulignait la valeur d'anticipation, pour marquer le rôle auquel sont appelés dans une théorisation rigoureuse de la psychanalyse l'algèbre de Boole et la théorie des ensembles. « La mathématique, écrit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse/#i_88865

PSYCHOSE

  • Écrit par 
  • Pierre FÉDIDA, 
  • Pierre JUILLET, 
  • Hélène STORK
  •  • 10 030 mots

Dans le chapitre « Hypothèses étiopathogéniques contemporaines »  : […] L'origine des psychoses infantiles, comme celle de la schizophrénie, reste encore inconnue. Il est, de toute façon, probable qu'elle ne relève pas d'une étiologie univoque, mais qu'une pluralité de facteurs peuvent être en cause. Les recherches sur ce sujet sont effectuées dans deux grandes directions : les études organo-génétiques et les études psychogénétiques. Les recherches génétiques, biochim […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychose/#i_88865

REFOULEMENT

  • Écrit par 
  • Pierre FISZLEWICZ
  •  • 3 618 mots

Dans le chapitre « Le refoulement originaire »  : […] « L'oracle dit à Agamède et Trophonios : Le septième jour, votre désir le plus cher sera exaucé. Le septième jour, ils furent tous deux trouvés morts dans leur lit. » Jusqu'en 1915, Freud est entièrement occupé par sa découverte fondamentale sur les manifestations de l'inconscient. Il n'en pose pas moins dès le début de son œuvre la question de l'inné et de l'acquis d'une part, celle de la constit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/refoulement/#i_88865

RÊVE

  • Écrit par 
  • Jean-François LYOTARD
  •  • 4 217 mots

Dans le chapitre « La finalité du rêve »  : […] Ces écrasements de choses vues, entendues, ces amputations de paysages, ces ablations et ces collages de visages et de corps, ces anachronies de personnages, de lieux, de conduites, ce sont des balayages de la surface des pensées du rêve par des flux d'énergie libidinale. La raison du rêve, c'est la dépense énergétique. A-t-elle une finalité ? Assurément, dit Freud : le rêve accomplit le désir qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reve/#i_88865

SEXUALITÉ, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Claude CONTÉ, 
  • Moustapha SAFOUAN
  •  • 4 976 mots

Dans le chapitre « Sexualité et langage »  : […] Cette difficulté se trouve repérée très tôt dans l'œuvre de Freud et revient à la question de la possibilité de la représentation de l'identique et du différent dans le psychisme. Dans la Traumdentung , par exemple, Freud est amené à construire le schéma d'un appareil psychique qui puisse rendre compte de la figuration dans le rêve d'un désir comme accompli (satisfaction hallucinatoire) ; il pose […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sexualite-psychanalyse/#i_88865

SUJET

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 3 607 mots

Dans le chapitre « Sujet, moi et parole »  : […] Et de fait – telle est bien la difficulté de cette conception du sujet – , l'au-delà toujours problématique auquel je n'ai accès qu'à travers les coupures de l'intersubjectivité finit par se résorber dans son lieu de naissance : le « sujet pur », le « creux de recel » des signifiants, l'Autre. Pour donner donc une quelconque surface à ce sujet transmoïque, qui ne cesse de disparaître, Lacan est ob […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sujet/#i_88865

SYMBOLIQUE, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Jean-Claude SEMPÉ
  •  • 393 mots

Le mot « symbolique » est employé sous sa forme substantive par Freud dans L'Interprétation des rêves  : il désigne les symboles ayant une signification constante tels qu'on peut les retrouver dans certaines productions de l'inconscient et notamment le rêve. La cinquième section du chapitre  vi de L'Interprétation est consacrée à la « figuration par symboles en rêve » : c'est ainsi qu'on y voit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolique-psychanalyse/#i_88865

TROPES, linguistique

  • Écrit par 
  • Michel BRAUDEAU
  •  • 1 310 mots

La taxinomie des ornements rhétoriques (il faut bien avoir recours à cette périphrase, puisque, dès les Anciens, on estime que le trope porte sur le mot, et la figure sur le groupe de mots) pose des problèmes tant historiques (l'histoire des classements) que théoriques (le fondement des classements). En cette matière, les deux extrêmes sont imaginables : depuis l'énumération fastidieuse de chaque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tropes-linguistique/#i_88865