LANGAGE (notions de base)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les mots et les choses

Dès la philosophie grecque, deux approches ont pu être théorisées. La première repose sur l’absence de dissociation entre les mots et les choses, la seconde sur une séparation radicale entre les uns et les autres.

La première approche prend racine dans une conception magique ou infantile du langage, ou encore dans ce qu’on a pu qualifier d’« obstacle épistémologique ». L’idée selon laquelle la ville de Rome avait un nom secret jalousement gardé par les Pontifes (les membres des collèges sacerdotaux de la religion romaine) et que la connaissance de celui-ci aurait donné aux ennemis de Rome la capacité de détruire la cité est un exemple de conception magique du langage. De même, l’enfant, chez qui se manifeste la pensée magique, caractéristique psychologique du jeune âge, est intimement convaincu que la connaissance d’un nom donne un réel pouvoir sur la chose nommée. Enfin, dans l’histoire des sciences, un épistémologue tel que Gaston Bachelard (1884-1962) montre qu’une science encore jeune, même si elle nous éloigne apparemment de la pensée magique archaïque, ne suffit pas à empêcher les hommes d’être menacés de régression : « Il suffit que nous parlions d’un objet pour nous croire objectifs », écrit-il dans La Psychanalyse du feu (1938).

Ces conceptions magiques, infantiles, ou préscientifiques, ont connu en Grèce une forme de théorisation avec les philosophes cyniques. Antisthène (env. 440-env.-370 av. J.-C.) a poussé à sa limite cette conception où langage et réalité se confondent. Il remarque : « Tout discours est dans le vrai ; car celui qui parle dit quelque chose ; or celui qui dit quelque chose dit l’être, et celui qui dit l’être est dans le vrai. » Parler consisterait selon cette approche non pas à « parler de », mais à « dire quelque chose ». Il n’y aurait aucun milieu entre ne rien dire et dire vrai.

À l’opposé, nous trouvons l’hypothèse d’une séparation radicale entre les mots et les choses. Elle suppo [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages





Écrit par :

  • : professeur agrégé de l'Université, docteur d'État ès lettres, professeur de khâgne

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Philippe GRANAROLO, « LANGAGE (notions de base) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/langage-notions-de-base/