LANGAGE (FONCTIONS DU)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Théorie de l'énonciation et théorie des actes de langage

Dans la seconde moitié du xxe siècle, deux courants majeurs défendent à leur tour une approche essentiellement communicative du langage : les théories de l'énonciation d'une part, la théorie pragmatique des actes de langage d'autre part. Toutes deux insistent sur l'importance de la dimension intersubjective dans la construction de la signification. Les théories de l'énonciation (en particulier à travers les travaux d'Émile Benveniste et d'Antoine Culioli) s'efforcent de décrire les traces de l'inscription, dans le système même de la langue, de ses conditions d'utilisation. Tout énoncé comporte en effet des termes qui renvoient non pas à des référents extralinguistiques, mais à l'acte d'énonciation lui-même. L'émetteur, le récepteur, le lieu et le moment de l'énonciation se trouvent pour ainsi dire « mis en scène » dans l'énoncé, où ils définissent un système de « coordonnées énonciatives » permettant le calcul des diverses valeurs référentielles personnelles, modales, spatiales et temporelles. Pour les tenants de la théorie pragmatique des actes de langage (John Austin, John Searle, Peter Strawson), la signification complète d'un énoncé résulte, par-delà la signification littérale induite par le lexique et la forme syntaxique de l'énoncé, de la valeur de l'acte illocutoire traduit par l'énoncé (c'est-à-dire du type d'acte accompli par l'émetteur en direction du récepteur, à travers l'énoncé : demande, promesse, menace, etc.) ainsi que de la valeur de l'acte perlocutoire auquel correspond l'énoncé (c'est-à-dire du type d'effet que l'émetteur entend produire sur le récepteur grâce à l'énoncé : émotion, intimidation, agacement, admiration, etc.).

De son côté, la dimension représentationnelle du langage connaît également des adeptes tout au long du xxe siècle. Le courant dit « psychomécanique » du linguiste Gustave Guillaume, à qu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

8-18 décembre 1981 • France • Changement de direction au C.N.P.F.

en « partenaire » plutôt qu'en adversaire. Le 9, il réitère ses propos au cours de sa première intervention télévisée depuis le 10 mai, affirmant qu'il doit « n'y avoir qu'un seul langage ». Le 15, l'assemblée générale du C.N.P.F. désigne Yvon Gattaz comme successeur à François Ceyrac, président sortant. Cette [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Catherine FUCHS, « LANGAGE (FONCTIONS DU) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/langage-fonctions-du/