LAMARCK JEAN-BAPTISTE DE MONET chevalier DE (1744-1829)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une vocation imprévue

Jean-Baptiste Pierre Antoine de Monet, chevalier de Lamarck, naquit le 1er aôut 1744 à Bazentin-le-Petit (Somme) ; il quitta le collège de Jésuites d'Amiens dès la mort de son père, en 1760, pour prendre rang dans l'armée ; mais il dut très vite, à la suite d'un accident, renoncer au métier des armes.

Pendant quatre ans, ne disposant que d'une maigre pension complétée par un appointement de petit employé de banque, Lamarck poursuivit à Paris des études médicales et songea même, pour un temps, à une carrière musicale. Sa rencontre fortuite et ses herborisations avec Rousseau le décidèrent, à vingt-quatre ans, à se consacrer à des travaux botaniques. Il publia, en 1778, une Flore française qui lui valut une gloire immédiate, concrétisée l'année suivante par son élection, à trente-cinq ans, à l'Académie des sciences.

Devenu botaniste du Roi, en 1781, il est chargé, peu après, des humbles fonctions de conservateur de l'herbarium des Jardins royaux ; mais il exerça, en dépit de sa position subalterne, une grande influence sur les décisions de la Convention, lors de la fondation du Muséum national d'histoire naturelle (1793).

Une œuvre monumentale

Lamarck accomplit alors une conversion extraordinaire, qui devait avoir des conséquences considérables ; à cinquante ans, il devint professeur de zoologie au Muséum, chargé d'enseigner la zoologie des Invertébrés, ce qui était une tâche difficile, compte tenu des connaissances de l'époque. E. Geoffroy Saint-Hilaire occupait, pour sa part, la chaire des Vertébrés. Le labeur colossal qu'il accomplit le conduisit à publier en 1801 la première édition du Système des animaux sans vertèbres. Enfin, malgré ses difficultés pécuniaires, Lamarck réussit, par son travail et ses méditations, à formuler la première théorie de l'évolution organique dans la Philosophie zoologique (1809), dont la rédaction laborieuse n'excuse pas le peu de cas qu'en firent ses contemporains.

Critiqué violemment par Cuvier qui lui reproche de construire « de vastes édifices sur des bases imaginaires », souvent raillé, malgré une œuvre consid[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : ancien professeur à la faculté des sciences de Paris, ancien directeur du laboratoire de génétique évolutive et de biométrie du C.N.R.S.
  • : professeur des Universités, université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  LAMARCK JEAN-BAPTISTE DE MONET chevalier DE (1744-1829)  » est également traité dans :

LAMARCK (J.-B. de) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal DURIS
  •  • 470 mots

1744 Naissance, le 1er août, de Jean-Baptiste-Pierre-Antoine de Monet, chevalier de La Marck (dit Lamarck) à Bazentin-le-Petit (Somme). 1778 Lamarck publie la Flore française. Cet ouvrage sera réimprimé en 1795 puis remanié en 1805 par A.-P. de Candolle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lamarck-j-b-reperes-chronologiques/#i_7137

PHILOSOPHIE ZOOLOGIQUE (J.-B. de Monet de Lamarck)

  • Écrit par 
  • Pascal DURIS
  •  • 231 mots
  •  • 1 média

Fondateur de la paléontologie des invertébrés, le naturaliste français Jean-Baptiste de Monet de Lamarck (1744-1829) se convainc que les êtres vivant actuellement sur Terre dérivent de formes plus anciennes par une transformation lente et irréversible. En se répandant à la surface du globe, les espèces vivantes ont été soumises aux diverses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophie-zoologique/#i_7137

HISTOIRE NATURELLE DES ANIMAUX SANS VERTÈBRES (J.-B. de Monet de Lamarck)

  • Écrit par 
  • Laurent LOISON
  •  • 1 392 mots
  •  • 1 média

En 1815 paraissait le premier des sept volumes d’une des œuvres majeures du zoologiste français Jean-Baptiste Pierre Antoine de Monet, chevalier de Lamarck (1744-1829) : l’Histoire naturelle des animaux sans vertèbres. Celle-ci constitue la première synthèse de grande ampleur concernant le vaste monde des animaux dépourvus de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-naturelle-des-animaux-sans-vertebres/#i_7137

BIOLOGIE - L'être vivant

  • Écrit par 
  • Andrée TÉTRY
  •  • 8 178 mots
  •  • 3 médias

année 1802, le mot « biologie » figure dans l'Hydrogéologie de J.-B. Lamarck ; la physique terrestre comporte trois parties : « La première doit comprendre la théorie de l'atmosphère, la météorologie, la deuxième, celle de la croûte externe du globe, l'hydrogéologie ; la troisième enfin, celle des corps vivants, la biologie. » Son cours de 1812 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biologie-l-etre-vivant/#i_7137

CLASSIFICATION DU VIVANT

  • Écrit par 
  • Pascal DURIS, 
  • Pascal TASSY
  •  • 7 195 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La question de l'espèce »  : […] Autour de 1800, le rejet de la chronologie biblique, qui attribuait 6 000 ans d'âge à la Terre, prépare un changement de paradigme dont Jean-Baptiste Lamarck est l'artisan. Élève de Buffon, Lamarck est d'abord comme lui convaincu que les espèces sont filles de la nature et que « leur existence ne dépend pas de notre opinion, comme celle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/classification-du-vivant/#i_7137

ESPÈCE, biologie

  • Écrit par 
  • Jean GAYON
  •  • 4 763 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Du sens philosophique au sens biologique de la notion d'espèce »  : […] cela aurait pu être fatal à une vision réaliste de l'espèce biologique. Darwin, comme Lamarck (1744-1829) avant lui, ont en effet adopté une position nominaliste sur la question de l'espèce, considérant qu'en toute rigueur les espèces n'existent pas et que seuls les individus existent. Dans la conclusion de son ouvrage phare L' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espece-biologie/#i_7137

ÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 15 100 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Naissance de l'idée d'évolution  »  : […] C'est au tournant du siècle que le pas est franchi, en premier lieu par Jean-Baptiste Antoine de Monet de Lamarck (1744-1829). La pensée de ce naturaliste, longtemps proche de Buffon, n'est pas aisée à cerner, d'autant qu'elle a varié au cours de sa carrière, et qu'en outre elle a souvent été mal interprétée et déformée par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evolution/#i_7137

FLORE, ouvrage botanique

  • Écrit par 
  • Gérard AYMONIN
  •  • 2 187 mots

Dans le chapitre «  Les documents anciens »  : […] de M. D. Johren (1710) ou de E. J. Van Wachendorff (1747), il faut en réalité attendre la Flore françoise (1778-1779) de J. B. Monet, chevalier de Lamarck pour que soit généralisée, méthodiquement, à l'ensemble de la flore d'un pays, l'utilisation des oppositions deux à deux de caractères, système dit des clés dichotomiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/flore-ouvrage-botanique/#i_7137

GENERELLE MORPHOLOGIE DER ORGANISMEN (E. Haeckel)

  • Écrit par 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 1 137 mots
  •  • 1 média

finalité. Paradoxalement, l’évolution haeckelienne est ainsi plus proche de celle de Lamarck, qui lui aussi concevait l’évolution comme une complexification sans finalité, que de celle de Darwin. Cela apparaît notamment dans la théorie de la récapitulation, appelée par Haeckel la « loi biogénétique fondamentale », qui constitue l’idée la plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/generelle-morphologie-der-organismen/#i_7137

GÉOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • François ELLENBERGER
  •  • 6 540 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La révolution créatrice du début du XIXe siècle et ses développements »  : […] qui interprète la suite des « mondes » disparus en termes de cataclysmes exterminateurs. Lamarck (1744-1829), surtout en 1809, défend (dans l'abstrait) la thèse opposée d'une transformation graduelle du monde vivant et fonde ainsi la doctrine de l'évolution. Sur le plan géologique, le principe de la datation des couches avant tout par leurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geologie-histoire-des-sciences-de-la-terre/#i_7137

MUTATIONNISME

  • Écrit par 
  • Cédric GRIMOULT
  •  • 2 216 mots

se conforment à un plan visant à faire apparaître l'homme sur la Terre. D'autres chercheurs, suivant en cela Jean-Baptiste Lamarck, estiment que le milieu joue un rôle directeur sur l'organisme, via l'hérédité des caractères acquis. Dans cette hypothèse, les transformations subies par les individus au cours de leur vie seraient héréditaires, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mutationnisme/#i_7137

NÉO-LAMARCKISME

  • Écrit par 
  • Laurent LOISON
  •  • 4 250 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « « Néo-lamarckisme », ambiguïté d'un terme »  : […] Les tribulations des termes « lamarckisme » et « néo-lamarckisme » en sont un bel exemple. Ces termes ont en effet popularisé le nom de Lamarck relativement à des concepts qui tenaient une place mineure chez le naturaliste français. Dès la fin du xixe siècle, ils ont été employés pour désigner des théories de l'évolution qui voyaient dans l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-lamarckisme/#i_7137

PALÉONTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Édouard BOUREAU, 
  • Patrick DE WEVER, 
  • Jean PIVETEAU
  •  • 11 009 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les espèces disparues »  : […] L'œuvre de Lamarck complète celle de Cuvier. Botaniste jusqu'à l'âge de cinquante ans, il devient zoologiste et crée la systématique des animaux inférieurs. Dans l'Histoire des animaux sans vertèbres (1815-1822), tous les fossiles alors connus sont intercalés parmi les formes actuelles. Dans sa Philosophie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paleontologie/#i_7137

VARIATION GÉNÉTIQUE ADAPTATIVE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude BREGLIANO
  •  • 1 909 mots

Dans le chapitre « LE CONSENSUS DOCTRINAL »  : […] siècles, de polémiques souvent passionnées. Deux grandes conceptions se sont opposées. Celle de Lamarck, qui postulait que les variations héréditaires bénéfiques, utiles à l'adaptation, étaient directement induites par les nécessités que le milieu imposait aux organismes : dans le langage des généticiens modernes cela se traduit en disant que le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/variation-genetique-adaptative/#i_7137

VIE

  • Écrit par 
  • Georges CANGUILHEM
  •  • 10 962 mots

Dans le chapitre « La genèse du concept »  : […] biologie était utilisé pour la première fois, et simultanément, en Allemagne par G. R. Treviranus, et en France par Lamarck (in Hydrogéologie), pour revendiquer un statut d'indépendance propre à la science de la vie. Si Lamarck s'est proposé, pendant longtemps, d'écrire un traité intitulé Biologie, c'est parce que, très tôt dans son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vie/#i_7137

Voir aussi

Pour citer l’article

Charles BOCQUET, Pietro CORSI, « LAMARCK JEAN-BAPTISTE DE MONET chevalier DE - (1744-1829) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lamarck-jean-baptiste-de-monet-de/