LAETHEM-SAINT-MARTIN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Laethem-Saint-Martin (Sint-Martens-Latem) est un village belge situé en Flandre, en bordure de la Lys, à huit kilomètres de Gand. Entre 1898 et 1913, ce village fut non seulement la résidence successive de deux générations d'artistes, mais une halte décisive pour leur formation et leur évolution et, par là, un lieu véritablement privilégié sur le parcours qui, en Belgique, va du symbolisme à l'expressionnisme. Au « premier groupe de Laethem » appartiennent le sculpteur et dessinateur George Minne (Gand, 1866 - Laethem, 1941), les peintres Valerius De Saedeleer (Alost, 1867 - Leupegem, 1941), Gustave Van de Woestijne (Gand, 1881 - Bruxelles, 1947) et Albert Servaes (Gand, 1883 Lucerne, 1966). Leur œuvre baigne dans un climat mystique. Leur style antinaturaliste, en quête de concision et de synthèse, leur penchant allégorique au service de la plus pure spiritualité les rattachent au courant du symbolisme international dont ils illustrent la deuxième vague. Constant Permeke (Anvers, 1886 - Ostende, 1952), Gustave de Smet (Gand, 1877 - Deurle-sur-Lys, 1943), Frits Van den Berghe (Gand, 1883-1939) forment le « noyau » du « second groupe de Laethem ». À l'époque de leur séjour assez bref en ce village, ces artistes cherchent leur voie à travers un luminisme attardé et les premiers tâtonnements d'un expressionnisme encore imprégné de symbolisme. C'est après la crise morale infligée par la guerre et les années d'exil qu'ils atteindront la maturité plastique ; leur unité foncière se révélera alors à travers les traits propres à l'expressionnisme flamand dont ils deviendront les figures de proue. Le terme « école de Laethem » est donc inexact, et c'est à tort qu'on l'utilise pour désigner l'expressionnisme flamand. D'ailleurs, le pays de la Lys, réputé pour sa lumière irisée, a attiré de nombreux artistes tout à fait étrangers aux deux groupes, notamment Émile Claus (Vive-Saint-Éloi, 1849 Astene-sur-Lys, 1924), chef de file du luminisme post-impressionniste en Belgique. Art d'épanchement lyrique et sensuel très éloigné de l'esprit de synthèse du premier groupe, comme de la monumentalité fruste du deuxième groupe. Ce n'est donc pas seulement le village de Laethem, mais toute la région qui féconda le langage des peintres, apportant à chacun sa provende. Il n'en demeure pas moins que le caractère rustique des peintres du deuxième groupe, leur manière d'accéder à l'universel à travers le régionalisme, l'importance des relations entre l'homme et la nature, l'insertion des personnages dans un paysage typiquement flamand portent la marque de Laethem. Le nom de ce village est devenu comme le symbole de l'âme flamande.

Le premier groupe de Laethem

Quand George Minne s'installe à Laethem, en 1899, il jouit déjà d'une certaine notoriété. Depuis 1886, il est l'ami de Maeterlinck avec lequel il se trouve en étroite communion d'âme et dont il a illustré des œuvres, il s'est lié avec d'autres poètes symbolistes ; il a exposé à Paris où il fut membre du cercle d'avant-garde, le « groupe des Vingt ». Des thèmes quasi obsessionnels le retiennent sa vie durant : L'Agenouillé, grêle adolescent soutenant à grand-peine un fardeau qui semble être le symbole du destin ; La Mère et l'enfant, que ce soit l'image de la mère pleurant son enfant mort ou l'épisode tragique de la Vierge étreignant le corps sans vie du Christ. Par son ami, l'architecte Henri Van de Velde, Minne a des admirateurs en Allemagne. Il exposera régulièrement à Berlin, à Munich, à la sécession de Vienne. La morphologie de L'Agenouillé, cette « chrysalide humaine », à propos de laquelle on a évoqué L'Enfant prodigue de Rodin, que l'on pourrait aussi rapprocher de L'Agenouillé de Charles Filiger (ou Filliger), marquera la statuaire allemande à travers Wilhelm Lehmbruck. Son œuvre la plus intéressante est La Fontaine aux agenouillés (en marbre, au musée d'Essen, en bronze, dans la cour d'honneur de la Chambre des représentants à Bruxelles, et sur la place publique de Gand), baptisée « la fontaine Narcisse » par le poète Karel Van de Woestijne. En 1907, Minne se fait construire à Laethem une maison qu'il quittera peu. Pendant la Première Guerre mondiale, trois de ses fils étant mobilisés, il se réfugie au pays de Galles, où il sera proche voisin de Van de Woestijne et de Valerius De Saedeleer. Jusqu'en 1921, il s [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LAETHEM-SAINT-MARTIN  » est également traité dans :

GAND

  • Écrit par 
  • Xavier MABILLE, 
  • Hans VAN WERVEKE
  •  • 1 982 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Gand contemporain »  : […] Le rayonnement culturel de la ville est important au début du xx e  siècle. Ainsi, l'école de Laethem-Saint-Martin (du nom d'une localité de la banlieue gantoise) constitue un important courant artistique. La première génération, réunie autour du sculpteur Georges Minne, opère la transition du symbolisme à l'expressionnisme, qu'illustrent, après la Première Guerre mondiale, les grands maîtres de […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Francine-Claire LEGRAND, « LAETHEM-SAINT-MARTIN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/laethem-saint-martin/