LABIÉES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Type étudié : la sauge

Le genre Salvia est l'un des plus riches en espèces, probablement plus de six cents, dont une douzaine sont spontanées en France ; il en existe un très grand nombre autour de la Méditerranée et en Amérique. Différant un peu du lamier blanc, type structural classiquement étudié, la sauge (Salvia pratensis) est particulièrement intéressante par sa morphologie florale.

Sauge

Photographie : Sauge

Photographie

Ici Salvia officinalis L., la sauge officinale (famille des Lamiaceae ou Labiatae). C'est une plante de 60 cm originaire d'Europe méditerranéenne et cultivée depuis l'Antiquité, à feuilles entières de 5 à 10 cm. Elle a de nombreux usages médicinaux, mais c'est un hypertenseur et son huile... 

Crédits : Jean Weber/ INRA/ Flickr ; CC 2.0

Afficher

Sauge des prés : structure de la fleur

Dessin : Sauge des prés : structure de la fleur

Dessin

Structure de la fleur de la sauge des prés, Salvia pratensis : coupe longitudinale et diagramme. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Comme chez presque toutes les Labiées, les tiges ont une section carrée dont les angles épaissis sont formés de cellules collenchymateuses. Les nœuds de la tige, très visibles, portent des feuilles régulièrement opposées et décussées (c'est-à-dire que chaque paire est décentrée à 900 par rapport à celle qui la précède ou la suit) qui peuvent axiller des bourgeons qui développeront latéralement, au niveau des nœuds, de petites touffes de feuilles ou des ramifications. Leur limbe est simple, lobé ou denté, assez rugueux avec une nervation souvent forte et bien apparente ; elles sont fréquemment couvertes de poils (densément tomenteuses, presque toujours odorantes : essences dans des cellules épidermiques chez d'autres Salvia).

L'inflorescence est, dans la plupart des cas, une longue « grappe » terminale, correspondant en réalité à des cymes axillaires latérales groupées en faux verticilles. Chacun de ces « verticilles » comporte à sa base deux bractées opposées parfois très larges et très colorées. La fleur est complète : les cinq sépales, soudés entre eux, forment un calice nettement bilabié ; la corolle pentamère, bleu foncé, comprend à sa base un tube un peu arqué, légèrement plus long que le calice, terminé par deux lobes élargis, l'inférieur en lèvre à trois lobes, le supérieur en casque recourbé. Plaqués au fond du casque, se trouvent le style bifide, saillant, et deux étamines complexes : leur filet, assez court, porte un connectif différencié, avec une branche longue située dans le casque, et une branche courte, basale stérile. Cette structure semble adaptée à la visite des abeilles : ces dernières heu [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Sauge

Sauge
Crédits : Jean Weber/ INRA/ Flickr ; CC 2.0

photographie

Sauge des prés : structure de la fleur

Sauge des prés : structure de la fleur
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Lavandin

Lavandin
Crédits : Michael Busselle/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  LABIÉES  » est également traité dans :

HYSOPE

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 179 mots
  •  • 1 média

Au premier rang des labiées pectorales, l'hysope ( Hyssopus officinalis  L.) renferme 0,3 à 0,9 p. 100 d'essence aromatique à 45 p. 100 de pinocamphone (groupe des camphres), essence toxique, épileptisante à faible dose : 2 g chez l'homme. Elle contient aussi un glucoside, le diosmoside, voisin de l'hespéridoside du zeste d'orange (à rôle de vitamine P), de la marrubiine, un taux important de cho […] Lire la suite

LAVANDES

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 328 mots
  •  • 2 médias

Appartenant à la famille des labiées, la lavande officinale ( Lavandula vera D.C. ou Lavandula officinalis Chaix), la lavande spic ou aspic ( Lavandula latifolia Villars) et les « lavandins » issus de leur croisement ont à peu près les mêmes propriétés médicinales. La lavande stœchas ( L. Stœchas L.), dont l'essence est fortement camphrée, a surtout connu des emplois externes. Si l'essence d […] Lire la suite

LIERRE TERRESTRE

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 352 mots

Plante médicinale commune dans une grande partie de la France et injustement négligée, quoique employée encore çà et là dans l'Ouest, le Berry, le lierre terrestre ( Glechoma hederacea L. ; labiées), appelé aussi « rondelette » ou « courroie de Saint-Jean », jouissait déjà, au xii e siècle, de la réputation de pectorale qu'il a gardée jusqu'à nos jours. Les médecins de la Renaissance y voyaient […] Lire la suite

MARRUBE

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 322 mots

Considéré par J.-E. Gilibert (1798) comme « l'une des meilleures plantes d'Europe », le marrube ( Marrubium valgare  L. ; labiées), « mauvaise herbe » fréquente dans tout le Bassin méditerranéen, était déjà considéré comme le spécifique des affections de l'appareil respiratoire dans l'Égypte et la Grèce anciennes. Le Moyen Âge, qui l'employait couramment dans le traitement des mêmes maux, l'a de s […] Lire la suite

MÉLISSE

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 348 mots

Simple très populaire depuis que les carmes déchaussés de la rue de Vaugirard, à Paris, en composèrent au début du xvii e siècle leur célèbre « eau de mélisse ». Bien que la plante ( Melissa officinalis  L. ; labiées) fût connue des Grecs et des Latins, c'est aux médecins arabes du Moyen Âge que la mélisse doit les indications qui l'ont rendue célèbre jusqu'à nos jours. Le Persan Avicenne (début […] Lire la suite

MENTHE

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 563 mots

Groupe complexe d'espèces, de variétés et d'hybrides, les menthes (famille des labiées) n'ont reçu que très tardivement leur individualité botanique, mais leur parfum les a désignées très tôt à l'attention des hommes : les Égyptiens en cultivaient déjà au ~ xii e  siècle. De l'Antiquité à nos jours, elles ont connu toutes les indications des labiées aromatiques ; Mentha piperata L. et Mentha spic […] Lire la suite

ORIGAN

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 307 mots

Aromate bien connu, aux propriétés médicinales très intéressantes, l'origan ( Origanum vulgare L. ; labiées), appelé le plus souvent « marjolaine », a été confondu autrefois, et même de nos jours, avec la marjolaine vraie ( Majorana hortensis Moench), labiée voisine originaire du Sud-Est méditerranéen et d'Asie occidentale. Les deux plantes ont d'ailleurs à peu près les mêmes emplois. L'origan re […] Lire la suite

ROMARIN

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 444 mots

Plus connu dans l'Antiquité pour son parfum balsamique que pour ses vertus médicinales, cultivé dans les monastères du Nord dès le haut Moyen Âge, probablement dans un but thérapeutique, le romarin ( Rosmarinus officinalis L. ; labiées) accéda au xvi e siècle à une renommée exceptionnelle grâce à la fameuse « eau de la reine de Hongrie » (produit de la distillation de sa macération alcoolique). […] Lire la suite

SARRIETTE

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 248 mots

Aromates de senteur et de saveur assez distinctes, la sarriette des jardins ( Satursia hortensis L.) et la sarriette vivace ( S. montana ) peuvent être confondues pour l'usage thérapeutique. Ces labiées renferment (surtout dans les glandes bien visibles à la loupe sur les feuilles) 0,10 à 0,18 p. 100 d'essence aromatique riche en phénols (surtout carvacrol, isomère du thymol), en cymène et autres […] Lire la suite

SAUGE

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 440 mots
  •  • 1 média

Salvia  : « Celle qui sauve. » Son nom seul résume la confiance immense dont la sauge ( Salvia officinalis  L.  ; labiées) a joui au long des siècles. Plus ou moins confondue par les Anciens avec d'autres labiées aromatiques, cultivée dans les monastères au ix e siècle, elle a été considérée au Moyen Âge comme une herbe omnipotente : « Pourquoi mourrait celui dont le jardin héberge la sauge ? » d […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gérard AYMONIN, « LABIÉES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/labiees/