LA TERRE VAINE, T. S. EliotFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une poésie qui s'édifie sur des ruines

Malade ou impuissant, le Roi-pêcheur en est réduit à attendre son salut d'un chevalier, dont la quête ascétique le mènera aux abords de la Chapelle périlleuse. L'aridité sans âge de son royaume traduit un mal plus contemporain, dont La Terre vaine dresse les désespérants symptômes. Au lendemain de la Grande Guerre, la civilisation disloquée porte le deuil de ses valeurs, à l'image des ces tours « abolies » qui peuplent le poème. Le malaise y procède de la perte du lien entre vitalité naturelle et spirituelle, affirmation érotique et religieuse. Le Waste, état intérieur autant que lieu urbain, se languit de la pluie régénérante, et de la spiritualité qu'elle symbolise. S'ouvrant sur le constat d'un « cruel » mois d'avril qui « engendre des lilas qui jaillissent de la terre morte », le poème « mêle/Souvenance et désir » à la faveur d'un collage de citations, cubiste et polyglotte, évoquant la confusion d'une Babel cosmopolite, où l'on ne peut « rien/Relier à rien ». Ses cinq sections (I « L'Enterrement des morts », II « Une partie d'échecs », III « Le Sermon du feu », IV « Mort par eau », V « Ce qu'a dit le tonnerre ») décrivent un parcours chaotique dont l'espoir semble banni, et s'ingénient à montrer « l'effroi dans une poignée de poussière ».

Ce désir de mort, cette vanité à perte de vue, ce recouvrement du rituel d'antan par un présent sordide, un seul vers de Shakespeare, tiré de La Tempête, suffirait presque à les renverser : avec « Ces perles furent ses yeux » (« There are pearls that were his eyes »), serait-il soudain question de transformation miraculeuse, de purification faisant suite à « la mort par noyade » ? Serait-ce qu'un désir de renouveau anime ce désastre, un désir religieux, porté par des restes de croyance en des cultes chrétiens et orientaux ? Le poème s'en fait l'écho, dans « Le Sermon du feu » et « Ce qu'a dit le tonnerre », mais sans apporter de réponse tranchée. En bordure de mer, le Roi poursuit son attente sans savoir s'il pourra mettre au moins de l'ordre dans ses ter [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  LA TERRE VAINE, T. S. Eliot  » est également traité dans :

ELIOT THOMAS STEARNS (1888-1965)

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 4 220 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le poète »  : […] On ne peut rendre compte de l'importance de la poésie de T.S.E. qu'en la situant dans le contexte poétique des années qui ont immédiatement précédé et suivi la Première Guerre mondiale en Angleterre. Le renouveau radical de l'expression poétique et de la substance de la poésie qu'il opéra à partir de 1917 implique une prise de conscience révolutionnaire de la nature et de la fonction de la poésie, […] Lire la suite

FRAZER JAMES GEORGE (1854-1941)

  • Écrit par 
  • Nicole BELMONT
  •  • 3 467 mots

Dans le chapitre « La théorie de la magie »  : […] La notion de magie sympathique est, quant à elle, susceptible d'une application plus large puisque, aux yeux de Frazer, la pensée magique anime l'un des stades traversés par l'humanité, les deux autres étant caractérisés par la pensée religieuse et par la pensée scientifique. Il ne s'agit pas d'un évolutionnisme rigide. C'est ainsi que des traces de pensée magique existent encore dans notre mond […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marc PORÉE, « LA TERRE VAINE, T. S. Eliot - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/la-terre-vaine/