LA SORCIÈRE, Jules MicheletFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À la Fée éternelle

Avec le recul, on comprend aisément pourquoi La Sorcière déconcerta en son temps. À bien des égards, le livre appartenait plus au passé et au futur qu'au présent : au passé par son romantisme échevelé, faisant de Satan l'apôtre de la liberté, dans un mouvement de « réhabilitation » commun à Vigny, Hugo, Proudhon, et cela en plein essor du scientisme et du positivisme ; au futur par son anticipation sur l'ethnologie, l'anthropologie, et l'histoire des mentalités.

À l'instar d'un Auguste Comte ou d'un Charles Fourier, Michelet propose en effet, déployée sur plusieurs siècles, une véritable « vision » de la femme, laquelle incarne à ses yeux la part naturelle de l'être humain, l'homme représentant sa part intellectuelle : « „Nature les a fait sorcières“. – C'est le génie propre à la femme et son tempérament. Elle naît Fée. Par le retour régulier de l'exaltation, elle est Sibylle. Par l'amour, elle est Magicienne. Par sa finesse, sa malice (souvent fantasque et bienfaisante), elle est Sorcière, et fait le sort, du moins endort, trompe les maux. »

Fort de ce dualisme un peu sommaire, Michelet fait de la sorcière le symbole de la femme opprimée et, à travers elle, des forces vitales primitives, instinctuelles, sur lesquelles la société, et en tout premier lieu l'Église, exerça sa répression. Loin de la considérer comme la manifestation d'un obscurantisme archaïque, le témoignage d'absurdes superstitions, Michelet voit dans la sorcellerie à la fois la conséquence de la misère des « temps du désespoir » et l'expression d'une révolte : une manière de contre-culture s'y formule. À l'inverse, la religion, dans sa chasse aux possédées, ne fait que révéler ses propres obsessions, son propre refoulement. Dans l'esprit de l'historien, l'apologie du satanisme, bien loin de marquer un retour en arrière, comme ont pu l'en accuser ses propres amis, s'inscrit bien au contraire dans une philosophie [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LA SORCIÈRE, Jules Michelet  » est également traité dans :

MICHELET JULES (1798-1874)

  • Écrit par 
  • Paul VIALLANEIX
  •  • 2 730 mots

Dans le chapitre « La prédication républicaine »  : […] Cependant, les intentions de Michelet outrepassaient celles de l'historien et de l'écrivain. Elles étaient devenues religieuses. La France du Grand Ferré, de la Pucelle et de Danton ne pouvait-elle pas fonder, sous le nom de République, cette Église nouvelle que tant d'âmes romantiques, déçues par la théologie traditionnelle, appelaient de leurs vœux ? Michelet s'en persuada peu à peu. Soucieux d […] Lire la suite

SATANISME, littérature

  • Écrit par 
  • Max MILNER
  •  • 3 574 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le satanisme prométhéen »  : […] C'est encore à Byron qu'il faut remonter pour trouver la première image d'un Satan ami des hommes. Dans son Caïn (1821), toute l'argumentation de Lucifer tend à démontrer que la création est un acte égoïste de Dieu, qui a, pour son plaisir, attaché « une haute pensée » à une « masse servile de matière », afin de régner solitaire sur un univers plongé dans la souffrance. La cause des démons est do […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Guy BELZANE, « LA SORCIÈRE, Jules Michelet - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/la-sorciere-jules-michelet/