LA RUELLE BLEUE (G. Bonaviri)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né en 1924 à Mineo, petite ville de la province de Catane, découvert en 1954 par Elio Vittorini, qui publia son premier roman Le Tailleur de la grand-rue dans sa célèbre collection « I gettoni », Giuseppe Bonaviri, mort le 21 mars 2009, fut l'un des écrivains italiens contemporains les plus traduits dans le monde. Pourtant, même si son nom figura parmi les lauréats possibles du prix Nobel, il ne bénéficie pas en France de la reconnaissance publique qu'il mériterait. L'originalité de son imaginaire, foisonnant mais inclassable, pourrait expliquer cette situation paradoxale. L'écrivain s'est en effet frotté à de nombreux genres, sans la plupart du temps véritablement s'identifier à aucun d'entre eux : poésie, roman, journal, fable, essais, aboutissant, le plus souvent, à un hybride de ces différents registres.

La Ruelle bleue (trad. R. de Ceccaty, Seuil, Paris, 2004) n'échappe pas à la règle. Nous sommes en présence d'un écrit « impur », qui nous confronte à des souvenirs noués autour de deux polarités aisément repérables : le village natal de l'auteur et sa famille. L'évocation d'un lieu-ombilic défini, Mineo, d'une parentèle connue et d'une sorte de diaspora affective effilochée, et parfois malmenée par le temps incertain de la mémoire, est souvent empreinte d'un ton lyrique effleurant à l'occasion le récitatif ou la poésie.

De quoi s'agit-il ? Constatant qu'il est, avec sa cadette, le seul survivant de sa fratrie, Giuseppe Bonaviri prend la mort de deux de ses sœurs et d'un frère pour point de départ de son récit. Nouvel Orphée, il entend revisiter les êtres disparus comme les senteurs et les couleurs qui peuplèrent son pauvre village natal et sa vie d'enfant. Désireux de s'affranchir de la linéarité du récit romanesque, où il a toujours été mal à son aise, il organise alors son récit comme une série de cercles concentriques. Le choix s'avère heureux, car la moindre vibration en un point de la surface du récit vient mettre en mouvement l'ensemble de cette matière hypers [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Philippe DI MEO, « LA RUELLE BLEUE (G. Bonaviri) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-ruelle-bleue/