LA ROSE DE PERSONNE, Paul CelanFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La quête d'une réalité

Comme Celan le dit dans l'Almanach Flinker, en 1958, « la réalité n'est pas, la réalité demande à être cherchée et conquise » et le poème ne saurait se réduire à un jeu de vocables fascinés par leur propre profération. Si parler c'est dire quelque chose sur quelque chose à quelqu'un, comme le voulait Aristote, le poème chez Celan est toujours la transmission d'une réalité à un interlocuteur qui devrait pouvoir en répondre. L'interlocuteur peut ne pas être présent, il peut être « personne » : il est là pourtant, ne serait-ce qu'en creux, comme appel à dire et à dire avec le plus de précision possible la réalité dans ce qu'elle a d'indicible, voire d'insoutenable. C'est entre ces deux contraintes : dire à quelqu'un et chercher la réalité que La Rose de personne peut être située. Le poème n'existe qu'à condition d'être entendu, reçu. Mais ce qu'il donne n'a pas de destinataire a priori apte à recevoir la réalité qui lui est destinée. Cette réalité reste toujours à quêter.

La Rose de personne est, par sa construction très soigneusement élaborée, non pas un recueil de poèmes divers mais une œuvre qui vaut pour elle-même. La rose qui donne son titre au livre est la fleur que poètes et mystiques (Rilke, Benn, Angelus Silesius, Mandelstam...) surent nommer. Mais c'est « pour » et « contre », que le poète explore l'espace dévasté où elle fleurit : « Loué sois-tu, Personne,/ Pour l'amour de toi nous voulons/ fleurir./ Contre/ toi.// Un rien/ nous étions, nous sommes, nous/ resterons, en fleur :/ la rose de rien, de/ personne » (Psaume). Ce poème central est comme un écho du premier poème du recueil dont la dernière strophe débute par ces vers : « Ô un, ô nul, ô personne, ô toi : / où ça menait, si vers nulle part ? » Si le poème est don gratuit, adressé à personne, il est destiné à qui saura accueillir en lui ce dont il s'expose à faire mémoire. Le sens n'est pas caché derrière le texte, il se tient sous les yeux du lecteur qu'il pressent et appelle, mais qui peut aussi ne pas être ou ne pas répondre. « Bouteille jetée à la mer », le message court toujours le risque de ne pas atteindre son interlocuteur, et celui de n'être pas entendu.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LA ROSE DE PERSONNE, Paul Celan  » est également traité dans :

CELAN PAUL (1920-1970)

  • Écrit par 
  • Jean BOLLACK
  •  • 2 821 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Poésie et mémoire »  : […] Dans les neuf recueils publiés ou préparés par Celan (le huitième est posthume, le neuvième inachevé), les quatre premiers ont chacun leur homogénéité de ton et une facture différente, de Pavot et mémoire à La Rose de personne (1963), en passant par De seuil en seuil (1955) et Grille de langage . On y suit l'élaboration et le déploiement d'un langage propre. Les formes de la tradition éclatent […] Lire la suite

SHOAH LITTÉRATURE DE LA

  • Écrit par 
  • Rachel ERTEL
  •  • 12 495 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Nommer l'innommable »  : […] Si les poètes yiddish et quelques rares poètes de langue polonaise n'ont cessé de faire entendre leur cri, leur lamentation en parlant du fond de « ... la fournaise de l'extermination juive » (Sutzkever), en recourant aux images mêmes qu'ils récusaient, il a fallu un certain temps aux autres langues, pour parvenir à « transposer les innommés nommément ». Pourtant, par sa nature même, la poésie a v […] Lire la suite

Pour citer l’article

Francis WYBRANDS, « LA ROSE DE PERSONNE, Paul Celan - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/la-rose-de-personne/