LA RÉPUBLIQUE, PlatonFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sur la justice

La discussion s'engage avec le vieillard Céphale, puis avec son fils, le bouillant Polémarque. Qu'est-ce que la justice ? « Rendre à chacun ce qu'on lui doit » ? « Faire du bien à ses amis et du mal à ses ennemis » ? Une intervention brutale du sophiste Thrasymaque contraint Socrate à se demander si la justice apporte quelque avantage au juste : est-elle alors désirée pour elle-même, ou pour le bien qu'elle procure ? S'efforçant de la définir, Socrate propose de considérer non plus l'individu, mais la cité dans son ensemble (polis). Il décrit la complexité des besoins humains, la diversité des métiers qui en résulte. Juges et médecins n'apparaissent dans la vie sociale que pour soigner des troubles, qu'une bonne éducation (musique, gymnastique, poésie étroitement contrôlée) et un bon gouvernement (celui de « philosophes » gardiens de la cité) auraient évités. Le meilleur régime politique sera donc le régime des meilleurs, qu'il soit celui d'un seul (royauté) ou de plusieurs (aristocratie). Les gardiens, « comme des chiens de garde », connaîtront l'égalité entre les sexes : ainsi les femmes auront les mêmes occupations que les hommes (la gymnastique par exemple, dans la même nudité qu'eux) ; les enfants seront éduqués collectivement, les mères ne reconnaîtront pas les fils, les frères pourront épouser les sœurs... Un tel idéal est-il réalisable ? Le « philosophe » tel que l'entend Socrate fournit du moins une approximation de ce que pourrait être le « gardien » ou le roi selon ses vœux. Certes, dans les régimes existants, le « naturel philosophe » est en butte à de telles pressions (celle en particulier de l'opinion, relayée par les sophistes) qu'il se réfugie dans la solitude. Ce naturel est exigeant : il ne se satisfait pas des apparences.

Au livre VII, Socrate expose le mythe de la caverne (514a-517a) : des hommes qui n'auraient connu que l'obscurité, et les ombres projetées sur la paroi de leur grotte, ne supporteraient pas la lumière si d'aventure on brisait leurs liens ; elle les éblouirait au point de les empêcher de distinguer ce qu'ils voyaient dans la pénombre, aussi ne pourraient-ils que la fuir. Rares sont ceux qui tenteraient de s'accoutumer lentement à sa vérité : si celui qui y parvenait « revenait à sa place, n'aurait-il pas les yeux emplis d'obscurité, pour être venu subitement du plein soleil ? » Et ne serait-il pas condamné par ceux qui seraient demeurés dans la caverne ? Aussi le philosophe qui accepte de se soucier de la chose publique doit-il prendre sur lui d'affronter l'incompréhension. Le régime aristocratique ne peut naître que d'un programme volontariste qui aura repéré les meilleurs, les aura éduqués et isolés pour la contemplation du bien, avant de les mener à la tête de la cité. En comparaison, les autres régimes apparaissent comme des dégradations de cet idéal ; le sage y participe, mais du dehors : le modèle qu'a exposé Socrate lui permet du moins, « en le regardant, de se gouverner lui-même » (592b). Est-ce que l'enjeu n'est pas, dès lors, la philosophie elle-même, dont La République produit l'acte de naissance ? Le livre X et dernier s'emploie à distinguer radicalement le discours philosophique du discours poétique, essentiel avec Homère à l'éducation des Grecs, qu'il s'agit justement de réformer.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification

Autres références

«  LA RÉPUBLIQUE, Platon  » est également traité dans :

DE L'ESSENCE DE LA VÉRITÉ et PLATON LE SOPHISTE (M. Heidegger) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 602 mots

Il faut espérer que la traduction des tomes 19 et 34 de la Gesamtausgabe , qui rassemblent les cours des semestres d'hiver 1924-1925 et 1931-1932 : Platon « Le Sophiste » (Gallimard, 2001) et De l'essence de la vérité. Approche de l'« allégorie de la caverne » et du « Théétète » de Platon ( ibid. ), marqueront un nouveau point de départ dans la traduction des œuvres de Heidegger en français, tant […] Lire la suite

DÉSIR (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 097 mots

Dans le chapitre «  L’« animalité » du désir »  : […] Si le désir est manque, notre bonheur relèverait donc de l’absence de désirs. Platon (env. 428-env. 347 av. J.-C.) est le premier à valoriser ce détachement et, s’il nous faut commencer par lui, c’est parce qu’il possède un privilège chronologique sur les philosophes qui suivront (ses successeurs grecs comme les théologiens médiévaux), mais aussi et surtout parce que sa doctrine a profondément ma […] Lire la suite

TRAVAIL/TECHNIQUE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 939 mots

Dans le chapitre « Division du travail et fétichisme  »  : […] Au terme d’une longue phase de troc durant laquelle n’existaient que des échanges entre groupes, la division du travail va s’instaurer au sein de la communauté et les travailleurs vont devoir apprendre à échanger ce qu’ils ont produit. Apparaît dans la même logique une classe de commerçants auxquels les producteurs vendront leurs réalisations, ce qui leur permettra de se consacrer entièrement à l […] Lire la suite

GENRES LITTÉRAIRES, notion d'

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 844 mots

Dans le chapitre « La classification des genres »  : […] Tout commence avec Platon, qui, dans La République (385-370 av. J.-C.) distingue trois genres en fonction de leur mode d'énonciation : narratif pur (le dithyrambe), mimétique pur (la tragédie et la comédie) et mixte (l'épopée, homérique par exemple, qui fait alterner récit et dialogues). Mais c'est à Aristote que nous devons, avec La Poétique (env. 340 av. J.-C.), la première véritable classific […] Lire la suite

JUSTICE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 426 mots

Dans le chapitre « Ce qui est légal, ce qui est légitime »  : […] Peut-on pour autant limiter la justice à l’application, fût-elle nuancée, des lois existantes ? La justice relève-t-elle ainsi seulement de ce que l’on dénomme le « droit positif », une dénomination qui recouvre les lois décrétées à un certain moment de l’histoire par un État particulier, que les philosophes ont longtemps opposé au «  droit naturel  » qui, lui, prétend à l’universalité ? Répondre […] Lire la suite

OSTRACISME

  • Écrit par 
  • Pierre BOUDOT
  •  • 9 370 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Ostracisme idéologique »  : […] L'exemple nous en est déjà donné par Platon dans La République . Il exalte le concept d'égalité de telle façon que celui de la liberté disparaît. Cherchant avant tout à éviter la démesure dont l'âme peut être le siège, il sacrifie l'amour du monde visible à celui de l'invisible, il organise la méfiance à l'égard du langage qui parade alors qu'il serait si simple, selon lui, de se soumettre à la lo […] Lire la suite

PLATON

  • Écrit par 
  • Monique DIXSAUT
  •  • 13 742 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Authenticité et chronologie »  : […] Pour arriver au chiffre sacré de trente-six Dialogues (9 × 4), le classement de Thrasylle devait admettre des œuvres exclues ou suspectées par les Anciens eux-mêmes, pourtant moins soucieux que nous d'authenticité. Un auditeur de Platon comme Philippe d'Oponte ne se croyait, en effet, sûrement pas faussaire quand il ajoutait l' Epinomis aux douze livres des Lois  : il ne faisait que transmettre l […] Lire la suite

SOCIÉTÉ (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 579 mots

Dans le chapitre « Faire société : le contrat »  : […] La question de l’origine apparaît sous un jour nouveau avec les théories modernes du contrat. Sans doute l’hypothèse d’un état présocial, appelé « état de nature », n’a-t-elle jamais été posée comme une réalité historique par ses protagonistes, mais plutôt comme une hypothèse méthodologique permettant de mieux percevoir ce qui caractérise l’état social. Décrire un état présocial permet de se repr […] Lire la suite

TYRANNIE, Grèce antique

  • Écrit par 
  • Pierre CARLIER
  •  • 6 008 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La figure du tyran »  : […] Même dans la courte période pendant laquelle la tyrannie a disparu de la réalité politique grecque, la figure du tyran occupe une place centrale dans la pensée et la littérature, comme le montre en particulier la tragédie attique du v e  siècle. Dans le Prométhée enchaîné , Eschyle présente Zeus comme un « jeune tyran » qui vient d'imposer son pouvoir et l'exerce par la violence : le thème de la t […] Lire la suite

VIOLENCE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 527 mots

Dans le chapitre « La violence morale »  : […] Qu’on partage ou non les thèses de Freud et de René Girard, il semble difficilement contestable qu’au fil des millénaires la proportion entre violence physique et violence morale se soit inversée. Les sociétés ont vu apparaître des formes de violence qui passent moins par l’agression corporelle ou armée que par la parole. Exemplaire en ce sens est le prologue du dialogue de Platon, La République . […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

26 août 2021 France – Irlande. Visite à Dublin du président Emmanuel Macron.

Signé dans le cadre de la procédure de Brexit et entré en vigueur en janvier, celui-ci permet de ne pas rétablir de frontière commerciale entre la République d’Irlande et l’Irlande du Nord et impose à Londres de soumettre à des contrôles douaniers les biens transitant entre l’Irlande du Nord et la Grande-Bretagne. « Nous ne vous lâcherons jamais », affirme Emmanuel Macron devant le Premier ministre irlandais Micheál Martin. […] Lire la suite

7 juillet - 11 août 2021 Haïti. Assassinat du président Jovenel Moïse.

Le 9, le Sénat adopte une résolution offrant à son président Joseph Lambert la fonction de président de la République par intérim. Le 20, sous la pression diplomatique internationale, Claude Joseph cède la fonction de Premier ministre à Ariel Henry. Il demeure ministre des Affaires étrangères au sein du nouveau gouvernement. […] Lire la suite

25-26 juillet 2021 Tunisie. Suspension du Parlement et limogeage du Premier ministre.

Le 25, jour de la Fête de la République, des milliers de personnes manifestent à travers le pays contre le gouvernement et le Parlement dominé par le parti islamo-conservateur Ennahda. Dans la soirée, le président Kaïs Saïed annonce la suspension des travaux du Parlement pour trente jours et la levée de l’immunité parlementaire des députés. Il limoge le Premier ministre Hichem Mechichi et décide de gouverner par décrets et de prendre la tête du Ministère public. […] Lire la suite

15-23 juillet 2021 France. Installation du comité interministériel de la laïcité et adoption de la loi contre le séparatisme.

Le 23, le Parlement adopte définitivement le projet de loi « confortant le respect des principes de la République », dite loi « contre le séparatisme ». Celui-ci regroupe des dispositions relatives à la neutralité du service public, à la lutte contre la haine en ligne, à la protection des fonctionnaires et des enseignants, à l’encadrement de l’instruction en famille, au contrôle des associations, à la transparence et au financement des cultes, ainsi qu’à la lutte contre les certificats de virginité, la polygamie ou les mariages forcés. […] Lire la suite

6 juin - 19 juillet 2021 Pérou. Élection de Pedro Castillo à la présidence.

Le 19 juillet, à l’issue de l’examen des recours, l’autorité électorale proclame officiellement Pedro Castillo président de la République. Sa rivale Keiko Fujimori déclare reconnaître les résultats. […] Lire la suite

Pour citer l’article

François TRÉMOLIÈRES, « LA RÉPUBLIQUE, Platon - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/la-republique/