LA REINE MORTE, Henry de MontherlantFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'importance des « caractères »

Ce drame en trois actes, d'une facture éminemment classique, se situe à la cour de Portugal. Le mariage qui doit unir le prince Pedro, fils du roi Ferrante, à l'infante de Navarre, se heurte à un obstacle insurmontable au regard des lois religieuses : Pedro, ainsi qu'on l'apprend au commencement de l'acte II, a épousé en secret Inès de Castro, fille naturelle, qui porte au demeurant un enfant de lui. Elle sera finalement exécutée, avant que Ferrante ne s'éteigne lui-même, et que ne lui succède sur le trône son fils en deuil.

Bien plus que le mouvement dramatique proprement dit, c'est la matière psychologique, ce que l'auteur nomme lui-même les « caractères », qui constitue la véritable substance de la pièce de Montherlant. Le cadre et le personnel théâtraux, la cour de Montemor-o-velho au xive siècle fournissent le prétexte nécessaire à intensifier les relations, les sentiments et les antagonismes à l'œuvre, à bâtir surtout des figures hiératiques et surhumaines, mais agitées de violents tourments existentiels. Car les questions qui traversent La Reine morte se situent moins à hauteur d'homme qu'elles n'aspirent à un certain absolu. Dès lors, seuls le lustre d'un prestigieux passé, la pompe et le décorum inflexibles de quelque monarchie figée dans l'imagerie intimidante de ses rites conviennent à une telle exigence d'élévation.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : écrivain, metteur en scène, maître de conférences à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Pour citer l’article

David LESCOT, « LA REINE MORTE, Henry de Montherlant - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-reine-morte/