LA RABOUILLEUSE, Honoré de BalzacFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mauvais fils

Le docteur Rouget, notable d'Issoudun, a épousé Mademoiselle Descoings, fille de riches commerçants. Deux enfants sont nés : Jean-Jacques, « stupide en tout point », et Agathe, plus jeune de dix ans que son frère, et qui ne ressemble ni à sa mère ni à son père ; doutant de sa paternité, son père l'éloigne en l'envoyant à Paris dans la famille Descoings. On est alors en 1792. Agathe se marie au chef de bureau Bridau qui se tue à la tâche pour l'Empereur. Il meurt précocement en 1808, laissant à sa veuve deux fils : Philippe, blond aux yeux bleus comme sa mère, un « petit gaillard », et Joseph, laid, brun et taciturne. Ce dernier se découvre un don pour la peinture, au grand dam de sa mère qui voit là un « état de va-nu-pieds ». Philippe, lui, s'engage dans la Grande Armée et devient vite capitaine et officier d'ordonnance de l'Empereur.

Survient Waterloo. Le jeune officier, devenu demi-solde, ne s'adapte pas à la vie civile et sombre dans la débauche. Il vole et ruine peu à peu sa famille à cause de ses dettes de jeu, allant jusqu'à dérober le pécule que sa grand-tante Descoings comptait miser à la loterie ; n'ayant pu jouer la combinaison qui s'avère gagnante, celle-ci meurt de commotion. Agathe expulse son fils qui s'enfonce un peu plus dans la déchéance. Ayant trempé dans un complot contre le roi, il risque la prison. Pour sauver l'honneur des Bridau, Agathe décide de faire appel à son frère Jean-Jacques.

Celui-ci est resté à Issoudun, où il habite la maison paternelle. Proche de la sénilité, il est devenu le serviteur de sa servante, Flore Brazier, une paysanne que le père Rouget avait adoptée lorsqu'il l'avait aperçue, enfant, en train de « rabouiller », mot berrichon qui désigne l'action de faire des remous dans l'eau pour attraper les écrevisses. Devenue désormais une « belle commère », elle a pour amant Maxence Gilet, lui aussi ancien officier d'Empire et chef des « Chevaliers de la Désœuvrance », bande de jeunes oisifs qui, par leurs exactions, terrorisent Issoudun, « ville qui aurait engourdi Napoléon ». Les deux amants n'ont de cesse de s'em [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages






Écrit par :

  • : agrégé de lettres modernes, ancien élève de l'École normale supérieure

Classification


Autres références

«  LA RABOUILLEUSE, Honoré de Balzac  » est également traité dans :

BALZAC HONORÉ DE

  • Écrit par 
  • Maurice MÉNARD
  •  • 15 043 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les reins et les cœurs »  : […] Balzac romancier de l'histoire des mœurs et de la société ne dissocie jamais les individus et les groupes. Romancier de l'affrontement des forces sauvages, déchaînées aussi bien sur les arènes publiques que dans le secret des demeures, de Paris ou de la province, Balzac est aussi un grand romancier du secret des cœurs et des âmes. Combien, dans La Comédie humaine , de « scènes ensevelies dans les […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe DULAC, « LA RABOUILLEUSE, Honoré de Balzac - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-rabouilleuse/