LA PROSE DU TRANSSIBÉRIEN ET DE LA PETITE JEHANNE DE FRANCE, Blaise CendrarsFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un poème peint

C'est à Paris que naît l'idée d'un « Premier livre simultané », entre la fin de 1912 et le début de 1913, dans un milieu de peintres et de poètes liés à l'avant-garde. Ce livre d'une pièce, déplié et non paginé, articule dans un même espace l'esprit nouveau des voyages poétiques continentaux et les débats contemporains du cubisme et du simultanéisme, sans négliger, pour un poète suisse attentif aux trois langues, le futurisme italien ou les divers mouvements esthétiques allemands de la période, dont Der Sturm. Aussi peut-on considérer La Prose du Transsibérien comme un manifeste – sans école avérée – et comme le premier aboutissement, dans une voix singulière et toujours marginale – celle de Cendrars –, d'une esthétique bouleversée.

Un bulletin annonce comme suit la nature de l'entreprise, cosignée par une femme peintre, Sonia Delaunay, et par Cendrars : « Prose du Transsibérien et de la petite Jehanne de France Représentation synchrome Peinture Simultané Texte Mme Delaunay-Terk Blaise Cendrars ». Ce poème de 446 vers libres répartis sur une longue bande en une vingtaine de fragments distingués par la mise en page ou la typographie, mêle donc plusieurs espaces : l'autobiographie (à la première personne, c'est le déploiement dans la mémoire et dans le temps d'un voyage ferroviaire transsibérien, daté de 1903, en compagnie d'une jeune prostituée montmartroise) et la fiction aventureuse – Jules Verne et Ali Baba, des coffres remplis d'or et des locomotives en furie dans une géographie en crise : « Les inquiétudes/ Oublie les inquiétudes/ Toutes les gares lézardées obliques sur la route/ Les fils télégraphiques auxquels elles pendent/ Les poteaux grimaçants qui gesticulent et les étranglen [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : maître de conférences à l'université de Pau et des pays de l'Adour, faculté de Bayonne

Classification


Autres références

«  LA PROSE DU TRANSSIBÉRIEN ET DE LA PETITE JEHANNE DE FRANCE, Blaise Cendrars  » est également traité dans :

ILLUSTRATION

  • Écrit par 
  • Ségolène LE MEN, 
  • Constance MORÉTEAU
  •  • 9 160 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Un dialogue renouvelé entre le texte et l'image »  : […] Si l'artiste supplante l'illustrateur professionnel, l'éditeur reste l'acteur majeur d'une nouvelle dimension de l'écriture. À ceci près qu'il n'agit pas véritablement comme introducteur d'un plus large auditoire à l'écrit. En effet, le statut social de l'artiste, étant entendu comme supérieur à celui de l'illustrateur, le texte devient très souvent le prétexte du livre si on considère ce médium […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/illustration/#i_29490

LIVRE

  • Écrit par 
  • Jacques-Alexandre BRETON, 
  • Henri-Jean MARTIN, 
  • Jean TOULET
  •  • 26 563 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Orientations des recherches graphiques »  : […] « Aujourd'hui, écrit Huysmans en 1880, pour plaire à cette cohue d'acheteurs qui fait emplette de livres soi-disant de luxe, par prose, par vogue, il faut recommencer les mièvreries du dernier siècle... » Le livre Art nouveau doit d'abord être compris comme une réaction moderniste contre ce passéisme et cet éclectisme régnants. Il rapproche l'art du livre des arts vivants (affiche, architecture, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre/#i_29490

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre VILAR, « LA PROSE DU TRANSSIBÉRIEN ET DE LA PETITE JEHANNE DE FRANCE, Blaise Cendrars - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-prose-du-transsiberien-et-de-la-petite-jehanne-de-france/