LA POUPÉE (I. Kadaré)Fiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une famille en procès

L’ambiance dans laquelle l’écrivain a grandi n'est sans doute pas étrangère à la tristesse qui nimbe l’œuvre. Les Kadaré sont pauvres, hautains et bien peu nombreux : « Chez les Kadaré, on était mort. » Les relations entre la mère et la belle-mère sont glaciales. Le père est si exaspéré de retrouver, le soir, des visages fermés, qu'il organise un procès familial. Il s'instaure juge au foyer mais son indécision prolonge interminablement les débats. En effet, il doit le respect à sa vénérable mère mais comprend bien que sa femme doit être protégée, eu égard à ses étranges faiblesses. On peut songer ici au flou permanent qui entoure les événements et les témoignages dans les romans de Kadaré…

Le père est décrit comme morose et indifférent. « Son air grave » permanent ne déplaît pas à son fils car il le rapproche du père d'Hamlet. Pourtant, adulte, Kadaré ne trouve guère de traces d'un duel œdipien, tant le père a laissé une grande liberté à son fils. Si cet homme ne parle guère, il médite. L'écrivain confie : « Peut-être la seule chose que j'avais retenue de lui était la conscience de la difficulté à saisir si la tyrannie était bien réelle, ou façonnée par nous. De même que la soumission. » Les lecteurs de Kadaré reconnaîtront là un des thèmes du Palais des rêves.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur agrégé, docteur en lettres modernes, habilité à diriger des recherches en littératures comparées

Classification

Pour citer l’article

Jean-Paul CHAMPSEIX, « LA POUPÉE (I. Kadaré) - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-poupee/