LA POÉTIQUE DE LA RÊVERIE, Gaston BachelardFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le « cogito » du rêveur

Quelle est l'ambition du dernier Bachelard ? Une « psychologie complète » ? Mais comment tenir ensemble un travail de rigueur, de discernement, qui nécessairement tranche et sépare, avec l'abandon à l'image (« dans la rêverie, le non n'a plus de fonction : tout est accueil »), sans lequel il n'est pas d'entente possible de la poésie – telle qu'on la lit du moins depuis le romantisme et le surréalisme ? La Poétique de la rêverie commence par l'aveu apaisant du consentement à une « double nature » : « il faut aimer les puissances psychiques de deux amours différentes si l'on aime les concepts et les images ». Mais elle se termine par le constat doux-amer de s'être « maintenu [...] dans les facilités de l'anima ». Par deux fois Bachelard exprime le vœu d'au moins un autre livre sur l'imagination, dont on comprend qu'il serait « l'œuvre d'un animus ». Reprise des « rêveries de la volonté » ? Ou plutôt constante mobilité d'un sujet qui ne s'en tient pas à un état : mobilité essentielle de la flamme et du feu, auxquels Bachelard consacre ses ultimes méditations – celle même du « cogito » de la rêverie (chapitre IV), oscillant entre le sommeil et la conscience.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

François TRÉMOLIÈRES, « LA POÉTIQUE DE LA RÊVERIE, Gaston Bachelard - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-poetique-de-la-reverie/