LA PEAU DE CHAGRIN, Honoré de BalzacFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un pacte maudit

Le roman se divise en trois parties : « Le Talisman », « Une femme sans cœur », « L'Agonie ». La première fait suivre au lecteur le parcours dans Paris d'un jeune inconnu (Raphaël de Valentin) à l'automne de 1830 : d'abord dans une maison de jeu du Palais-Royal, où il joue et perd sa dernière pièce d'or, puis sur les bords de la Seine, où il pense se suicider, enfin chez un vieil antiquaire qui lui propose une « peau de chagrin », talisman qui exauce les moindres désirs mais rétrécit à chaque souhait réalisé et écourte d'autant la vie de celui qui le possède. Le vieillard, dont la physionomie évoque autant celle d'un dieu que d'un démon, en profite pour lui livrer le secret de sa philosophie : « Vouloir nous brûle et Pouvoir nous détruit, mais SAVOIR laisse notre faible organisation dans un perpétuel état de calme. » Quittant l'échoppe de l'antiquaire avec la peau de chagrin, Raphaël de Valentin rencontre des amis, dont Émile Blondet, qui le conduisent à une réception dans l'hôtel du banquier Taillefer.

La deuxième partie est constituée par le récit que, pendant cette soirée, Raphaël fait de sa vie à son ami Émile : son projet d'écriture d'un Traité de la volonté, ses difficultés financières, son séjour dans une chambre de location chez Mme Gaudin et sa fille Pauline, les tourments de son amour pour la comtesse Foedora, « femme sans âme » à « l'impénétrable caractère », que lui a présentée Rastignac. Raphaël termine sa confession en révélant à Émile le secret de la fameuse peau, créatrice de richesse, mais également promesse de mort.

La dernière partie fait se succéder les vaines tentatives de Raphaël pour s'empêcher d'exprimer le moindre désir. Ainsi, dès l'héritage des deux cent mille francs qu'il souhaitait, la peau a encore rétréci : « Il voyait la Mort. » Après avoir déclaré son amour à Pauline Gaudin, amour partagé, il jette le talisman dans un puits. Mais, à peine l'a-t-il repêché, il s'aperçoit qu'il a encore rétréci. Les consultations auprès de quatre savants, puis de quatre illustres médecins, demeurent sans effet. La fin inexorable de Rapha [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  LA PEAU DE CHAGRIN, Honoré de Balzac  » est également traité dans :

BALZAC HONORÉ DE

  • Écrit par 
  • Maurice MÉNARD
  •  • 15 043 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Balzac penseur ? »  : […] Depuis le Balzac d'E.-R. Curtius (1923), toute une famille de la critique balzacienne accorde la première place, dans l'interprétation de l'œuvre, à la réflexion théorique, aux idées, voire au système de pensée de l'auteur. Pour M. Bardèche, cet aspect est essentiel et fondateur. Pour P. Nykrog, A. Allemand, H. Gauthier et Max Andréoli, la philosophie de Balzac fournit le me […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/honore-de-balzac/#i_25249

Voir aussi

Pour citer l’article

Maurice MÉNARD, « LA PEAU DE CHAGRIN, Honoré de Balzac - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-peau-de-chagrin/