LA NOUVELLE JUSTINE, OU LES MALHEURS DE LA VERTU, D. A. F. de SadeFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les quatre volumes de La Nouvelle Justine, qui se présentent comme publiés en Hollande en 1797, ont en fait été fabriqués et diffusés à Paris en 1799. Ils annonçaient une suite de six volumes, parue quelques mois plus tard, l'Histoire de Juliette, sa sœur, ou les Prospérités du vice. L'anonymat et l'antidatation n'ont pas été des mesures de prudence suffisantes pour éviter à Sade (1740-1814) une levée de boucliers dans la presse et une arrestation administrative qui se révèle définitive : l'écrivain meurt à l'hospice de Charenton le 2 décembre 1814.

Sade livre ici au public une somme romanesque de dix volumes qui raconte les destinées contrastées de deux sœurs, la blonde Justine, vouée au malheur par ses vertus, et la brune Juliette, corrompue par ses vices, sachant s'imposer et réussir dans le monde. Les scènes pornographiques étaient explicitées par cent gravures non signées et justifiées théoriquement par les discours philosophiques des libertins. L'épigraphe, attribuée au poète latin Pétrone, « On n'est point criminel pour faire la peinture/ Des bizarres penchants qu'inspire la nature », pouvait difficilement n'être pas lue comme une dénégation ironique.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : professeur de littérature française à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  LA NOUVELLE JUSTINE, OU LES MALHEURS DE LA VERTU, D. A. F. de Sade  » est également traité dans :

SADE DONATIEN ALPHONSE FRANÇOIS DE (1740-1814)

  • Écrit par 
  • Béatrice DIDIER
  •  • 2 705 mots

Dans le chapitre « Théâtre et roman »  : […] Comme chez Baudelaire ou chez Diderot, l'homme de théâtre se révèle, chez Sade, lorsqu'il n'écrit pas du théâtre. Dans ses pièces très classiques de style et de sentiments, on ne reconnaît guère Sade, sinon par le soin extrême avec lequel il ordonne le rite : décors, machinerie, diction des acteurs, intermèdes de pantomime. Le roman lui offre en revanche le véritable théâtre qui lui était nécessai […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel DELON, « LA NOUVELLE JUSTINE, OU LES MALHEURS DE LA VERTU, D. A. F. de Sade - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-nouvelle-justine-ou-les-malheurs-de-la-vertu/