LA NAUSÉE, Jean-Paul SartreFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un roman de la conscience

La Nausée se présente comme un roman de la contestation et de la dérision de la culture et des valeurs bourgeoises. Son « héros », Roquentin, exilé à Bouville, petite ville normande dans laquelle on peut reconnaître Le Havre (Sartre, jeune agrégé de philosophie, y avait été nommé professeur en 1931), commence à rédiger son journal où il consigne les étranges changements d'humeur dont il est la proie. Il fait l'expérience d'une conscience solitaire qui, progressivement, se dépouille de ses illusions, se défait de ses attaches au monde et touche le sol aride de l'existence pure où le temps se disloque et où les choses apparaissent dans leur inquiétante réalité brute.

« Expérience métaphysique » au cours de laquelle l'existence ramenée à elle-même, dépouillée de tous ses attributs, dégagée de tout sens, s'éprouve elle-même dans sa nullité écœurante dont rien, si ce n'est la musique ou la littérature, ne peut la délivrer. C'est tout d'abord sous forme de crises, « petites crises de folie », que la nausée se manifeste. Bien vite, pourtant, Roquentin se persuade qu'il ne s'agit pas là de quelque chose de purement pathologique, mais de manifestations beaucoup plus profondes, qui touchent aux racines mêmes de son être. Des objets, les choses les plus anodines (un galet boueux, des bretelles, une pipe, la racine d'un marronnier, etc.) apparaissent alors à ses yeux comme doués d'une vie propre, tout à la fois monstrueuse et attirante, répugnante et fascinante. Avec eux, sous les yeux effrayés du héros, c'est la contingence du monde qui se révèle : « La contingence n'est pas un faux-semblant, une apparence qu'on peut dissiper ; c'est l'absolu. [...] Quand il arrive qu'on s'en rende compte, ça vous tourne le cœur et tout se met à flotter [...] : voilà la Nausée. »

Expérience riche d'ambiguïtés : si le regard du héros a mis entre parenthèses toutes les fonctions et jusqu'au nom même des choses qui apparaissent, ce n'est toutefois [...]


Médias de l’article

Jean-Paul Sartre

Jean-Paul Sartre
Crédits : AKG-Images

photographie

Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre

Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre
Crédits : Hulton Getty

photographie



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LA NAUSÉE, Jean-Paul Sartre  » est également traité dans :

ROMAN - De Balzac au nouveau roman

  • Écrit par 
  • Michel RAIMOND
  •  • 5 088 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De « La Nausée » au nouveau roman »  : […] Le roman existentialiste, qui domine la production française entre La Nausée de Sartre, en 1938, et Les Mandarins de Simone de Beauvoir, en 1954, fait suite aux romans de la condition humaine. S'il y a une coupure, c'est entre une exaltation, romantique, héroïque, poétique, et une sorte d'accablement et de prostration qu'on voit s'installer au moment de la guerre et de l'Occupation : la bombe de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-de-balzac-au-nouveau-roman/#i_24692

SARTRE JEAN-PAUL

  • Écrit par 
  • Jacques LECARME, 
  • Juliette SIMONT
  •  • 8 906 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Pour-soi et en-soi »  : […] L'Être et le Néant (1943) porte en sous-titre : Essai d' ontologie phénoménologique . L'influence husserlienne est donc encore présente, mais le terme d'« ontologie », qui renvoie à la question heideggérienne de l'Être, indique une nouvelle orientation de la pensée de Sartre – qui va de pair avec une certaine distance prise à l'égard de Husserl. Cette évolution, Sartre lui-même la formule explic […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-paul-sartre/#i_24692

Pour citer l’article

Francis WYBRANDS, « LA NAUSÉE, Jean-Paul Sartre - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-nausee/