LA MORT D'ARTHUR, Thomas MaloryFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'honneur chevaleresque

Malory fait souvent allusion à sa source française : il s'est en effet inspiré des cycles français en prose et a dû commencer son œuvre par la traduction de la Queste del Saint Graal. Mais il s'est aussi inspiré d'œuvres anglaises, d'où les traces d'allitération dans certains passages.

Son texte est d'une simplicité trompeuse. Le style, répétitif, robuste, se déroule à la manière d'une incantation. Le lecteur cède à l'effet des formules accumulées, des qualificatifs insistants. Lancelot, répètent le narrateur et tous les personnages, est « le plus noble des plus parfaits chevaliers ». L'univers arthurien est schématique : paysages conventionnels, chronologie suivant les saisons et le cycle liturgique, société réduite au monde des chevaliers. Les discours sont nombreux, parfois collectifs, jamais familiers. L'exaltation de l'honneur chevaleresque – qui se situe au-delà, au-dessus des lois – est le thème majeur exploité par Malory, omniprésent à travers les hauts faits célébrés, l'atmosphère surréelle, l'amour idéal en dépit ou même à cause des transgressions.

L'ouvrage de Malory invite à rêver et à réfléchir à des questions qui resteront à jamais sans solution définitive : les amours sans retour ou opposant devoir et sensualité (au xixe siècle les préraphaélites s'en inspireront), la personnalité du roi Arthur – chef idéal (que l'on retrouve chez Tennyson dans les Idylles du roi, 1859-1885) ou bourré de scrupules (Terence H. White, The Once and Future King, 1958). Le graphisme modulaire de Malory permet soit un étoffement qui peut aller jusqu'à l'étouffement (l'art littéraire ou pictural du xixe siècle), soit un accompagnement également épuré mais provocateur (les illustrations faunesques d'Aubrey Beardsley). En 1981, le film de John Boorman, Excalibur, a permis de recréer les éclairs et les brumes de ce royaume de l'imagination.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LA MORT D'ARTHUR, Thomas Malory  » est également traité dans :

CYCLE ARTHURIEN DANS LA FANTASY

  • Écrit par 
  • Anne BESSON
  •  • 2 481 mots

Dans le chapitre « Entre fidélité et innovation  »  : […] Tout inventives qu'elles soient, ces réécritures revendiquent avec un bel ensemble leur fidélité à des sources médiévales qu'elles n'hésitent pas à convoquer. Cela contribue à leur statut ambivalent, entre fiction merveilleuse et mise à jour de vérités immémoriales enfouies. Nos deux pionnières, Stewart et Bradley, s'appuyaient ainsi très directement sur deux intertextes majeurs : la source histor […] Lire la suite

MALORY sir THOMAS (1408-1471)

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 423 mots

Longtemps resté mystérieux, l'auteur de Morte Darthur , ou La Mort d'Arthur , publié en 1485 par le premier imprimeur anglais William Caxton (1422-1491), a pu, grâce à divers documents rassemblés dans une étude de Vinaver (1929), être identifié sous les traits d'un gentilhomme du Warwickshire, dont la vie fut aventureuse à souhait. Soldat, il combattit à Calais en 1436 ; fait chevalier vers 1442, […] Lire la suite

Pour citer l’article

André CRÉPIN, « LA MORT D'ARTHUR, Thomas Malory - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/la-mort-d-arthur/