LA MORT D'ARTHUR, Thomas MaloryFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Arthur et Lancelot

Dans sa Préface, Caxton se reconnaît l'auteur du titre, ainsi que de la division en vingt et un livres et cinq cent sept brefs chapitres. On peut vérifier le travail d'éditeur de Caxton car on a retrouvé, en 1934, dans la bibliothèque du Collège de Winchester (Hampshire) un manuscrit soigneusement copié : Caxton l'a généralement suivi, sauf pour le livre V et de multiples détails de style.

Le manuscrit de Winchester est divisé en huit récits. Eugène Vinaver, son éditeur, interprète ces récits comme des unités indépendantes. Il est pourtant plus satisfaisant de les interpréter comme formant un tout. On peut distinguer trois parties. La première comprend les deux récits initiaux : enfance d'Arthur, victoires et couronnement. Dans la partie médiane, Malory rapporte les prouesses des compagnons du roi : d'abord le meilleur de tous, Lancelot ; puis Gareth ; puis Tristan et son rival en amour, Palomidès ; vient enfin la quête du Saint-Graal. Dans la troisième et dernière partie, Malory montre l'impossible passion – amour et souffrances – de Lancelot pour Guenièvre, l'épouse d'Arthur, qui entraîne la discorde entre les chevaliers de la Table ronde, et la mort que s'infligent mutuellement Arthur et son fils et neveu Mordret. Le cinquième récit du manuscrit de Winchester, consacré à Tristan, est le plus long : l'amour de Tristan pour Yseut, mariée au (mauvais) roi Marc, annonce les deux derniers récits. L'ouvrage de Malory entrelace donc une chronique du règne d'Arthur, une suite d'aventures chevaleresques et une exaltation de l'amour, absolu, fidèle, tragique.

Le personnage principal est Lancelot, chevalier modèle, c'est-à-dire guerrier vaillant et parfait amant. Malory nous interdit de le condamner. Ainsi, l'auteur fait suivre la scène d'amour réunissant Lancelot et Guenièvre de l'épisode où sire Urré, victime d'une sorcière, ne peut être guéri que par le m [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LA MORT D'ARTHUR, Thomas Malory  » est également traité dans :

CYCLE ARTHURIEN DANS LA FANTASY

  • Écrit par 
  • Anne BESSON
  •  • 2 481 mots

Dans le chapitre « Entre fidélité et innovation  »  : […] Tout inventives qu'elles soient, ces réécritures revendiquent avec un bel ensemble leur fidélité à des sources médiévales qu'elles n'hésitent pas à convoquer. Cela contribue à leur statut ambivalent, entre fiction merveilleuse et mise à jour de vérités immémoriales enfouies. Nos deux pionnières, Stewart et Bradley, s'appuyaient ainsi très directement sur deux intertextes majeurs : la source histor […] Lire la suite

MALORY sir THOMAS (1408-1471)

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 423 mots

Longtemps resté mystérieux, l'auteur de Morte Darthur , ou La Mort d'Arthur , publié en 1485 par le premier imprimeur anglais William Caxton (1422-1491), a pu, grâce à divers documents rassemblés dans une étude de Vinaver (1929), être identifié sous les traits d'un gentilhomme du Warwickshire, dont la vie fut aventureuse à souhait. Soldat, il combattit à Calais en 1436 ; fait chevalier vers 1442, […] Lire la suite

Pour citer l’article

André CRÉPIN, « LA MORT D'ARTHUR, Thomas Malory - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/la-mort-d-arthur/