LA JÉRUSALEM DÉLIVRÉE, Le TasseFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une quête d'unité

Si La Jérusalem délivrée conserve bien l'héritage traditionnel chevaleresque de l'affrontement entre païens et chrétiens, elle le radicalise fortement. Le monde païen est caractérisé par la démesure, l'absence de frein et d'unité, même si certains ne sont pas dénués d'une valeur guerrière (Argante) ou d'une grandeur héroïque (Soliman). Les croisés sont aussi menacés par les ténèbres et la dispersion, mais ils accomplissent un parcours qui les fait tendre vers l'unité et le salut. Ils peuvent errer, c'est-à-dire se tromper, comme Renaud qui s'abandonne aux plaisirs charnels, se perdre à la fois spatialement et intérieurement, comme Tancrède et son « vain amour » pour Clorinde. Mais leur quête est initiatique et c'est dans cette démarche ascétique qu'ils dépassent leurs errements.

La magicienne Armide, aidée de Satan, entraîne les croisés sur les chemins de l'errance, vers des paradis profanes, tandis que Godefroi, secondé par Pierre l'Ermite et Dieu lui-même, les guide vers le ciel. Le merveilleux chrétien, d'origine céleste, s'oppose donc à la magie et aux tromperies utilisées par les païens. Il se pose en bouclier des forces diaboliques.

C'est ce chemin vers l'unité qui oriente tout le poème et qui sous-tend l'architecture de l'œuvre, d'une grande cohérence malgré la variété de ses épisodes. Cette bipolarité entre monde chrétien et monde païen n'évite pourtant pas la tension ou l'ambivalence. Certains personnages féminins païens finissent par trouver place dans la dynamique chrétienne, comme Clorinde qui se fait baptiser à sa mort par Tancrède. Tancrède rend ainsi la vie à celle à qui il vient de donner la mort, mais dans une sorte de combat amoureux : « Il touche son beau sein de la pointe de son fer/ qui s'y plonge et boit avidement son sang ;/ Et son corsage, orné de broderies d'or fin,/ Dont la douce tendresse enserrait sa poitrine,/ Il l'emplit d'un flot tiède. Elle se sent déjà/ Mourir et, défaillant, son pied vacille et cède » (Chant douzième, 64, 3-4). C'est là que Clorinde découvre à la fois [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : agrégée d'italien, chargée de cours à l'université de Paris-III

Classification


Autres références

«  LA JÉRUSALEM DÉLIVRÉE, Le Tasse  » est également traité dans :

TASSE LE (1544-1595)

  • Écrit par 
  • Jean-Michel GARDAIR
  •  • 2 996 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La « Jérusalem délivrée » »  : […] C'est peut-être une chance unique pour nous modernes, a priori réfractaires à l'épopée mais immédiatement séduits par la sensibilité poétique du Tasse, que d'accéder à travers la Jérusalem délivrée à la dimension perdue et aux joies antiques de la grande poésie épique telle que l'évoque précisément l'écrivain dans une page célèbre du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-tasse/#i_24214

Pour citer l’article

Pascaline NICOU, « LA JÉRUSALEM DÉLIVRÉE, Le Tasse - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-jerusalem-delivree/