LA FIANCÉE PRUSSIENNE(I. Bouïda)Fiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né en 1954, Iouri Bouïda est l'une des voix les plus originales de la littérature russe d'aujourd'hui. Originaire de la Prusse orientale, enclave autrefois allemande entre la Pologne et la Lituanie, devenue soviétique à l'issue de la Seconde Guerre mondiale, il met en scène cette terre au-delà des confins de la Russie dans La Fiancée prussienne (trad. Sophie Benech, Gallimard, 2005). Le recueil est composé de nouvelles (quarante-sept dans l'édition russe de 1998, trente dans l'édition française) dans lesquelles le narrateur se remémore la ville de son enfance, et qui sont liées entre elles par les personnages que l'on retrouve de l'une à l'autre. Proche par certains côtés de l'œuvre d'un Bruno Schulz, l'ensemble forme une chronique nouvelle des hasards et étrangetés de la vie d'une petite ville doublement provinciale, puisqu'éloignée géographiquement du centre et de la Russie même.

Les descriptions de Bouïda sont crues, naturalistes, mais s'affranchissent vite du réalisme. Rien de prévisible dans cet univers fantomatique : un papillon noir sort des yeux du cadavre d'une jeune fille – la fiancée prussienne qui donne son titre au livre –, qui devient poussière sous les yeux terrifiés d'enfants pilleurs de tombes ; une jeune martyrisée vient mourir sur les genoux de son bourreau ; deux jumelles aux prénoms bibliques de Marthe et Marie rejouent nuit après nuit la même scène mystérieusement perverse : l'une reçoit ses amants le visage voilé, tandis que l'autre regarde leurs ébats ; le don Juan de la ville est lynché par celles qu'il a un jour honorées ; une femme recopie jour après jour le même poème d'amour de Pouchkine. L'attendu est sans cesse déjoué, et l'âme se révèle « ombre et secrets », selon les mots de Bouïda. Le destin, mis en œuvre par un dieu dont on comprend mal les desseins, a plus d'un tour dans son sac, et le fantastique affleure à la surface du banal. Bouïda, dont le nom signifie en polonais « menteur », comme il l'explique lui-même da [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : maître de conférences en littérature et culture russes à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Pour citer l’article

Hélène MÉLAT, « LA FIANCÉE PRUSSIENNE(I. Bouïda) - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-fiancee-prussienne/