PATHELIN LA FARCE DE MAÎTRE (1461-1469)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Conservée par des textes imprimés au xve siècle, La Farce de maître Pathelin prend, avec mille six cents vers, les proportions d'une comédie ; elle en a l'habile composition, la psychologie, le décor concret. On peut se demander si l'auteur, resté inconnu, n'a pas connu Térence. Pourtant, son œuvre se rattache bien à la tradition des farceurs, tels les Enfants Sans-Souci, en rapport avec les clercs de la Basoche et avec les Sots. L'intrigue est simple : un avocat réussit à tromper un marchand, mais un berger réussit à tromper l'avocat ; c'est l'éternel ressort comique du trompeur trompé. Les deux thèmes de cette intrigue sont développés avec soin et ils finissent par se mêler dans la cervelle du pauvre drapier qui s'embrouille dans son procès. Les types comiques traditionnels : Guillaume Joceaulme, drapier, l'avocat et sa femme Guillemette, Thibault l'Aignelet, berger, donc niais, figurent ici avec une personnalité assez riche et dans un contexte domestique et professionnel (commerce, justice, élevage) qui les complète utilement. Mais surtout le rire se fonde sur les ressources du langage, depuis les calembours qui n'ont pas tous vieilli jusqu'au jargon fabriqué à partir des dialectes limousin, picard, normand, flamand, breton. C'est dans l'invention d'un mot, le cri « bée », que culmine le rire : ce signal de la bêtise, dont l'avocat recommande le stratagème au berger, lui sera finalement opposé quand il voudra se faire payer. On comprend que cette pièce comique ait tout de suite connu un grand succès ; Rabelais la connaît par cœur : elle peut, en effet, soutenir la comparaison avec les comédies italiennes dont s'inspirera notre théâtre classique.

—  Daniel POIRION

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-Sorbonne

Classification


Autres références

«  PATHELIN LA FARCE DE MAÎTRE (1461-1469)  » est également traité dans :

FARCE

  • Écrit par 
  • Cedric E. PICKFORD
  •  • 1 160 mots

Dans le chapitre « Quelques exemples »  : […] Des scènes comiques s'inséraient dans le théâtre religieux – les diables dans Le Jeu d'Adam ou les scènes de taverne dans le Jeu de saint Nicholas –, mais les premières farces dramatiques et indépendantes sont Le Garçon et l'aveugle et Courtois d'Arras (apr. 1266). Cette pièce n'a que 265 vers, et la plupart de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/farce/#i_179

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Histoire

  • Écrit par 
  • Robert PIGNARRE
  •  • 8 346 mots

Dans le chapitre « La chrétienté médiévale »  : […] En même temps que les structures politiques et sociales du monde antique, les Grandes Invasions balaient un trésor millénaire de culture. Cependant, les brassages de populations qui s'en sont suivis ont produit tôt ou tard des conditions favorables à la diffusion du message chrétien. C'est dans les régions réputées « barbares », Germanie, Pays-Bas, îles Britanniques, Gaule incomplètement romanisée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-histoire/#i_179

Pour citer l’article

Daniel POIRION, « PATHELIN LA FARCE DE MAÎTRE - (1461-1469) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-farce-de-maitre-pathelin/