LA COMÉDIE, Dante AlighieriFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une somme poétique

L'une des caractéristiques de cette œuvre inclassable est aussi d'avoir été la dernière synthèse universelle possible d'un Moyen Âge extrême et atypique, mais grosse déjà des ouvertures de l'humanisme tout proche. Bien qu'écrite en langue vulgaire « illustre » (le florentin de son époque), fixée et réinventée par et pour la création de Dante, une pareille somme sera très vite qualifiée de « divine » par Boccace dans la biographie de son aîné.

Ainsi que l'a montré la critique allemande (E. R. Curtius, E. Auerbach, L. Spitzer), culture et pensée antiques, directement assimilées ou passées par le filtre arabe et la transmission populaire, s'y conjuguent avec l'apport révolutionnaire du christianisme pour mettre en scène des milieux et des personnages variés, socialement étrangers les uns aux autres, mêlant le haut et le bas, l'illustre et le vulgaire, le meilleur et le pire, le dramatique et le dérisoire, en une vaste « comédie » où – littéralement – se manifeste et s'incarne à chaque fois non seulement une « moralité » mais une personne, divine et vivante. Parmi tous ces portraits, citons notamment ceux de Francesca da Rimini (Enfer, V), d'Ulysse (Enfer, XXVI), de Guido da Montefeltro (Enfer, XXVIII), du comte Ugolino (Enfer, XXXII), et celui de Manfred dans le Purgatoire (III) ou de Charles Martel dans le Paradis (VIII).

Autre présence de la culture antique : dans le voyage qui va le conduire de l'Enfer à la vision finale du Paradis, après avoir traversé le Purgatoire, Dante va être guidé (au mois jusqu'au chant XXVII du Purgatoire) par Virgile, « sage gentil » et « bon maître », à la fois autorité et personnage, comme si l'accomplissement poétique ne pouvait advenir que dans la circulation et la reprise d'une parole antérieure. Mais cela ne peut se suffire : l'œuvre n'est pas autosignifiante. L'auteur – un Dante plus âgé et assagi de ce voyage-là – no [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LA COMÉDIE, Dante Alighieri  » est également traité dans :

ALLÉGORIE, notion d'

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 460 mots

Dans le chapitre « De l'allégorie au symbole »  : […] Ainsi autorisée par la théologie, l'allégorie a connu un prodigieux essor dans la littérature et l'art du Moyen Âge – au point que la pensée médiévale tout entière a pu être qualifiée d'allégorique. Tout s'entrelace, tout se répond dans un monde saturé de signes, sorte de livre où déchiffrer les marques du Créateur – mais aussi miroir de soi dans la quête amoureuse du Roman de la Rose ( xiii e   […] Lire la suite

DANTE ALIGHIERI (1265-1321)

  • Écrit par 
  • Paul RENUCCI
  •  • 5 460 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « « La Divine Comédie » »  : […] Nul ne met plus en doute que la Comédie à laquelle l'admiration de la postérité ajouta l'épithète « divine », et dont le titre définit, suivant les catégories littéraires d'alors, un style moins noble et soutenu que celui de la tragédie, dont le modèle est l' Énéide de Virgile, ait été composée tout entière pendant l'exil de Dante. L'odyssée qu'elle conte est celle du poète lui-même, perdu « au m […] Lire la suite

ÉPOPÉE, notion d'

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 638 mots

Dans le chapitre « Merveilleux païen, merveilleux chrétien »  : […] Quasi oubliée au Moyen Âge, l'œuvre d'Aristote est redécouverte par les humanistes italiens de la Renaissance – c'est-à-dire bien après qu'a commencé de s'imposer, dans les différentes langues européennes, une littérature vernaculaire. À suivre les principes aristotéliciens , La Divine Comédie (1304-1320) de Dante ne semble pas digne d'être comparée à L'Iliade puisqu'elle ignore notamment la règ […] Lire la suite

MIMÉSIS, Erich Auerbach - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 793 mots

Dans le chapitre « Le bas couleur de bruyère »  : […] Reprenant des travaux plus anciens sur Dante, Auerbach montre que La Divine Comédie , au xiv e  siècle, par le choix de la langue « vulgaire » (l'italien au lieu du latin), mais surtout par la mise en œuvre de la notion de figure (le rapport d'un événement présent à un autre événement, passé ou futur), opte pour un « réalisme sérieux », plus proche en cela du réalisme moderne que de la stylistiqu […] Lire la suite

Les derniers événements

États-Unis – Corée du Nord. Polémique au sujet du film « The Interview ». 15-27 décembre 2014

, sur les communications privées de ses collaborateurs ou des projets de scénarios. Le 17, S.P.E. déclare renoncer à l'exploitation du film de Seth Rogen The Interview, une comédie relatant l'assassinat du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un par deux journalistes américains engagés par la C.I.A […] Lire la suite

Géorgie. Réélection du président de la province sécessionniste d'Abkhazie. 12 décembre 2009

, est réélu dès le premier tour avec plus de 59 p. 100 des voix, alors que son principal adversaire, l'ancien vice-président Raoul Khadjimba, n'obtient que 16 p. 100 des voix. Les candidats d'opposition contestent ce résultat. La Géorgie parle, elle, de « comédie » orchestrée par la Russie et, avec la communauté internationale, refuse de reconnaître cette élection jugée illégale. […] Lire la suite

France. Fin de la grève des fonctionnaires corses. 1er-30 avril 1989

corses rejettent le « diktat » de Paris, tandis qu'à l'Assemblée nationale le Premier ministre qualifie de « comédie » les négociations des derniers jours. Le soir même, la plus importante manifestation depuis le début de la grève réunit douze mille personnes à Bastia. Elle est suivie de violents […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Charles VEGLIANTE, « LA COMÉDIE, Dante Alighieri - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/la-comedie/