LA CHARTREUSE DE PARME, StendhalFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Aventures italiennes

Le 15 mai 1796, l'armée de Bonaparte entre à Milan. Le lieutenant Robert est logé au château de Grianta, près de Côme, chez le marquis del Dongo qui s'est enfui, laissant seules sa femme et sa jeune sœur, Gina. Deux ans plus tard, le marquis est de retour avec les troupes autrichiennes. La marquise a mis au monde un garçon, Fabrice, fils probable de l'officier français. Éduqué d'abord chez les jésuites à Milan, l'enfant rentre bientôt à Grianta, où le rejoint sa tante, Gina, devenue veuve du comte Pietranea. Les années passent, heureuses, jusqu'en 1815 : Napoléon vaincu, les Autrichiens sont de nouveau à Milan. Fabrice décide d'aller rejoindre l'empereur qui vient de s'enfuir de l'île d'Elbe. Après un court séjour en prison, il assiste, dans la plus grande confusion, à la défaite de Waterloo. De retour en Italie, le jeune homme, dénoncé par son frère, retrouve Gina à Parme. Celle-ci, quoique secrètement éprise de son neveu, devient la maîtresse du futur premier ministre du prince Ranuce-Ernest IV, le comte Mosca, qui lui fait épouser pour la forme le vieux duc Sanseverina. Fabrice, à qui est promis l'archevêché de la ville, est envoyé trois ans à l'Académie ecclésiastique de Naples. Rentré à Parme, il multiplie les aventures amoureuses qui lui valent de graves ennuis : attaqué par un amant jaloux, il tue son rival, l'acteur Giletti.

Enjeu d'intrigues de palais, Fabrice est dénoncé et emprisonné dans la tour Farnese. Là, il retrouve Clelia Conti, une jeune fille rencontrée quelques années plus tôt en compagnie de son père, le général Fabio Conti, devenu à présent gouverneur de la prison. Une idylle naît entre le prisonnier et la fille du geôlier, qui parviennent à communiquer. La Sanseverina, avec l'aide de Mosca et de Clelia, fait évader Fabrice. Mais Clelia se reproche d'avoir compromis son père et renonce à son amour. Pendant ce temps, le prince est empoisonné, à l'instigation de la duchesse, qui consent à accorder ses faveurs à son successeur en échange de la grâce définitive de Fabrice. Celui-ci cepe [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LA CHARTREUSE DE PARME, Stendhal  » est également traité dans :

CRÉATION LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Gilbert DURAND
  •  • 11 584 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Genèse du mythe, génie du lieu »  : […] Il est banal de dire que les « lieux » littéraires sont devenus des lieux sacrés. À jamais le modeste chemin qui mène aux Charmettes et ses pervenches printanières ont pris, grâce aux Confessions , l'ampleur d'une route et de stations de pèlerinage. Ce lac près d'Aix-les-Bains que Lamartine, lors d'un très bref séjour, a immortalisé dans un célèbre poème rejoint la rive de l'Arno à jamais fixée pa […] Lire la suite

STENDHAL

  • Écrit par 
  • Michel CROUZET
  •  • 4 996 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Vie de Stendhal »  : […] Né à Grenoble le 23 janvier 1783, Henri Beyle perd sa mère à sept ans et vit, dans une famille qu'il hait, une enfance sombre et révoltée ; son opposition est soutenue par sa participation passionnée aux événements de la Révolution, par ses études à l'École centrale (1796-1799), où il reçoit une formation « moderne » et acquiert de bonnes connaissances en mathématiques. Il se rend à Paris sous pré […] Lire la suite

Pour citer l’article

Guy BELZANE, « LA CHARTREUSE DE PARME, Stendhal - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/la-chartreuse-de-parme/