LA 317e SECTION, film de Pierre Schoendoerffer

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Authenticité, engagement, émotion

Si son auteur est singulier, ce film est un météore, dans un cinéma français d'une grande frilosité pour ce qui est de la politique, spécialement la politique coloniale (on attend toujours, malgré l'honorable Avoir vingt ans dans les Aurès (1972) de René Vautier, un équivalent sur la guerre d'Algérie). Frappe d'emblée l'absence d'hypocrisie : la guerre est fascinante, parce que l'« épreuve du feu » est un rite de passage à l'âge d'homme ; mais la guerre, surtout coloniale, est cruelle, sale, voire dégoûtante. Les anecdotes égrenées par Willsdorf sur le ton de la plaisanterie sont glaçantes, et ce qui est montré des relations de l'armée française aux khmers, effrayant.

Les portraits sont d'un réalisme rare : militaires professionnels, le « malgré-nous » Willsdorf, passé de la Wehrmacht au corps expéditionnaire français, le jeune lieutenant idéaliste que la réalité ne cesse de blesser tel un enfant, le caporal khmer qui connaît les ruses et n'a pas d'états d'âme ; soldats d'occasion, chez qui le civil perce sous l'uniforme. En même temps, rien qui vienne « nourrir » ces portraits, comme le cinéma de guerre américain n'eut de cesse de le faire : rien sur la vie sentimentale de ces héros, sur leur enfance ni sur leurs amours. L'ennemi, lui, n'a pas de visage : ce sont les colonnes interminables des soldats « rouges », telles des fourmis voulant vous dévorer, ou la voix métallique et anonyme des haut-parleurs de la propagande. Un drame du pur comportement, sans épanchements ni confidences. La touche autobiographique est évidente (et n'est pas pour rien dans l'attrait du film) ; pour n'avoir pu aussi bien la reproduire, Schoendoerffer n'a pas réussi, dans ses films suivants, estimables mais guindés, à nous persuader que ses personnages sont nos semblables, nos frères.

Comme tout film de guerre, celui-ci exalte la fraternité des guerriers. Le couple du sous-officier de métier, rompu aux horreurs et sachant leur opposer sa tête froide, et du jeune blanc-bec qui prend ses décisions sur des coups de tête, touche malgré la convention ; leur rel [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle, directeur d'études, École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  LA 317 e SECTION, Pierre Schoendoerffer  » est également traité dans :

CREMER BRUNO (1929-2010)

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 785 mots
  •  • 1 média

Bien qu'il ait fait auparavant quelques apparitions à l'écran, la première image que le spectateur de cinéma retint de Bruno Cremer fut celle de l'adjudant Willsdorf dans La 317 e  Section de Pierre Schoendoerffer (1964). Il campait dans ce film un sous-officier de carrière baroudeur et désabusé, avec une authenticité telle qu'on pouvait croire qu'il avait réellement suivi une carrière militaire […] Lire la suite

VOYAGE À TRAVERS LE CINÉMA FRANÇAIS (B. Tavernier)

  • Écrit par 
  • Norbert CZARNY
  •  • 1 162 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De Becker à Sautet »  : […] Ce voyage conduit de Becker à Sautet. Si Bertrand Tavernier n’a pas connu le premier, auteur des Rendez-vous de juillet , le second, auteur de Classe tous risques , a été son ami et son conseiller. Becker et Sautet rendent l’essence d’une époque. Ils en sentent les contradictions et les transformations. Chez les deux cinéastes, souvent dédaignés, le travail se voit : stylistes dans Falbalas , pris […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques AUMONT, « LA 317e SECTION, film de Pierre Schoendoerffer », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/la-317e-section/