L'ORFEO (C. Monteverdi)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Argument

L'action se déroule dans les plaines de Thrace (actes I, II et V), à l'entrée des Enfers (acte II) et dans le séjour des morts (acte IV).

Prologue. La Musica descend de la demeure des Muses pour saluer les nobles commanditaires de l'œuvre, évoquer les pouvoirs de son art et annoncer la fable de son héros, Orphée.

Acte I. Devant les temples d'Hyménée et Apollon, les Nymphes et les Bergers célèbrent les noces d'Orphée et Eurydice. Ils évoquent les tourments endurés par Orphée avant qu'Eurydice accepte son amour. Les deux époux interviennent une fois chacun, au centre de l'acte. Orphée célèbre son père divin, Le Soleil (Apollon), avant d'évoquer la perfection de son amour. Eurydice dit simplement son bonheur absolu. Le chœur final rappelle les épreuves passées et se conclut par l'évocation jubilatoire du bonheur d'Orphée.

Monteverdi, Orfeo, Lasciate i monti

Son : Monteverdi, Orfeo, Lasciate i monti

Orfeo: acte.I, chœur des Nymphes et des Bergers Lasciate i monti Interprétation: Orchestre de chambre de Berlin et Chœurs de la Radio de Berlin, direction Helmut Koch (enregistré en 1954). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

Acte II. Deux parties s'opposent pour former la première péripétie du drame. Une pastorale ouvre l'acte, ponctuée de canzonettas des Bergers et d'une chanson d'Orphée : tous se réjouissent. Mais tout s'assombrit brutalement à l'entrée d'un nouveau personnage : Silvia, la Messagère. Dans un poignant récit, elle narre la mort accidentelle d'Eurydice, mordue par un serpent tandis qu'elle cueillait des fleurs. Lorsque Orphée sort de sa stupeur, il annonce sa résolution de descendre aux Enfers pour en ramener son épouse. Le chœur final est une longue lamentation funèbre.

Acte III. Véritable apogée de l'œuvre, cet acte suit une forme dramatique et musicale strictement symétrique. Orphée est accompagné à la porte des Enfers par l'Espérance (une vertu chrétienne). Elle lui montre le sombre marécage et l'effrayant Nocher, et s'éloigne. Orphée est une première fois la proie du désespoir. Charon lui interdit le passage. Le chanteur s'élance dans une longue aria, « Possente Spirto », où il fait la démonstration de tous les pouvoirs de son chant : virtuose, séduisant, émouvant, il va jusqu'à évoquer par son chant surhumain l'harmonie des sphères. Charon reste cependant sourd à son chant. Orphée, à nouveau désespéré, exerce un ultime charme : les sons de sa symphonie endorment Charon. Il pénètre dans les Enfers, tandis que le chœur des esprits infernaux célèbre son triomphe.

Acte IV. Aux Enfers, Proserpine, touchée par la plainte d'Orphée, convainc son époux Pluton de lui rendre Eurydice. Celui-ci accepte, à une condition : qu'Orphée ne regarde pas son épouse avant d'être revenu au jour. Le chanteur remonte vers la lumière, exultant de joie et d'orgueil. Il doute cependant de la parole du dieu, et suscite lui-même la deuxième péripétie de l'opéra : manquant de foi, il se retourne, et perd une seconde fois Eurydice. Il est rejeté vers la lumière désormais haïe du soleil, tandis que le chœur déplore que le héros ait été vaincu par ses propres passions.

Acte V. Dans les plaines de Thrace, Orphée se lamente jusqu'au blasphème. Il renie même l'amour des femmes. La version originale de 1607 prévoyait que l'opéra s'achevait par la vengeance des femmes : elles lacéraient le héros lors d'une bacchanale dionysiaque. La partition de 1609 offre une conclusion apollinienne : Apollon vient chercher son fils pour le conduire aux cieux, où il retrouvera l'image d'Eurydice, devenue constellation. Après cette apothéose, le chœur des Bergers et des Nymphes célèbre la gloire de celui qui vécut sur terre, souffrit la passion, descendit aux enfers par amour, et monta finalement au ciel.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur d'analyse et de culture musicale à l'École nationale de musique de Montbéliard et au Conservatoire national supérieur de musique de Paris

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Denis MORRIER, « L'ORFEO (C. Monteverdi) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/l-orfeo/