L'ORESTIE, EschyleFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une famille maudite

Le drame commence la nuit, sur la terrasse du palais des Atrides ; une sentinelle guette le signal annonçant la prise de Troie et le retour du roi Agamemnon. La flamme attendue brille soudainement : Agamemnon revient en vainqueur. La reine Clytemnestre feint la soumission à son époux, alors qu'elle s'apprête à l'assassiner. La prophétesse Cassandre, captive d'Agamemnon, émet de terribles prédictions. Le roi tombe peu après sous les coups de Clytemnestre et de son amant Égisthe.

Oreste, fils d'Agamemnon, regagne sa patrie. Avec la complicité de sa sœur Électre et l'appui de son ami Pylade, il venge son père en tuant Clytemnestre, sa propre mère, et Égisthe. Il s'enfuit aussitôt, poursuivi par les Érinyes, divinités de la vengeance. Le titre de cette deuxième partie, Les Choéphores, doit son nom au chœur de Troyennes captives qui portent des libations au tombeau d'Agamemnon.

Dans Les Euménides, la scène prend place dans le temple d'Apollon à Delphes, puis dans celui d'Athéna, sur l'Acropole d'Athènes. Oreste y est jugé par l'Aréopage, le tribunal athénien, et acquitté après l'intervention de la déesse. Apaisées par la promesse d'un sanctuaire en Attique, les Érinyes deviennent les Euménides – les Bienveillantes.

Cette trilogie était à l'origine une tétralogie, terminée par un « drame satyrique », Protée, qui a été perdu.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  L'ORESTIE, Eschyle  » est également traité dans :

L'ORESTIE (mise en scène O. Py)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 1 017 mots

Unique trilogie héritée d'Eschyle, L'Orestie, œuvre fondatrice du théâtre, ne cesse d'interroger le théâtre et ses metteurs en scène. On se souvient, en France, de Bernard Sobel, célébrant à travers elle la naissance de la démocratie dans les années 1980. On n'a pas oublié la fête somptueuse e […] Lire la suite

ESCHYLE (env. 525-456 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jacqueline de ROMILLY
  •  • 4 654 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La justice »  : […] Eschyle croit à la justice divine. Et en particulier lorsqu'il s'agit de fautes mettant en cause soit le respect des dieux soit la vie des humains. Ses vers résonnent un peu partout du nom des Érinyes, les déesses vengeresses attachées à poursuivre le crime. Et à chaque instant il répète que toute faute est un jour châtiée. « Nul rempart ne sauvera celui qui, enivré de sa richesse, a renversé l'au […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Le mélange des genres

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 6 547 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Danse, cirque, arts plastiques, musique »  : […] Figures de proue du spectacle vivant avec l'opéra, la danse et le théâtre se sont côtoyés ou ont fusionné au fil de leur histoire, se nourrissant d'échanges liés à leurs pratiques. Cette intégration a surtout été suscitée par l'expression corporelle liée au théâtre et la recherche de son évolution dans le mouvement, avant d'être associée de manière plus repérable dans la représentation. Le corps […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Florence BRAUNSTEIN, « L'ORESTIE, Eschyle - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-orestie-eschyle/