L'ŒIL DU QUATTROCENTO, Michael BaxandallFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Apprécier une œuvre en fonction de l'expérience quotidienne

Baxandall cite l'humaniste Pier Paolo Vergerio qui considère, dans son traité des bonnes mœurs daté de 1404, que les personnes de distinction doivent savoir apprécier les œuvres d'art, ainsi que plusieurs auteurs qui rappellent le triple but des peintures religieuses, de loin les plus nombreuses : instruire les gens illettrés des vérités de la foi, graver l'exemple des saints dans leur mémoire et susciter en eux un puissant sentiment de dévotion, la vue étant plus efficace que l'ouïe pour émouvoir.

Tout en se méfiant des dérives idolâtres, les autorités ecclésiastiques encouragent la peinture en confiant au peintre la tâche de représenter les exercices de « visualisation intérieure » de l'Écriture qu'ils encouragent les fidèles à pratiquer. D'où le parallélisme entre sermons commentant les sentiments liés aux fêtes liturgiques et l'iconographie de certains tableaux : Baxandall en fait une démonstration magistrale en comparant les sermons du frère Roberto Caracciolo et les peintures des différentes « phases » de l'Annonciation. Le goût des formes géométriques, des proportions et des constructions perspectives dans les tableaux est également mis en correspondance avec le bagage en géométrie et en arithmétique des marchands commanditaires.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure de Sèvres, maître de conférences en histoire de l'art des Temps modernes à l'université de Provence

Classification

Autres références

«  L'OEIL DU QUATTROCENTO, Michael Baxandall  » est également traité dans :

BAXANDALL MICHAEL (1933-2008)

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 1 042 mots

Né en 1933 à Cardiff (Royaume-Uni), Michael Baxandall a conduit une carrière de chercheur et d'enseignant en histoire de l'art dans le Royaume-Uni (il fut professeur « d'histoire de la tradition classique » à l'Institut Warburg et Courtauld, à Londres, et à l'université d'Oxford), puis aux États-Unis (universités de Cornell et Berkeley), sans compter une brève période de collaboration au départem […] Lire la suite

Pour citer l’article

Martine VASSELIN, « L'ŒIL DU QUATTROCENTO, Michael Baxandall - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/l-oeil-du-quattrocento/