L'HOMME QUI RIT, Victor HugoFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un roman-univers

Un soir de janvier 1690, un jeune garçon est abandonné au bas de la falaise de Portland. La troupe qui l'accompagnait s'embarque sur un bateau qui, peu après, fait naufrage. Avant de périr, les fuyards consignent l'aveu de leurs crimes sur un parchemin glissé dans une gourde qu'ils jettent à la mer. Errant sur la presqu'île, le garçon découvre, dans les bras raidis du cadavre d'une jeune femme, une petite fille qu'il emmène. Les enfants trouvent refuge dans la roulotte d'Ursus, médecin, philosophe, bonimenteur et ventriloque qui sillonne les routes en compagnie d'Homo, un loup apprivoisé. Au matin, Ursus s'aperçoit que la petite fille, qu'il a baptisée Dea, est aveugle et que le garçon, Gwynplaine, a été sciemment défiguré : son visage est barré d'un rire immobile et perpétuel.

Quinze années passent. Les enfants ont grandi et s'aiment d'une passion pure : « Une seule femme sur la terre voyait Gwynplaine et c'était cette aveugle. » Celui-ci, attraction des spectacles montés par Ursus, attire les foules londoniennes. Un de ses admirateurs est Tom-Jim-Jack, un noble déguisé en marin qui est en réalité lord Derry-Moir, le fils naturel de lord Clancharlie, mort en exil, dont il a hérité les titres et la fortune. Il doit épouser la belle duchesse Josiane, sœur de la reine Anne, qui vient à son tour voir sur scène l'homme qui rit, s'en éprend et lui donne rendez-vous.

Mais Gwynplaine est arrêté par la police, au grand effroi d'Ursus. En fait, la gourde jadis jetée à la mer a été retrouvée. Les documents qu'elle contient prouvent que Gwynplaine, enlevé à sa naissance par les comprachicos, vagabonds trafiquants d'enfants, est le fils légitime et donc l'héritier direct de lord Clancharlie : cette révélation fait le jeu de Barkipheldro, personnage influent de la cour, qui a résolu la perte de Josiane. Rétabli dans ses droits, Gwynplaine est enfermé dans son nouveau palais où il surprend, à moitié nue, la duchesse ; celle-ci va se donner à lui quand une lettre de la reine lui enjoint d'épouser le nouveau lord : elle le repousse, n'ayant plus de désir pour un futur mari. Intronisé parmi ses pairs, l'ancien saltimbanque entreprend de les haranguer en se faisant l'avocat de tous les miséreux. Mais ce discours prononcé par un étrange « masque de chair » ne rencontre que l'hilarité. Il s'enfuit et cherche à regagner la roulotte d'Ursus, en vain : ce dernier a reçu l'ordre de quitter le pays. Désespéré, il songe à se noyer quand Homo le retrouve et le conduit auprès de celle qu'il aime et a failli trahir. Le bonheur brutal des retrouvailles est fatal à Dea. Pour la rejoindre dans la mort, Gwynplaine se jette dans la mer.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : agrégé de lettres modernes, ancien élève de l'École normale supérieure

Classification

Pour citer l’article

Philippe DULAC, « L'HOMME QUI RIT, Victor Hugo - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/l-homme-qui-rit/