L'EXPÉRIENCE INTÉRIEURE, Georges BatailleFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une expérience des limites

Dans le prière d'insérer de l'édition de 1944, Bataille présente ainsi son projet : « Ne peut-on dégager de ses antécédents religieux la possibilité, demeurée ouverte, quoi qu'il semble, à l'incroyant, de l'expérience mystique ? la dégager de l'ascèse du dogme et de l'atmosphère des religions ? la dégager en un mot du mysticisme – au point de la lier à la nudité de l'ignorance ? » Ce que les religions nomment « expérience mystique », Bataille l'appelle « expérience intérieure », expérience débarrassée de tout projet, de toute finalité. Expérience, chez Bataille, signifie avant tout sortie hors de soi au péril de se perdre irrémédiablement. Expérience qui, si elle met en jeu la parole et la pensée, ne peut se réduire à elles – ce qui explique la méfiance de l'auteur à l'égard des surréalistes et de la poésie en général, dont il reconnaît cependant la puissance contestataire.

Les religions, fondamentalement sociales, comme le travail et la vie économique en général, cherchent à nous faire dépasser les limites de notre individualité, mais elles le font au nom d'un salut ou d'une totalité dont le système hégélien aura dit la vérité. C'est contre l'usage d'une négativité toujours au service d'une fin extérieure, voire transcendante, que Bataille porte le fer. La négativité ne se résume pas dans la production d'une œuvre réconciliatrice, car une part « sans emploi » (une « part maudite » pour reprendre le titre d'un de ses essais paru en 1949) échappe à tout asservissement. Au-delà de la maîtrise hégélienne, la « souveraineté » est la seule « autorité », la seule expérience, mais elle doit cependant, comme le souligne Maurice Blanchot que Bataille cite à plusieurs reprises, « s'expier ». Le savoir ne peut avoir le dernier mot, il reste servitude même lorsqu'il s'achève en « savoir absolu ». Faisant jouer Kierkegaard et surtout Nietzsche contre Hegel, Bataille s'efforce de pousser la dialectique jusqu'à ses limites : au bout du possible il découvre l'impossible, et le connu reconduit à l'inconnu. « [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  L'EXPÉRIENCE INTÉRIEURE, Georges Bataille  » est également traité dans :

AUTOBIOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Daniel OSTER
  •  • 7 548 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Autobiographie et mystique »  : […] De toutes les autobiographies, la plus courte, la plus révélatrice aussi, tient dans la réponse que Dieu fait à Moïse qui l'interpelle sur l'Horeb : je suis qui je suis , Je suis ce que je suis . L'autobiographie divine se résume non sans humour dans l'affirmation péremptoire d'une identité du sujet de l'énonciation et du sujet de l'énoncé qui en dit plus long que tout récit interposé. Autre mirac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autobiographie/#i_24629

BATAILLE GEORGES (1897-1962)

  • Écrit par 
  • Francis MARMANDE
  •  • 2 721 mots

Dans le chapitre « L'expérience intérieure »  : […] Publiée en 1943, marquée par la rencontre de Maurice Blanchot, L'Expérience intérieure sera par la suite augmentée de Méthode de méditation (1947), du Coupable (1944), de L'Alleluiah (1947) et de Sur Nietzsche (1945), constituant ainsi le premier tome d'une Somme athéologique où le jeu de l'angoisse et d'une extase déprise de la morale, des valeurs et de toute idée de Dieu doit viser au « pu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-bataille/#i_24629

Voir aussi

Pour citer l’article

Francis WYBRANDS, « L'EXPÉRIENCE INTÉRIEURE, Georges Bataille - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-experience-interieure/