L'ÉTHIQUE PROTESTANTE ET L'ESPRIT DU CAPITALISME, Max WeberFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La controverse post-wébérienne

La thèse de L'Éthique protestante se fonde sur une argumentation qui n'a cessé, depuis sa parution, d'être critiquée sous divers angles. Certaines discussions, lorsqu'elles n'ont pas évoqué, à la suite de Brentano, la disjonction totale des ordres religieux et économique (Samuelson), ont ainsi été alimentées par l'hypothèse d'une reconstruction possible des liens existant entre le protestantisme et le capitalisme à l'aide d'une explication différenciée faisant intervenir non pas une cause unique mais un faisceau de facteurs (Trevor-Roper). La nature du lien établi entre les deux sphères a aussi été questionnée pour l'ambiguïté entourant le statut de la causalité mise au jour par Weber, celle-ci oscillant, selon les points de vue, entre une acception classique et une définition proche de la corrélation ou de l'affinité. Un autre aspect du débat a trait à l'examen du support religieux lui-même qui aboutit à renoncer à trouver, dans le corpus calviniste, des éléments susceptibles de s'inscrire dans la généalogie de l'esprit du capitalisme (Biéler, Pellicani). Enfin, la mesure exacte de l'impact de la doctrine de la prédestination sur les comportements et l'évaluation de sa contribution à la rationalisation économique (Borkenau) représentent un dernier versant de la polémique. Par ailleurs, l'explication de Weber entre en concurrence avec des théories mobilisant un appareil démonstratif plus léger et axé, par exemple, sur la complexification de la division du travail (Durkheim), sur les conséquences démographiques et économiques de la Contre-Réforme (Trevor-Ropper), sur les relations entre le libéralisme politique des pays d'accueil et le protestantisme (Lüthy) ou encore sur l'hypothèse d'une ouverture plus grande de celui-ci à la modernité (Groethuysen, Boudon). Témoignant de la place historique de l'ouvrage dans la littérature sociologique, ce débat n'éclipse en rien la valeur méthodologique de L'Éthique protestante, qui cherche, au moyen nouveau de l'idéal type, à reconstruire les situatio [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : docteur en sociologie, D.E.A. de philosophie, maître de conférences à l'université de Paris V-Sorbonne

Classification


Autres références

«  L'ÉTHIQUE PROTESTANTE ET L'ESPRIT DU CAPITALISME, Max Weber  » est également traité dans :

CAPITALISME - Sociologie

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 3 508 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Les origines du capitalisme »  : […] Au xviii e  siècle, le capitalisme industriel commence à déplier ses ailes. Dans les premiers écrits qu'il consacre à cette rupture majeure, notamment dans L'Idéologie allemande (1845-1846), Karl Marx brosse un tableau de vaste ampleur destiné à rendre raison des conditions de développement des forces productives. La sépar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/capitalisme-sociologie/#i_32245

CHANGEMENT SOCIAL

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 5 802 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La dimension endogène »  : […] Ainsi l'importance des facteurs endogènes dans le changement est-elle soulignée. Schumpeter voyait dans l'innovation une solution à la fois non nécessaire et non optimale, mais proprement créatrice, affectant les séries historiques d'une forte discontinuité et d'une irréversibilité plus ou moins marquée. Reste évidemment à se demander ce qu'il y a de proprement endogène dans l'innovation, sous pei […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/changement-social/#i_32245

ÉCONOMIE SOCIOLOGIE DE L'

  • Écrit par 
  • Frédéric LEBARON
  •  • 4 580 mots

Dans le chapitre «  La « sociologie économique » »  : […] Ce que l'on appelle la « sociologie économique » peut être conçue comme une « hybridation » particulière de la sociologie et de l'économie, arbitrairement séparées à la fin du xix e  siècle par l'histoire de la division du travail académique. On peut aussi retenir, au moins provisoirement, une définition plus simple encore. La sociologie économiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-de-l-economie/#i_32245

IMAGINAIRE SOCIAL

  • Écrit par 
  • Pierre ANSART
  •  • 1 312 mots

Dans le chapitre « Les fonctions sociales de l'imaginaire social »  : […] Cette problématique de l'imaginaire n'est pas récente : elle a reçu des réponses élaborées depuis les origines de la réflexion philosophique ; elle a été renouvelée par les fondateurs modernes des sciences sociales. Ainsi, dans ses écrits sur la vie politique de son temps, Karl Marx insiste sur « le poids très lourd » que seraient les traditions anciennes dans le déroulement des révolutions. Dan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/imaginaire-social/#i_32245

PURITANISME

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT
  •  • 2 545 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Puritanisme et capitalisme »  : […] Dans son célèbre ouvrage L'Éthique protestante et l'esprit du capitalisme , M. Weber analyse l'influence du protestantisme – et spécialement du puritanisme – sur le développement de l'esprit capitaliste. Selon lui, la doctrine calviniste de la prédestination créant une certaine angoisse, l'activité et le succès professionnels sont interprétés par le fidèle comme des signes d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/puritanisme/#i_32245

VALEURS, sociologie

  • Écrit par 
  • Patrick PHARO
  •  • 2 321 mots

Plus encore que les normes, les valeurs font aujourd ' hui partie de ce vocabulaire de la sociologie qui s ' est progressivement imposé dans le langage courant pour désigner des idéaux ou principes régulateurs des meilleures fins humaines, susceptibles d ' avoir la priorité sur toute autre considération. Ce sens actuel de la valeur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valeurs-sociologie/#i_32245

WEBER MAX (1864-1920)

  • Écrit par 
  • Julien FREUND
  •  • 3 661 mots

Dans le chapitre « L'œuvre sociologique »  : […] Weber est le maître de la sociologie compréhensive. Il n'exclut nullement les autres formes de la sociologie, mais il veut insister sur le fait que, puisqu'elle porte sur des relations et des institutions qui sont le fruit d'une activité poursuivant des fins et cherchant à promouvoir des valeurs, on ne saurait rendre compte valablement de la réalité sociale par la seule explication causale. Il fa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/max-weber/#i_32245

Pour citer l’article

Éric LETONTURIER, « L'ÉTHIQUE PROTESTANTE ET L'ESPRIT DU CAPITALISME, Max Weber - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-ethique-protestante-et-l-esprit-du-capitalisme/