L'ESSENCE DU CHRISTIANISME, Ludwig FeuerbachFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'essence de la religion

« La conscience de Dieu est la conscience de soi de l'homme, la connaissance de Dieu est la connaissance de soi de l'homme. À partir de son Dieu tu connais l'homme, et inversement à partir de l'homme, son Dieu : les deux ne font qu'un. » Telle est « l'essence de la religion en général ». Ce postulat va guider les recherches de Feuerbach qui radicalise dans un sens humaniste les thèses de Hegel au point de faire de l'Absolu l'humanité elle-même (ce qui lui vaudra les sévères remontrances de Max Stirner dans L'Unique et sa propriété, en 1845). Connaissance, volonté, amour constituent les prédicats de l'homme, que, incapable de les réaliser par lui-même, il va projeter hors de lui dans un être supérieur qu'il appelle Dieu. Ce processus, qui consiste à expulser sa propre essence irréalisable dans le monde fini, constitue au sens propre l'aliénation. Celle-ci n'est pas seulement imputable au christianisme ou à la religion en général, mais aussi à la spéculation – terme sous lequel Feuerbach englobe aussi bien Jakob Boehme, Schelling que Hegel. C'est bien entendu ce dernier qui est tout particulièrement visé : Feuerbach lui reproche d'opérer une identification abusive entre philosophie et théologie. La spéculation hégélienne « n'est que le développement conséquent, l'accomplissement d'une vérité religieuse. » C'est donc le sol même de la philosophie dans son versant spéculatif qui doit être modifié. C'est du niveau sensible le plus matériel qu'il faut partir, et l'aliénation apparaîtra alors non comme enrichissement mais comme appauvrissement.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  L'ESSENCE DU CHRISTIANISME, Ludwig Feuerbach  » est également traité dans :

ALIÉNATION

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 7 998 mots

Dans le chapitre « De Hegel à Marx »  : […] Ce qui a préparé de loin cette greffe, c'est le caractère éminemment créateur de l'aliénation ; dans le système hégélien, l' Entäusserung , avec sa négativité propre, est un instrument de rationalité ; à tous les niveaux du système elle assure le passage de l'immédiat au médiat ; elle introduit dans l'indivision et la confusion initiales les média […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alienation/#i_31326

Pour citer l’article

Francis WYBRANDS, « L'ESSENCE DU CHRISTIANISME, Ludwig Feuerbach - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-essence-du-christianisme/