L'ANGUILLE, film de Shōhei Imamura

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'art de conjuguer le grave et le léger

Quand Yamashita revient de sa partie de pêche pour surprendre son épouse en galante compagnie, le néon qui éclaire la route soudain passe au rouge sang. Dès le début de son film, Imamura abat une carte symbolique, qu'il rejouera plusieurs fois, du flot rouge inondant le meurtrier à la mantille de la Carmen dansée par Keiko et par sa mère. L'histoire trouvera sa résolution lorsque, blessé dans la bagarre finale, le héros finira par saigner à son tour, mettant un terme à cette circulation symbolique du rouge.

Le cinéma d'Imamura n'est pas elliptique ; il offre au contraire toute une série d'explications, symboliques comme celle du rouge, directes et ex machina comme les voix off qui matérialisent les pensées des personnages, ou comme les lettres de dénonciation, ou encore, les inserts qui commentent muettement la situation (tel le gros plan d'un crapaud après les deux tentatives de Keiko pour nourrir Yamashita). De même, les cauchemars et hallucinations sont filmés sans recherche de discrétion, dans un style net qui n'épargne pas les distorsions de l'image.

Pour autant, l'impression dominante n'est pas la limpidité, entre autres parce que, à ces symbolismes élémentaires, le film oppose une grande métaphore opaque : l'anguille. Froide, humide, muette, c'est le contraire de la femme, cette créature qui visiblement inquiète le héros : l'anguille sert, obscurément et ironiquement, à apprivoiser la différence sexuelle. On n'est pas loin de donner raison au taulard lorsqu'il se fait analyste, et reproche au héros sa sexualité trop enfantine : l'anguille n'est-elle pas aussi une limpide métaphore phallique ?

Ces échos assourdis du premier style d'Imamura, obsédé de sexe et de violence, se fondent au ton apaisé de ses films plus récents. Comme dans De l'eau tiède sous un pont rouge (Akai hashi no shita no mizu, 2001), joué par le même couple d'acteurs, où réalisme amusé, personnages pittoresques et légère distance (à la Takeshi Kitano, mais dans un style moins strict) s'imbriquent intimement. L'homme [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle, directeur d'études, École des hautes études en sciences sociales

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques AUMONT, « L'ANGUILLE, film de Shōhei Imamura », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/l-anguille/