L'AGENT SECRET, Joseph ConradFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La banalité du mal

On retiendra de ce livre quelques aspects significatifs. Si L'Agent secret est bien un roman sur l'atmosphère de terreur inspirée par les mouvements anarchistes à la fin du xixe siècle, Conrad ne montre guère de véritables terroristes ; ceux qu'il met en scène sont besogneux, veules et vaniteux, à deux exceptions près : Michaelis l'illuminé, et surtout l'homme qui se fait appeler « le Professeur », seul membre du groupe à mériter un peu d'estime. Lui veut vraiment subvertir la société. Il fabrique et distribue des explosifs à cette fin, et porte toujours sur lui une charge reliée à un détonateur ; il fait donc preuve d'un sinistre courage au service de son idéal destructeur.

Autre point important : le personnage de Winnie, qui suscite des divergences parmi lecteurs et critiques. On a souvent reproché à Conrad, non d'être précisément misogyne, mais de ne pas accorder aux femmes une place importante dans son univers romanesque, par répugnance ou par manque de connaissance intime. Winnie est peu attrayante. Elle se refuse à la réflexion, et on se demande parfois si elle ne serait pas atteinte d'une forme atténuée de la débilité congénitale qui afflige son frère. En épousant Verloc, elle a conclu une sorte de marché : elle offre ses étreintes dans le lit conjugal en échange de la sécurité pour ce frère fragile. Ce qui revient pour elle à se laisser guider exclusivement par son amour de sœur pour Stevie, sentiment protecteur qui, chez elle, confine au fanatisme, puis conduit au meurtre.

Verloc et ses congénères sont totalement dépourvus d'envergure ; Stevie ne possède qu'une humanité incomplète ; sa sœur est un être passionné, mais confiné dans d'étroites limites psychologiques ; quant aux politiciens et policiers, ils sont peints, avec un superbe talent satirique, comme des fantoches ; certes, la belle-mère de l'agent secret pourrait attirer la sympathie, mais son portrait n'est qu'esquissé. C'est donc une vision très pessimiste de l'humanité qu'offre L'Agent secret. On retiendra néanmoins que, d'un bout à l'autre du livre, Conrad déploie les ressource [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite de l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Les derniers événements

3-8 octobre 2019 France. Attentat terroriste à la Préfecture de police de Paris.

agent administratif dans les locaux de la Préfecture de police de Paris, avant d’être abattu. L’auteur des faits, Mickaël Harpon, était informaticien au service technique de la direction du Renseignement de la Préfecture de police. Le 4, le parquet national antiterroriste se saisit de l’affaire. Les premières investigations indiquent que Mickaël Harpon […] Lire la suite

20 août 2009 Royaume-Uni – Libye. Libération du responsable de l'attentat de Lockerbie

agent secret libyen Abdelbaset Ali Mohamed Al-Megrahi, condamné pour l'attentat de Lockerbie et détenu dans une prison de Glasgow (Écosse), est libéré par « compassion » pour raisons de santé – il est atteint d'un cancer en phase terminale – par la justice écossaise. Il avait été jugé seul responsable de l'attentat contre un Boeing-747 de la PanAm, […] Lire la suite

28 octobre 2005 États-Unis. Inculpation de Lewis Libby dans l'affaire Valerie Plame

agent secret. Sans être accusé d'avoir lui-même informé la presse, Lewis Libby est inculpé pour parjure et entrave à la justice. Il démissionne aussitôt.  […] Lire la suite

6 juillet 2005 États-Unis. Enquête sur l'auteur d'une fuite relative à l'identité d'un agent secret et procès de la presse

agent secret – ce qui constitue un crime fédéral. À cette date, le diplomate Joseph Wilson, chargé de vérifier l'information selon laquelle l'Irak aurait acquis de l'uranium enrichi au Niger – thèse soutenue par l'administration Bush –, infirmait cette accusation dans une tribune parue dans le New York Times. Peu après, la presse, citant des sources […] Lire la suite

13-28 août 2001 Maroc. Condamnation d'un ancien agent secret auteur de révélations sur l'affaire Ben Barka

Le 13, la police arrête Ahmed Boukhari, ancien agent des services secrets, après une « plainte pour chèques sans provision ». Celui-ci avait, à la fin de juillet, fait des révélations à la presse française et marocaine sur les circonstances de l'élimination de Mehdi Ben Barka, chef de l'opposition de gauche au roi Hassan II, disparu en octobre 1965 […] Lire la suite

Pour citer l’article

Sylvère MONOD, « L'AGENT SECRET, Joseph Conrad - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/l-agent-secret/