L'AGENT SECRET, Joseph ConradFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une ténébreuse affaire

Le fait central de l'histoire est un attentat commis contre l'observatoire de Greenwich. Pour l'amorce de son récit, Conrad s'est fortement inspiré d'un événement réel : un attentat avait bien eu lieu à cet endroit le 15 février 1894, avec les mêmes conséquences que dans le roman : absence totale de dégâts significatifs, mais mort du porteur de la bombe artisanale qui aurait dû faire trembler tout l'Occident. À partir de là, le romancier a fait jouer abondamment son imagination et son art.

Dans un premier temps, le lecteur fait connaissance avec les quatre habitants d'une petite maison de Brett Street, artère imaginaire mais typique : une boutique louche que prolonge un logement. Le commerce est tenu par Adolf Verloc et lui sert de paravent ; il est en effet au service d'une ambassade étrangère et d'une association anarchiste. Il fait vivre à son foyer son épouse Winnie, sa belle-mère âgée et impotente, et son jeune beau-frère Stevie, arriéré mental. Pressé par l'ambassade de susciter une action anarchiste spectaculaire, Verloc finit par confier à Stevie la bombe destinée à endommager l'observatoire ; elle explose quand le jeune homme trébuche dans le parc, et déchiquette son corps. Lorsque Winnie apprend ce qui s'est passé, elle s'estime dégagée de toute obligation envers son mari. Scandalisée par son absence de remords, elle s'approche de lui en tenant à la main un couteau à découper : « M. Verloc n'en vit rien. Il était couché sur le dos et regardait en l'air. Il vit, en partie sur le plafond et en partie sur le mur, l'ombre en mouvement d'un bras terminé par une main serrée qui étreignait un couteau à découper. Cette ombre montait et descendait par intermittence. Ses mouvements n'étaient pas précipités. Ils n'étaient pas assez précipités pour empêcher M. Verloc de reconnaître le bras et l'arme. [...] Ils n'étaient pas assez précipités pour empêcher M. Verloc d'élaborer un plan de défense consistant à bondir derrière la table et à jeter cette femme à terre au moyen d'une lourde chaise de bois. Mais ils furent assez précipités pour ne pas la [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite de l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Les derniers événements

3-8 octobre 2019 France. Attentat terroriste à la Préfecture de police de Paris.

agent administratif dans les locaux de la Préfecture de police de Paris, avant d’être abattu. L’auteur des faits, Mickaël Harpon, était informaticien au service technique de la direction du Renseignement de la Préfecture de police. Le 4, le parquet national antiterroriste se saisit de l’affaire. Les premières investigations indiquent que Mickaël Harpon […] Lire la suite

20 août 2009 Royaume-Uni – Libye. Libération du responsable de l'attentat de Lockerbie

agent secret libyen Abdelbaset Ali Mohamed Al-Megrahi, condamné pour l'attentat de Lockerbie et détenu dans une prison de Glasgow (Écosse), est libéré par « compassion » pour raisons de santé – il est atteint d'un cancer en phase terminale – par la justice écossaise. Il avait été jugé seul responsable de l'attentat contre un Boeing-747 de la PanAm, […] Lire la suite

28 octobre 2005 États-Unis. Inculpation de Lewis Libby dans l'affaire Valerie Plame

agent secret. Sans être accusé d'avoir lui-même informé la presse, Lewis Libby est inculpé pour parjure et entrave à la justice. Il démissionne aussitôt.  […] Lire la suite

6 juillet 2005 États-Unis. Enquête sur l'auteur d'une fuite relative à l'identité d'un agent secret et procès de la presse

agent secret – ce qui constitue un crime fédéral. À cette date, le diplomate Joseph Wilson, chargé de vérifier l'information selon laquelle l'Irak aurait acquis de l'uranium enrichi au Niger – thèse soutenue par l'administration Bush –, infirmait cette accusation dans une tribune parue dans le New York Times. Peu après, la presse, citant des sources […] Lire la suite

13-28 août 2001 Maroc. Condamnation d'un ancien agent secret auteur de révélations sur l'affaire Ben Barka

Le 13, la police arrête Ahmed Boukhari, ancien agent des services secrets, après une « plainte pour chèques sans provision ». Celui-ci avait, à la fin de juillet, fait des révélations à la presse française et marocaine sur les circonstances de l'élimination de Mehdi Ben Barka, chef de l'opposition de gauche au roi Hassan II, disparu en octobre 1965 […] Lire la suite

Pour citer l’article

Sylvère MONOD, « L'AGENT SECRET, Joseph Conrad - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/l-agent-secret/