L'ÂGE D'OR, film de Luis Buñuel

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tristan, Yseult et le Divin Marquis

Ouverture sur une brève séquence de faux documentaire (sur les scorpions). Des bandits, en guenilles, désœuvrés, dans une cabane près d'une côte rocheuse ; ils ont à faire face à l'arrivée des Majorquins, foule composite d'officiels, de militaires, d'ecclésiastiques venus poser la première pierre d'un monument. En marge de la célébration, un couple s'enlace dans la boue ; on arrête l'homme, que l'on retrouve plus tard – après un détour par « Rome » (suite de plans montrant des actions étranges) –, entre deux policiers, tandis que la femme, chez elle, semble en communication télépathique avec lui. S'étant fait reconnaître comme un homme important, l'homme se rend à une soirée mondaine, où d'autres incidents incongrus se produisent. Il y retrouve la femme, mais leur élan réciproque ne cesse d'être empêché. Le film se conclut par une séquence reprenant la fin des 120 Journées de Sodome, de Sade.

autre :

autre

 

Crédits :

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle, directeur d'études, École des hautes études en sciences sociales

Classification

Pour citer l’article

Jacques AUMONT, « L'ÂGE D'OR, film de Luis Buñuel », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/l-age-d-or/