AFFICHE ROUGE L'

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les F.T.P.-M.O.I.

La tâche est particulièrement difficile et dangereuse. Dangereuse parce que stationnent en permanence dans la capitale d'importantes forces allemandes qui quadrillent les rues et, surtout, font pression sur la police française. Dangereuse aussi parce qu'à la Préfecture de police de Paris, les Renseignements généraux disposent de brigades spéciales (B.S.) anticommunistes, créées dès 1939, et qui connaissent fort bien le milieu communiste et ses formes d'organisation et d'action clandestines. Dangereuse enfin parce que ces B.S. pratiquent des méthodes de surveillance très professionnelles que des résistants jeunes et inexpérimentés ont bien du mal à contrecarrer.

Cette activité est aussi difficile. D'une part, les F.T.P.-M.O.I. ne disposent au départ d'à peu près aucun armement (sauf de petit calibre) et ne possèdent pas d'explosifs (sauf artisanaux). D'autre part, ils n'ont que très peu d'hommes aguerris, la plupart des recrues étant des jeunes (parfois très jeunes, âgés de 15 ou 16 ans), certes décidés à se venger des nazis, mais peu formés à respecter la dure loi de la lutte clandestine.

Le combat s'engage en juillet 1942. Il est mené par une organisation très structurée qui comprend :

– une direction constituée de trois responsables : un militaire (Holban, puis Manouchian), un politique et un technicien (armement) ;

– un service des cadres, qui sélectionne, réceptionne et contrôle les militants envoyés par les organisations politiques de la M.O.I. ;

– un service de renseignement, chargé de recueillir toute information susceptible d'aider à la préparation des opérations (repérage des objectifs, reconnaissance du terrain, etc.) ;

– un service technique, chargé de l'armement et de son transport ;

– un service sanitaire, destiné à soigner d'éventuels blessés ;

– quatre « détachements » de combattants. Le premier est formé de Juifs roumains, le second de Juifs polonais, le troisième d'Italiens et le quatrième, spécialisé dans les déraillements des trains, de Juifs hongrois et polonais (les « dérailleurs ») ;

– une « équi [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  AFFICHE ROUGE L'  » est également traité dans :

GRONOWSKI LOUIS (1904-1987)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 1 379 mots
  •  • 1 média

Communiste internationaliste, Louis Gronowski a été l'une des incarnations des révolutionnaires « sans patrie ni frontières » qui ont lutté pour le triomphe des principes marxistes. C'est dans cette perspective qu'il a joué un rôle majeur pendant la Seconde Guerre mondiale en qualité de premier responsable du triangle directeur de la Main-d'œuvre immigrée (MOI), engagée par le Parti communiste fr […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Yémen. Offensive contre Hodeida. 13-20 juin 2018

Le 13, la coalition menée depuis mars 2015 par l’Arabie Saoudite et les Émirats arabes unis contre la rébellion houthiste engage une offensive contre Hodeida, principal port du pays, sur la mer Rouge, par lequel transite la plus grande partie de l’approvisionnement du pays. Riyad affirme […] Lire la suite

Pour citer l’article

Stéphane COURTOIS, « AFFICHE ROUGE L' », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/l-affiche-rouge/