L'ACCUMULATION DU CAPITAL, Rosa LuxemburgFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Monnaie et plus-value

La production capitaliste a un coût, le capital engagé, qui alimente une partie de la demande : d'une part, la dépense en capital constant nourrit la demande de moyens de production ; d'autre part, la dépense en capital variable, c'est-à-dire l'achat de la force de travail, fournit au salarié le moyen d'acquérir des biens de consommation. L'excès de la valeur de la production sur son coût définit la plus-value. Mais d'où vient la demande solvable qui permet au capitaliste de réaliser cette plus-value si elle ne provient ni de la dépense engagée par les capitalistes, ni de la dépense des salariés ou des fonctionnaires ? Nécessairement du secteur non capitaliste, de la paysannerie, des colonies.

Pour étayer sa thèse, Rosa Luxemburg reprend les schémas de reproduction de Marx. Dans un premier temps, elle se place, comme Marx, dans la triple hypothèse où seules les marchandises circulent (pas de monnaie), où les capitalistes investissent la moitié de la plus-value et où la composition organique du capital (rapport entre capital constant et capital variable) est fixe. Dans ces conditions, elle montre que l'offre est égale à la demande pour les deux types de biens ; l'accumulation semble ne pas connaître de limite. Elle envisage ensuite que les capitalistes choisissent des techniques de production plus intensives en capital constant pour accroître le taux de plus-value. Elle montre alors qu'un déficit de moyens de production apparaît et que les biens de consommation sont invendables pour un même montant : ils ne peuvent être utilisés comme biens d'investissement, la plus-value incorporée dans ces biens de consommation ne peut être investie en nature. Pour être investie, cette plus-value doit préalablement être réalisée en monnaie. Les biens de consommation en question doivent donc être échangés avec un extérieur (à l'économie capitaliste).

Le raisonnement vise à mettre en évidence, dans le cadre du modèle de troc de Marx, une caractéristique de la plus-value, qu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  L'ACCUMULATION DU CAPITAL, Rosa Luxemburg  » est également traité dans :

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Marxisme

  • Écrit par 
  • Michel ROSIER
  •  • 6 832 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La reproduction élargie »  : […] Marx analyse la reproduction du capital pour déterminer les conditions auxquelles les capitaux trouvent de période en période les éléments productifs nécessaires pour reprendre leur activité à une échelle sans cesse plus grande. À titre pédagogique, il commence par la reproduction simple, où les capitalistes consomment tout leur profit. Puis il étudie la reproduction élargie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-marxisme/#i_29093

LUXEMBURG ROSA (1870-1919)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude KLEIN
  •  • 1 164 mots
  •  • 1 média

Née près de Lublin, en Pologne sous domination russe, Rosa Luxemburg est issue d'une famille de commerçants juifs de tradition libérale. Après des études au lycée de Varsovie, elle entre dès 1887 en relation avec des militants socialistes polonais. Obligée de passer à l'étranger à cause de son activité politique, elle s'installe à Zurich, où elle étudie l'économie politique et devient marxiste. Av […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rosa-luxemburg/#i_29093

Voir aussi

Pour citer l’article

Jérôme de BOYER, « L'ACCUMULATION DU CAPITAL, Rosa Luxemburg - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-accumulation-du-capital-rosa-luxemburg/