L'ABUSEUR DE SÉVILLE, Tirso de MolinaFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Aux origines du mythe

Quatre femmes séduites et abusées. Quatre lieux : Naples, Tarragone, Séville, Dos Hermanas. Deux techniques différentes pour parvenir à ses fins : quand il s'agit d'une femme noble, le galant supplante celui qu'elle aime ; s'il s'agit d'une femme du peuple, il lui promet le mariage. C'est ainsi que l'on a pu schématiser l'action dramatique de cette pièce, où de belles envolées lyriques s'intercalent dans le rythme entraînant des différents épisodes.

L'Abuseur de Séville se joue de l'honneur des hommes autant que de celui des femmes : or la honra, au xviie siècle, est un principe fondateur de l'ordre social. La personnalité de Don Juan a provoqué de multiples interprétations. Symbole de la virilité ou de l'homosexualité, de la sensualité toujours insatisfaite ou de la rébellion contre les contraintes sociales, immoraliste, pervers, sacrilège, image du diable, représentation du désir au sens psychanalytique du terme : quelle que soit la figure qu'il incarne, Don Juan demeure insaisissable. Il est à jamais le Burlador, celui qui ne se soumet à aucun interdit. À la différence pourtant du Dom Juan (1665) de Molière, Don Juan Tenorio n'est pas un libertin : il croit en Dieu, à sa façon.

Cette pièce fameuse ne doit pas être séparée d'une autre comedia de Tirso de Molina, Le Damné par manque de foi (1635), où Paulo, l'ermite, se damne parce qu'il doute de la miséricorde divine, à l'inverse de Don Juan Tenorio qui, péchant par excès de confiance, n'a plus le temps de se repentir. Les deux comedias font écho aux querelles contemporaines des théologiens sur le problème de la grâce et du libre arbitre.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite des Universités, membre correspondant de la Real Academia Española

Classification

Autres références

«  L'ABUSEUR DE SÉVILLE, Tirso de Molina  » est également traité dans :

DON JUAN

  • Écrit par 
  • Michel BERVEILLER
  •  • 5 639 mots

Dans le chapitre « Tirso de Molina. Un drame édifiant »  : […] Cette histoire, le frère Gabriel (qui signait Tirso de Molina pour le théâtre) l'a-t-il inventée de toutes pièces ? Il est certain (cf. l'ouvrage capital de Gendarme de Bevotte) qu'il a mis à profit, en les fusionnant, des traits puisés à diverses sources littéraires et folkloriques. Il est beaucoup moins sûr qu'il ait transposé, comme on l'a suggéré, le visage et les aventures de quelque libertin […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard SESÉ, « L'ABUSEUR DE SÉVILLE, Tirso de Molina - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/l-abuseur-de-seville/