SCHWITTERS KURT (1887-1948)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Poésure et Peintrie »

Deux ans après le lancement de Merz, Schwitters éprouve le besoin de souligner sa singularité, en consacrant la deuxième livraison de sa revue Merz (avril 1923) au concept de i. Selon lui, concept, matériau et œuvre d'art sont une seule et même chose. L'artiste choisit son œuvre au hasard dans la nature, il la distingue, la sélectionne, la distribue sur un support, sans la déformer ni l'arranger. Ainsi, Schwitters recueille dans une imprimerie des macules (feuilles de papier mal imprimées) et les encadre. Par son choix et par le cadrage qu'il lui procure, il souligne les qualités intrinsèques de l'objet : son rythme esthétique, sa valeur artistique. Si, selon la trop célèbre formule de Marcel Duchamp, « c'est le regardeur qui fait le tableau », pour Schwitters, c'est l'artiste lui-même qui repère l'objet et qui lui confère une valeur artistique. Qui décide ici, sinon celui qui se considère comme un artiste ?

À partir du concept de Merz, Schwitters cherche ainsi à réaliser un Gesamtkunstwerk, c'est-à-dire une œuvre d'art totale, qui engloberait tous les arts : peinture, poésie, sculpture, théâtre et architecture. Ce faisant, il s'oppose à la conception wagnérienne de la totalité que serait l'opéra. Pour lui, il s'agit d'introduire la confusion, d'effacer la frontière entre chaque discipline pour mieux exalter l'homme créateur. L'idéal eût été réalisé par le théâtre Merz (la scène, la salle, la représentation). Outre ses exposés théoriques, Schwitters a composé des pièces qui n'ont jamais été représentées de son vivant. De fait, tout ce qu'il a produit sous le nom de Merz représente cet idéal de l'art total, qu'il réalisa en lui-même et par lui-même. Seule manière d'atteindre à l'éternel.

Kurt Schwitters se voulant un artiste total, on n'est pas surpris de trouver dans ses écrits les mêmes caractéristiques que dans sa peinture, et réciproquement. C'est ce qu'il nommera plus tard (dans PIN) la peintrie ou la poésure. Anna Blume en est l'exemple parfait. « Oh toi [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle, fondateur du centre de recherches sur le surréalisme (université Paris-III, C.N.R.S.)

Classification


Autres références

«  SCHWITTERS KURT (1887-1948)  » est également traité dans :

ABSTRAITS DE HANOVRE

  • Écrit par 
  • Isabelle EWIG
  •  • 2 599 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Diversité des conceptions de l'art abstrait »  : […] L'absence de programme s'explique sans doute parce que, à la fondation du groupe, les artistes n'en étaient pas à leurs premiers essais, mais en pleine possession de leurs moyens, plastiques et théoriques. À l'exception de Jahns, tous se connaissaient depuis plusieurs années et partageaient certaines valeurs, si bien que 1927 ne produisit pas de véritable rupture dans leur évolution personnelle. A […] Lire la suite

AFFICHE

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 6 815 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les avant-gardes »  : […] L'art de l'affiche en vient à bouleverser le regard communément porté sur la représentation picturale. Ainsi, à partir de 1910, Braque et Picasso, attentifs à la réalité du quotidien, et en particulier aux trouvailles plastiques de l'affichage mural, inscrivent des lettres peintes au pochoir et introduisent des éléments de textes découpés dans des journaux et autres imprimés, directement sur la […] Lire la suite

BUCHHEISTER CARL (1890-1964)

  • Écrit par 
  • Lionel RICHARD
  •  • 1 048 mots

Carl Buchheister est né le 17 octobre 1890 à Hanovre, où ses parents avaient une boutique d'artisans. Après avoir obtenu son baccalauréat en 1910, il trouve un travail temporaire dans une maison de commerce de Brême. Voulant alors apprendre à dessiner, il suit dans cette ville des cours municipaux qui sont proposés, le soir, à l'École d'arts appliqués. En 1911-1912, après un nouveau travail tout […] Lire la suite

COLLAGE

  • Écrit par 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 2 227 mots

Dans le chapitre « Les papiers collés : un nouveau langage »  : […] « [...] un timbre-poste véritable, un morceau de journal quotidien, un morceau de toile cirée sur laquelle est imprimée la cannelure d'un siège. L'art du peintre n'ajouterait aucun élément pittoresque à la vérité de ces objets ». Lorsque Guillaume Apollinaire évoque en 1913 la Nature morte à la chaise cannée de Picasso (1912) , il rapporte la vérité picturale à la présence de l'objet rapporté da […] Lire la suite

COURRIER DADA, Raoul Hausmann - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marcella LISTA
  •  • 1 442 mots

Le 24 juin 1946, Raoul Hausmann (1886-1971) écrivait à son vieux compagnon de route Kurt Schwitters : « Je vais écrire une histoire de Dada en Allemagne. Il faut en finir avec tous les mensonges de Tzara, qu'il était le seul inventeur de Dada, de Ernst (Max) qu'il était l'inventeur du photomontage et ainsi de suite. » Courrier Dada , le recueil publié par Hausmann en 1958 à Paris, en langue franç […] Lire la suite

DADA

  • Écrit par 
  • Henri BEHAR, 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 5 736 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'objet dada »  : […] Qu 'il soit collage, assemblage, sculpture, ou ready-made, l'objet dada sape la notion d'œuvre d'art en premier lieu par son apparente trivialité. Ce sabotage repose sur l'adoption de procédés – recyclage, abandon de la conception au profit du hasard, accumulation anarchique – qui n'exclut cependant pas la sophistication, que celle-ci tende à l'épure ou au chaos. Peu après le retour de Huelsenbeck […] Lire la suite

GRAPHISME

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 7 442 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les avant-gardes constructivistes »  : […] En Allemagne, l'école du Bauhaus est fondée à Weimar, en 1919, avec pour objectif de rationaliser et de démocratiser l'ensemble des productions, de l'architecture à l'objet usuel, en passant par l'imprimé. En U.R.S.S., les artistes constructivistes, autour d'Alexandre Rodtchenko, de l'architecte Lazar El Lissitzky et du poète Vladimir Maïakovski, prônent également la cohérence formelle et la rech […] Lire la suite

HAPPENING

  • Écrit par 
  • François PLUCHART
  •  • 4 070 mots

Dans le chapitre « De la peinture à la mise en scène »  : […] Le happening est né d'une volonté d'échapper à la peinture, mais il est né de la peinture. Autour de 1955, et à peu près simultanément aux États-Unis et au Japon, des peintres ont éprouvé le besoin de transformer le tableau en un système dynamique et évolutif, notamment l' assemblage d'objets auquel, le premier sans doute, Allan Kaprow a donné le nom d'environnement. Ces œuvres composites sont l […] Lire la suite

INSTALLATION, art

  • Écrit par 
  • Bénédicte RAMADE
  •  • 3 499 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une mise en situation du spectateur et du lieu »  : […] Tous les auteurs s'accordent à situer la naissance de l'installation dans les années 1960, entre pop et minimal art. Elle est alors une œuvre d'hybridation des recherches artistiques de la décennie, dans le dessein d'offrir au spectateur une expérience de l'art différente. Les critiques de l'époque n'opèrent pas vraiment de distinction entre les termes « installation » et « environnement », alors […] Lire la suite

NON-ART

  • Écrit par 
  • Gilbert LASCAULT
  •  • 4 020 mots

Dans le chapitre « Saper le fondement de l'ordre esthétique »  : […] Pour entrer dans la région du non-art, les œuvres doivent contester, bouleverser au moins partiellement l'art existant. Elles mettent en évidence, en les critiquant, certains des caractères qui (parfois sans qu'on le sache) définissent l'art reconnu et admiré, l'art civique, traditionnel, approuvé par la classe dominante. Le plus fréquemment ces œuvres ne sont qu'en partie subversives et se confor […] Lire la suite

ŒUVRE D'ART TOTALE

  • Écrit par 
  • Philippe JUNOD
  •  • 8 393 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le processus de création »  : […] À l'idée de série est liée celle de genèse. Ainsi le cycle peint des Nymphéas ne constitue-t-il pas seulement des ensembles dans l'espace (la galerie Durand-Ruel ou le Jeu de Paume par exemple), mais également un processus dans la durée : son élaboration s'étendit sur une trentaine d'années, de 1895 à 1924. Le chantier de la Porte de l'Enfer , qui occupa Auguste Rodin (1840-1917) de 1880 à sa mor […] Lire la suite

TYPOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 6 588 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Vers une Nouvelle typographie »  : […] Au début des années 1920, les questions typographiques se posent avec acuité en Allemagne et en U.R.S.S., nations brisées par la guerre et les conflits civils et où la reconstruction est à l'ordre du jour. Le mouvement constructiviste, lancé à Moscou en 1921 par Alexander Rodtchenko (1891-1957), Vladimir Tatline (1885-1953), El Lissitzky (1890-1941) et le poète Vladimir Maïakovski (1893-1930), pr […] Lire la suite

Pour citer l’article

Henri BEHAR, « SCHWITTERS KURT - (1887-1948) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/kurt-schwitters/