KONJAKU MONOGATARI SHŪ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Intérêt documentaire et littéraire

La partie « bouddhique » du recueil intéresse au premier chef l'historien des religions, qui peut y trouver la somme des croyances, voire des superstitions de l'époque, sous une forme plus accessible au commun des fidèles que dans les écrits théologiques ; l'hypothèse a été avancée du reste, non sans vraisemblance, qu'il pouvait s'agir d'une sorte de corpus d'anecdotes édifiantes dans lequel puisaient les prédicateurs pour illustrer leurs sermons.

Depuis le début du xxe siècle, toutefois, la plupart de ceux qui ont étudié le Konjaku se sont attachés à montrer que son principal intérêt était dans le tableau qu'il présentait de la vie quotidienne, en un temps où seule la société courtoise trouvait place dans une littérature écrite par et pour l'aristocratie. Des réflexions incidentes sur le comportement étrange de telle ou telle classe sociale trahissent certes l'homme de cour, mais cette attitude de l'auteur est plus proche, avec deux siècles d'avance, de celle des épopées anonymes du xiiie que de l'ignorance systématique, faite de morgue ou de dédain, de ses contemporains ; dans le Dit du Genji (Genji monogatari) aussi bien que dans le Dit de magnificence (Eiga monogatari), les fonctionnaires provinciaux, les notables locaux sont au mieux des comparses traités avec une méprisante condescendance ; quant au petit peuple, il constitue une masse indistincte, que l'on tient à l'écart et dont le langage même est à peu près incompréhensible. Dans le Konjaku, ces ombres prennent vie et deviennent parfois les héros d'aventures qui révèlent en elles des êtres humains dignes d'intérêt.

Le style du récit, volontairement concis, d'un ton uniforme, s'écarte résolument des élégances à la mode ; les longues périodes savamment balancées, les métaphores fleuries, les digressions poétiques cèdent ici la place à la précision du mot juste, de l'épithète indispensable, en de courtes phrases où seules importent les nécessités du récit. Cette extrême simplicité des moyens, une sorte de fausse naïveté aussi qui révèle l [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification

Autres références

«  KONJAKU MONOGATARI SHU  » est également traité dans :

AKUTAGAWA RYŪNOSUKE (1892-1927)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS
  •  • 1 292 mots

Dans le chapitre « L'art du conteur »  : […] Écrit en septembre 1915, Rashōmon n'est qu'une nouvelle d'une dizaine de pages. Mais, dès les premières lignes, un maître de la langue s'y révèle en pleine possession de ses moyens. Il évoque un siècle lointain, rempli de guerres et de calamités : il lui suffit d'un décor, la porte Rashōmon, jadis un des lieux les plus animés de la capitale, maintenant délabrée sous la pluie, et d'un personnage a […] Lire la suite

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme japonais

  • Écrit par 
  • Jean-Noël ROBERT
  •  • 13 527 mots

Dans le chapitre « Les « setsuwa » »  : […] Les setsuwa sont littéralement des « contes [transmis par] récitation », consignés par écrit et rassemblés en recueils, le plus souvent par les soins de religieux, mais leur transmission orale avait pu s'effectuer dans des milieux fort divers, en partie populaires, car le caractère folklorique en est parfois très marqué. Si les premiers recueils furent rédigés dans le style sino-japonais savant ( […] Lire la suite

NOUVELLE

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE, 
  • Antonia FONYI
  •  • 5 206 mots

Dans le chapitre « Les recueils de nouvelles »  : […] Lorsque les nouvelles ne sont pas encadrées et restent autonomes, elles peuvent se présenter en vrac – c'est le cas le plus fréquent – ou s'organiser vaguement selon le contenu – c'est le cas du Konjaku monogatari  : plein de piété bouddhique et de souci prédicant, l'auteur, quel qu'il soit, de ce monument littéraire a réparti ses histoires par pays : l'Inde, la Chine, le Japon, et, dans chaque pa […] Lire la suite

Pour citer l’article

René SIEFFERT, « KONJAKU MONOGATARI SHŪ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/konjaku-monogatari-shu/