KONJAKU MONOGATARI SHŪ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Controverses sur l'auteur

L'Uji shūi monogatari (Complément aux contes d'Uji), recueil des environs de l'an 1200, rapporte que le dainagon (grand conseiller) Minamoto no Takakuni (1004-1077), retiré dans sa résidence d'Uji, au sud de Kyōto, invitait les voyageurs de passage et se faisait conter par eux les légendes des divers pays, qu'il consignait dans un gros livre. La description qui est donnée de ces Contes du grand conseiller d'Uji (Uji dainagon monogatari), dont divers documents attestent l'existence jusqu'au xive siècle, pourrait fort bien s'appliquer au Konjaku, et certains passages qui en sont cités se retrouvent effectivement dans ce dernier. On a donc longtemps admis qu'il s'agissait d'un seul et même ouvrage, et que le Dainagon en était l'auteur. Cette attribution a été remise en question par des philologues modernes qui ont relevé dans certains contes des allusions à des faits postérieurs à la mort de Takakuni ; l'argument n'est toutefois guère probant, car de tous les genres littéraires le conte est évidemment celui qui admet le plus aisément les additions. Plus sérieuse paraissait l'objection fondée sur la profonde connaissance de la doctrine bouddhique que révélait le texte ; or, en 1938, l'on retrouvait un livre de méditations religieuses, l'Anyōshū, rédigé par Takakuni à la fin de sa vie. Si le problème n'en est pas résolu pour autant, partisans et adversaires de celui-ci semblent dans l'ensemble admettre que la remarquable unité de style et d'inspiration du recueil plaide en faveur d'un auteur unique.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification

Autres références

«  KONJAKU MONOGATARI SHU  » est également traité dans :

AKUTAGAWA RYŪNOSUKE (1892-1927)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS
  •  • 1 292 mots

Dans le chapitre « L'art du conteur »  : […] Écrit en septembre 1915, Rashōmon n'est qu'une nouvelle d'une dizaine de pages. Mais, dès les premières lignes, un maître de la langue s'y révèle en pleine possession de ses moyens. Il évoque un siècle lointain, rempli de guerres et de calamités : il lui suffit d'un décor, la porte Rashōmon, jadis un des lieux les plus animés de la capitale, maintenant délabrée sous la pluie, et d'un personnage a […] Lire la suite

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme japonais

  • Écrit par 
  • Jean-Noël ROBERT
  •  • 13 527 mots

Dans le chapitre « Les « setsuwa » »  : […] Les setsuwa sont littéralement des « contes [transmis par] récitation », consignés par écrit et rassemblés en recueils, le plus souvent par les soins de religieux, mais leur transmission orale avait pu s'effectuer dans des milieux fort divers, en partie populaires, car le caractère folklorique en est parfois très marqué. Si les premiers recueils furent rédigés dans le style sino-japonais savant ( […] Lire la suite

NOUVELLE

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE, 
  • Antonia FONYI
  •  • 5 206 mots

Dans le chapitre « Les recueils de nouvelles »  : […] Lorsque les nouvelles ne sont pas encadrées et restent autonomes, elles peuvent se présenter en vrac – c'est le cas le plus fréquent – ou s'organiser vaguement selon le contenu – c'est le cas du Konjaku monogatari  : plein de piété bouddhique et de souci prédicant, l'auteur, quel qu'il soit, de ce monument littéraire a réparti ses histoires par pays : l'Inde, la Chine, le Japon, et, dans chaque pa […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

René SIEFFERT, « KONJAKU MONOGATARI SHŪ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/konjaku-monogatari-shu/