KOKIN-SHŪ (905), œuvre anonyme

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Première des vingt et une anthologies classiques du waka (poésie de langue japonaise), le Recueil [des waka] de jadis et naguère (Kokin [waka] shū, ou Kokin-shū) fut compilé en 905 sur l'ordre de l'empereur Daigo, par une commission de poètes présidée par Ki no Tsurayuki. Comme le Man.yō-shū, le Kokin-shū est divisé en vingt livres, mais il ne comprend que onze cents pièces, toutes des tanka (de 31 syllabes) à l'exception de cinq chōka (longs poèmes, dont l'un n'est d'ailleurs qu'une sorte de table des matières en vers rédigée par Tsurayuki) et quatre sedōka (5-7-7 / 5-7-7). À la différence du Man.yōshū, les préambules qui annoncent les poèmes sont en japonais et non plus en chinois. Les compilateurs s'étaient fait la part belle dans le recueil, et le seul Tsurayuki y figure pour 98 pièces, ce qui du reste est justice.

Contrairement au Man.yō-shū encore, la répartition des matières entre les vingt livres répond à un dessein rationnel, et les vingt anthologies postérieures la reprendront à quelques détails près ; les recueils privés eux-mêmes s'y conformeront de leur mieux : livres I à VI, les quatre saisons (I et II, printemps ; III, été ; IV et V, automne ; VI, hiver) ; livre VII, congratulations ; livre VIII, poèmes d'adieux ; livre IX, poèmes de voyages ; livre X, jeux de mots (ce genre disparaîtra par la suite) ; livres XI à XV, poèmes d'amour ; livre XVI, élégies funèbres ; livres XVII et XVIII, sujets divers ; livre XIX, formes diverses, chōka, sedōka, et aussi haikai (ne pas confondre avec le haïku de 17 syllabes), poèmes « de ton libre », de forme classique, mais n'observant pas les règles de la poésie noble ; livre XX, poèmes du Bureau de la poésie, pièces officielles et poèmes anonymes des provinces.

Dans l'ensemble, la poésie du Kokin-shū est plus habile et plus savante que celle du Man.yō-shū. Elle sait jouer des doubles sens, des métaphores, des oppositions ; elle pratique l'interrogation rhétorique, les recherches esthétiques savantes ; mais la poursuite des nuances subtiles se fait au dépens de la force et laisse prévoir déjà les défauts des recueils suivants : expression conventionnelle des sentiments, perfection formelle qui dégénérera en maniérisme, abus des allusions qui bientôt sombrera dans le poncif.

—  René SIEFFERT

Écrit par :

  • : professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification


Autres références

«  KOKIN-SHU (905), oeuvre anonyme  » est également traité dans :

ARIWARA NO NARIHIRA (825-880)

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT
  •  • 343 mots

Poète japonais, petit-fils d'empereurs par son père et par sa mère. On ne connaît guère de la vie de Narihira qu'une sèche récapitulation de son cursus honorum . Mais très tôt le personnage est entouré d'un halo légendaire qui fait de lui une sorte de héros de roman. L' Ise monogatari , compilation disparate de contes d'origines diverses, avait sans dout […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ariwara/#i_15355

JAPON (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS, 
  • Cécile SAKAI, 
  • René SIEFFERT
  •  • 20 416 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La formation des genres littéraires (IXe et Xe s.) »  : […] En 794, la cour abandonne Nara pour Heian-kyō, « cité de la Paix », l'actuel Kyōto, qui restera la capitale jusqu'en 1868. C'est le commencement de l'époque dite de Heian, qui s'achèvera avec la conquête du pouvoir par les Minamoto, fondateurs en 1185 du gouvernement militaire des shōgun , ou chefs de guerre. La culture de Heian, dont l'apogée se situe aux environs de l'an m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-la-litterature/#i_15355

KI NO TSURAYUKI (872 env.-945)

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT
  •  • 317 mots

Poète japonais, compilateur de la première anthologie officielle, le Recueil [ des waka ] de jadis et de naguère ( Kokin [ waka ] shū , 905), auteur du premier journal poétique ( uta nikki ) rédigé en langue japonaise. La célèbre préface qu'i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ki/#i_15355

LYRISME

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Jean-Michel MAULPOIX, 
  • Vincent MONTEIL, 
  • René SIEFFERT
  •  • 10 721 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le lyrisme japonais »  : […] En 1897, un groupe de jeunes poètes japonais publiait, sous le titre collectif de Jojō shi ( Poèmes lyriques ), un ensemble de recueils de poèmes, précédés de préambules où chacun des auteurs définissait sa propre conception du lyrisme, et d'où il ressortait que la poésie de forme nouvelle serait lyrique ou ne serait pas. L'épithète jojō […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lyrisme/#i_15355

Pour citer l’article

René SIEFFERT, « KOKIN-SHŪ (905), œuvre anonyme », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/kokin-shu-oeuvre-anonyme/