KOBAYASHI MASAKI (1916-1996)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En France, le nom du réalisateur japonais Kobayashi Masaki est essentiellement lié à deux films, qui connurent à leur sortie un certain succès et qui sont devenus des classiques : Harakiri (1963) et Kwaidan (1964), tous deux présents au festival de Cannes, où chacun obtint un prix spécial du jury. Pourtant, son œuvre principale demeure le monumental triptyque de La Condition de l'homme (1959-1961), où il évoque sa propre expérience de la guerre, liée à celle de l'écrivain Gomikawa Jumpei, dont le livre a inspiré le film, qui fut tardivement distribué en France.

Né en 1916 à Otaru (île de Hokkaidō), Kobayashi Masaki étudie l'art et la philosophie à la célèbre université Waseda (Tōkyō), avant d'entrer en 1941 à la société Shōchiku, où il devient assistant metteur en scène aux studios d'Ofuna. Appelé sous les armes en 1942, il passe deux ans en Mandchourie, où il sera fait prisonnier par les Américains en 1945. De retour au Japon en 1946, il rentre à la Cie Shōchiku, où il est notamment assistant du metteur en scène Kinoshita Keisuke, avec qui il collaborera pour certains scénarios. Mais ce n'est qu'en 1952 que la Tōhō Shōchiku lui permet de réaliser son premier film, La Jeunesse du fils (Musuko no Seishun), un mélodrame que suivit Le Cœur sincère (Magokoro). En 1953, il signe son premier film personnel, inspiré des carnets de notes des criminels de guerre nippons, La pièce aux murs épais (Kabe Atsuki Heya), dont le scénario est écrit par Abe Kōbō : la sortie du film sera bloquée jusqu'en 1957 par le président de la Shōchiku, qui cède aux pressions exercées par les autorités américaines.

Sans être lié précisément au Parti communiste japonais comme nombre de ses confrères, Kobayashi suit néanmoins le courant progressiste militant de l'époque, s'attaquant à la corruption du monde du base-ball, dans Je t'achèterai (Anata Kaimasu, 1956), et à celle engendrée par la présence des bases américaines, dans La Rivière noire (Kuroi Kawa, 1957) où il révèle le jeune acteur Nakadai Tatsuya. Celui-ci deviendra Kaji, le héros de sa fresque antiguerrière, La Condition de l'homme (Ningen no Joken), qui, en dehors de sa puissance expressive, restera comme le plus long film de fiction narrative classique du monde, avec ses trois parties et ses 9 h 45 de projection ! Kobayashi y dénonce violemment l'attitude répressive de l'armée impériale en Mandchourie tout en critiquant l'idéalisme de Kaji, qui finit par mourir dans les immensités neigeuses de la Sibérie. La première partie (Il n'y a pas de plus grand amour) obtint la coupe Pasinetti à la Mostra de Venise en 1960, et le film connut un succès public jamais démenti au Japon. Le réalisateur s'attaque ensuite au mythe des samouraïs et du code du bushido dans son film le plus célèbre à l'étranger, Harakiri (Seppuku), à travers le destin d'un « ronin » (samouraï sans maître) révolté contre l'autorité des seigneurs. Il lui donnera une suite en 1967, avec Rébellion (Jōi Uchi), moins réussi, où il oppose les deux acteurs mythiques du cinéma japonais, Nakadai Tatsuya et Mifune Toshirō. Mais déjà, le cinéma traditionnel entamait son déclin, et Kobayashi n'allait plus retrouver le succès qui était le sien, malgré le triomphe de l'esthétisme glacé dans Kwaidan, transposition de quatre contes fantastiques de Lafcadio Hearn

La Jeunesse du Japon ou Pavane pour un homme épuisé (Nihon no Seishun, 1968), adaptation d'un roman de Endō Shūsaku, qui soulignait les implications de l'industrie japonaise pendant la guerre du Vietnam, fut présentée à Cannes, mais sans obtenir l'accueil des films précédents. Suivit une série de films mineurs, où Kobayashi se laissait rattraper par les rapides changements sociaux du Japon : L'Auberge du mal (Inochi Bonifuro, 1970), Les Fossiles (Kaseki, 1975), où il reprenait le thème de Vivre de Kurosawa ; un film de commande tourné en Iran, L'Automne embrasé (1978), et La Maison sans table (1985). Il fit épisodiquement partie de la société Yonki no Kai (« Les Quatre Chevaliers ») – avec Kinoshita, Ichikawa et Kurosawa – dont le seul film effectivement réalisé fut Dodes'Kaden, de Kurosawa (1970). Son dernier film important reste Les Procès de Tokyo (Tōkyō no Saiban, 1983), montage impressionnant d'archives sur le sort des criminels de guerre nippons, d'où ne ressort pas clairement la culpabilité du Japon dans l [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  KOBAYASHI MASAKI (1916-1996)  » est également traité dans :

JAPON (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Hubert NIOGRET
  •  • 5 587 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le tournant »  : […] À la fin des années 1990, une page se tourne dans l'histoire du cinéma japonais. Trois cinéastes majeurs sont décédés : Masaki (dont la dernière grande création reste son seul film documentaire, Le Procès de Tōkyō [Tōkyō saiban ] , 1983 , remise en question du militarisme nippon), Kurosawa Akira (dont le magnifique Madadayo , 1993, sa dernière œuvre réalisée est à double titre testamentaire), e […] Lire la suite

Pour citer l’article

Max TESSIER, « KOBAYASHI MASAKI (1916-1996) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/kobayashi-masaki/