KIKUYU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Mau-Mau

Mau-Mau
Crédits : Hulton Getty

photographie

Jomo Kenyatta, 1963

Jomo Kenyatta, 1963
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie


Organisation sociale et politique

La société kikuyu était organisée selon plusieurs principes : la descendance, la territorialité, l'âge.

D'après la tradition, Kikuyu et Moombi eurent neuf filles, ancêtres des clans principaux. Au commencement prévalut la domination matriarcale. Les femmes se mirent à tyranniser les hommes qui se révoltèrent avec succès, profitant d'une période où la plupart d'entre elles étaient enceintes. Le système devint donc patriarcal et patrilinéaire.

Les clans se divisèrent en lignages définis par la propriété d'une terre. La responsabilité du lignage n'incombait pas d'office au plus âgé : le chef était choisi, à l'unanimité, pour sa sagesse, son tact, sa compétence en matières religieuses ; la vente d'une part de la terre lignagère ou sa cession temporaire à un « fermier » étaient subordonnées à son accord ; c'est lui qui officiait lors des cérémonies religieuses du lignage. Les familles étendues composant le lignage étaient soumises chacune à l'autorité de leur patriarche.

En marge de cette organisation fondée sur la descendance et la propriété terrienne, le pays kikuyu était divisé en unités géographiques : le rurongo, ou crête séparant deux vallées. Se traitaient au niveau de ces « crêtes » les affaires légales ou religieuses concernant tous les membres de la tribu vivant sur ce territoire, quelle que soit leur appartenance clanique. Les crêtes étaient dirigées par un conseil de neuf sages, présidé par un porte-parole auquel les colonisateurs attribuèrent plus d'autorité que ne le faisait la coutume : les Kikuyu n'avaient pas de chefs héréditaires, mais des responsables choisis pour leur compétence, et respectés pour cette raison. Les crêtes étaient divisées en unités plus petites comprenant elles-mêmes les villages. À chaque échelon, il existait un conseil des anciens. Lorsqu'une affaire concernait des habitants de crêtes différentes, un conseil spécial était constitué pour cette occasion.

Les Kikuyu avaient donc un système de direction décentralisé, efficace et démocratique. Les Anglais ont renforcé l'autorité du porte-parole du conseil d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  KIKUYU  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean DERIVE, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Michel LABAN
  •  • 16 604 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Littératures d'Afrique anglophone »  : […] Le prix Nobel décerné en 1986 à l'écrivain nigérian Wole Soyinka a certainement contribué à la reconnaissance internationale de l'excellence des littératures africaines, et en particulier de la vitalité de celles d'Afrique anglophone, longtemps éclipsées par le bruit fait autour de la négritude. En effet, l'Afrique anglophone, peut-être plus pragmatique, s'était d'abord manifestée par la plume d'h […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-noire-culture-et-societe-litteratures/#i_31725

DÉCOLONISATION

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON
  •  • 7 273 mots
  •  • 33 médias

Dans le chapitre « La décolonisation de l'Empire britannique »  : […] Très tôt convaincus que l'Asie allait revenir aux Asiatiques, les Britanniques furent les premiers Européens à se résigner à la décolonisation. L'émancipation de l' Inde avait été vainement demandée depuis la fin du xix e  siècle par l'Indian Congress, le parti du Congrès. Mais celui-ci devint, dans l'entre-deux-guerres, un puissant mouvement nationaliste de masse que les Britanniques divisèrent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decolonisation/#i_31725

INITIATION

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 7 138 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Rites de séparation »  : […] Tout d'abord, l'enfant est séparé du groupe des femmes ; élevé jusqu'ici par sa mère, on le lui arrache souvent sous la forme d'un rapt violent. Les mères se lamentent, comme si leur enfant était mort. Il s'agit bien en fait d'une mort symbolique : le futur initié est censé avoir été avalé par un monstre, qui le dégorgera ensuite, ou tué par lui ; la grotte où il est conduit est la bouche du mons […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/initiation/#i_31725

KENYA

  • Écrit par 
  • Bernard CALAS, 
  • Denis Constant MARTIN, 
  • Marie-Christine MARTIN, 
  • Hervé MAUPEU
  •  • 12 133 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'impossible reproduction du contrat social de l'ère Kenyatta »  : […] L'équilibre politique construit par Jomo Kenyatta reposait sur des éléments structurels dont le président Moi ne put jouer ou qui disparurent durant sa période au pouvoir. Kenyatta jouissait d'une popularité et d'une légitimité dans l'ensemble du pays. Pour autant, son influence nationale s'appuyait sur son incontestable hégémonie sur les Kikuyu. En effet, depuis les années 1930, il était reconnu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kenya/#i_31725

KENYATTA JOMO (1893 env.-1978)

  • Écrit par 
  • Denis Constant MARTIN
  •  • 1 002 mots
  •  • 2 médias

Né à la fin du xix e siècle, près de Gatundu, en pays kikuyu, Jomo Kenyatta suit en 1909 l'enseignement d'une mission. Vers 1919, il s'installe à Nairobi et, en 1922, est employé par la municipalité au service des Eaux. Sa connaissance de l'anglais, du swahili (langue véhiculaire de l'Afrique orientale) et du kikuyu (sa langue maternelle) le conduit à faire des traductions pour la Kikuyu Central […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jomo-kenyatta/#i_31725

POSTCOLONIALES LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Jean-Louis JOUBERT
  •  • 8 468 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le choix de la langue »  : […] Dans les années 1960 et 1970 un débat divise les écrivains africains concernant l'utilisation de la langue anglaise, accusée de véhiculer une culture impérialiste. Certains, à l'est du continent, prônent alors l'usage du swahili, langue véhiculaire dans leur région. Ngugi wa Thiong'o va pousser à l'extrême la logique du refus en renonçant pour un temps à l'anglais dans lequel il a écrit ses chefs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litteratures-postcoloniales/#i_31725

TRIBALISME

  • Écrit par 
  • Jean COPANS
  •  • 4 410 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les luttes nationalistes »  : […] On a vu qu'il existait un tribalisme originel de défense et de résistance. Le tribalisme des luttes anticoloniales en tant qu'instrument politique de mobilisation volontaire est tout à fait différent. C'est un tribalisme complexe qui joue sur deux registres : ses moyens sont indéniablement tribaux, mais ses objectifs ne le sont plus du tout. C'est cette contradiction qui explique à la fois le succ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tribalisme/#i_31725

Pour citer l’article

Jacques MAQUET, « KIKUYU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/kikuyu/