KEYNÉSIANISME

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Keynésianisme

  • Écrit par 
  • Olivier BROSSARD
  •  • 8 210 mots

John Maynard Keynes n'a jamais cessé de souligner que le libre jeu des marchés et de la concurrence ne conduit pas forcément à une situation économique satisfaisante (voir par exemple l'article « The End of Laissez-faire », publié en 1926). Les conceptions keynésiennes de la politique économique sont fondées sur ce principe premier. Elles se distinguent cependant des autres doctrines favorables à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-keynesianisme/#i_34430

L'ACCUMULATION DU CAPITAL, Joan Violet Robinson - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 1 007 mots
  •  • 1 média

En 1956, la Britannique Joan Violet Robinson (1903-1983) est une figure marquante du courant keynésien. Depuis l'article de John Hicks en 1937 qui, en cherchant à amalgamer keynésianisme et théorie néo-classique, a conduit au célèbre modèle IS-LM, la réflexion des économistes a porté sur les moyens de concilier ou de dépasser dans tous les domaines de l'économie les divergences entre ces deux ap […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-accumulation-du-capital-joan-violet-robinson/#i_34430

AFTALION ALBERT (1874-1956)

  • Écrit par 
  • Guy CAIRE
  •  • 195 mots

Né en Bulgarie, mort à Genève, Aftalion a enseigné successivement aux universités de Lille et de Paris. On lui doit une œuvre abondante et plusieurs contributions importantes à la théorie économique moderne. Dans son ouvrage Les Crises périodiques de surproduction (1913), il montre comment celles-ci sont les conséquences non de phénomènes monétaires mais de l'inertie du marc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-aftalion/#i_34430

BEVERIDGE WILLIAM HENRY (1879-1963)

  • Écrit par 
  • André TUNC
  •  • 774 mots
  •  • 1 média

Après des études à Oxford, Beveridge est nommé, à vingt-quatre ans, sous-directeur d'un foyer londonien à but philanthropique ; bientôt il dirige les services officiels de chômage et de placement. Ces activités l'amènent à se pencher sur le problème de l'emploi. Nommé directeur de la London School of Economics and Political Science en 1919, puis élu master de University Coll […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-henry-beveridge/#i_34430

CHÔMAGE - Politiques de l'emploi

  • Écrit par 
  • Christine ERHEL
  •  • 7 266 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Approches keynésiennes »  : […] Les approches keynésiennes sont également mobilisées pour l'analyse des politiques de l'emploi, mais ne constituent pas l'approche dominante dans ce champ. Elles soulignent l'impact positif direct et indirect de ces politiques sur l'emploi (via leur impact sur la demande globale) et le rôle des conditions de financement des mesures. En particulier, elles mettent en avant l'idée que les mesures so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chomage-politiques-de-l-emploi/#i_34430

CONSOMMATION - Dépenses de consommation

  • Écrit par 
  • Nicolas HERPIN, 
  • Daniel VERGER
  •  • 5 716 mots

Dans le chapitre « Le partage du revenu entre la consommation et l'épargne »  : […] Au sein même de la seule communauté des économistes, l'analyse de la consommation fait débat. Le clivage principal a longtemps opposé les keynésiens et les monétaristes quant à la nature du revenu qui détermine la consommation des ménages. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/consommation-depenses-de-consommation/#i_34430

CYCLES ÉCONOMIQUES

  • Écrit par 
  • Denis CLERC
  •  • 4 002 mots

Dans le chapitre « Le rôle de la politique économique »  : […] Pour ceux qui s'inscrivent dans la tradition keynésienne, comme Jean-Paul Fitoussi en France, Joseph Stiglitz ou Paul Krugman aux États-Unis (ces deux derniers ayant reçu le prix Nobel d'économie, en 2001 et 2008, respectivement), les cycles courts sont le résultat de politiques économiques inadaptées. Cette lignée de pensée, reprenant les apports de Paul Samuelson (lauréat du prix Nobel d'écono […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cycles-economiques/#i_34430

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 8 716 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La révolution keynésienne »  : […] Keynes (1930, A Treatise on Money ; 1936, Théorie générale de l'emploi, l'intérêt et la monnaie ), élève de Marshall, propose de changer de perspective. Selon Keynes, marshalliens et ricardiens commettent l'erreur commune de raisonner sur un niveau de revenu d'équilibre donné et ne se distinguent qu'à propos de l'analyse de la répartition de ce revenu. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-les-grands-courants/#i_34430

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Théorie néo-classique

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 2 836 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Faiblesses et retour en force du cadre néoclassique »  : […] Malgré un succès réel au début du xx e  siècle, la théorie néoclassique souffre de deux faiblesses. Premièrement, si elle démontre de façon très rigoureuse sur le plan mathématique l'existence d'un équilibre, elle est incapable de décrire le mécanisme dynamique qui permet de l'atteindre. Walras imagine un « commissaire-priseur » , personnage hypot […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-theorie-neo-classique/#i_34430

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Monétarisme

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 1 551 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Monétarisme moderne et courbe de Phillips »  : […] Si Bodin ou Ricardo fondaient leur point de vue sur un raisonnement purement logique, les monétaristes contemporains s'appuient sur l'histoire économique récente pour défendre leur vision du libéralisme et combattre les thèses keynésiennes. Théoricien le plus représentatif du monétarisme, Milton Friedman (1912-2006) a étudié l'évolution des prix et la quantité de monnaie en circulation aux États- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-monetarisme/#i_34430

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - Économie

  • Écrit par 
  • Nacima BARON, 
  • Sabine LE BAYON
  •  • 8 405 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Un éphémère plan de relance keynésienne »  : […] Signe que l’état d’esprit des Espagnols est marqué par l’incertitude sur l’avenir, le taux d’épargne des ménages bondit (18 p. 100 des revenus). Mais le gouvernement ne veut pas accentuer les comportements baissiers. Dans les médias, il s’interdit d’utiliser le terme crise, préférant des euphémismes tels que « décélération » ou « atterrissage ». Dans le courant de l'année 2009, à la suite d'autre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-le-territoire-et-les-hommes-economie/#i_34430

FRONT POPULAIRE

  • Écrit par 
  • Serge BERSTEIN
  •  • 4 921 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'agonie du Front populaire (juin 1937-novembre 1938) »  : […] Le changement de cap du Front populaire puis la crise qui aboutit à sa disparition en novembre 1938 se déroulent selon un processus en trois étapes. Tout d'abord, les deux ministères du radical Camille Chautemps se succèdent de juin 1937 à mars 1938. Le premier (juin 1937-janvier 1938) se présente comme un gouvernement de Front populaire à direction radicale avec participation socialiste, Léon Bl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/front-populaire/#i_34430

GALBRAITH JOHN KENNETH (1908-2006)

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 875 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un économiste critique  »  : […] Professeur à Harvard de 1948 à 1971, il s'installe en Nouvelle-Angleterre où il cultive un style de vie très « Angleterre ancienne », affichant un certain détachement, tout en maintenant dans les rapports humains une permanente politesse. Jusqu'à la fin, il dénoncera ce qu'il considère comme les deux erreurs que ne doivent pas commettre dans leur vie les économistes : la première est de se laisser […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-kenneth-galbraith/#i_34430

IMPÔT - Politique fiscale

  • Écrit par 
  • Jean-Marie MONNIER
  •  • 7 258 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'impôt ou l'emprunt ? »  : […] L'introduction de critères contraignants en période de tensions sur les finances publiques a renforcé l'acuité de la contrainte budgétaire. Or, pour financer les dépenses publiques, emprunts et prélèvements obligatoires sont partiellement substituables, ce qui pose la question des déterminants de l'arbitrage entre ces deux modes de financement. Dans les débats récents, la question de l'équité int […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/impot-politique-fiscale/#i_34430

INFLATION

  • Écrit par 
  • Jacques LE CACHEUX
  •  • 8 602 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La courbe de Phillips et la relation inflation-chômage »  : […] Alors que l'inflation s'affichait partout, la théorie macroéconomique dominante au cours des deux décennies de l'après-guerre, la théorie keynésienne, ignorait ostensiblement les variations de prix en raisonnant dans des modèles à prix fixes, ce qui troublait même ses plus ardents défenseurs. La découverte, à la fin des années 1950 par un économiste australien, d'une relation inverse stable à lo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inflation/#i_34430

M. KEYNES ET LES " CLASSIQUES ": PROPOSITION D'UNE INTERPRÉTATION, John R. Hicks - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Sébastien LENFANT
  •  • 1 236 mots
  •  • 1 média

Dès sa parution en 1936, la Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie de John Maynard Keynes fait l'objet de lectures plurielles dont le but est de modéliser les traits essentiels de l'ouvrage et d'engager une comparaison avec le modèle « classique » (au sens de Keynes, c'est-à-dire d'Adam Smith à Arthur Cecil Pigou). Centrée sur la notion de préférence po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/m-keynes-et-les-classiques-proposition-d-une-interpretation/#i_34430

LIQUIDITY PREFERENCE AS BEHAVIOR TOWARDS RISK, James Tobin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Gunther CAPELLE-BLANCARD
  •  • 1 415 mots

Dans le chapitre « Du « tout ou rien » à la diversification financière »  : […] L'ambition première de l'article de Tobin est de proposer des fondements théoriques robustes au principe de « préférence pour la liquidité », proposée par John Maynard Keynes. Bien qu’il soit un keynésien convaincu, Tobin admet que ce principe – qui veut que les individus ne se séparent de leurs liquidités que dans l’espoir d’obtenir un revenu supplémentaire – repose sur deux hypothèses restrictiv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liquidity-preference-as-behavior-towards-risk/#i_34430

LUCAS ROBERT EMERSON Jr. (1937- )

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 848 mots

La pensée libérale est très souvent mise à l'honneur par les cinq membres du jury de l'Académie royale des sciences de Suède. Après Friedrich August von Hayek (1974), Milton Friedman (1976), George Stigler (1982), James Buchanan Jr. (1986) et Gary Becker (1992), Robert E. Lucas Jr. , professeur à l'université de Chicago, a reçu en 1995 la récompense suprême dans le monde des économistes : le prix […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-emerson-lucas/#i_34430

MACROÉCONOMIE - Théorie macroéconomique

  • Écrit par 
  • Edmond MALINVAUD
  •  • 8 114 mots

Dans le chapitre « Investigations macro et microéconométriques sur l'épargne des ménages »  : […] Le recours à l'économétrie a été massif, en symbiose avec l'affinement des conceptualisations théoriques. Il est notable aussi qu'une partie des recherches a porté sur les fondements microéconomiques et sur les agrégations sous-jacentes aux lois de comportement figurant dans les modèles macroéconomiques. À titre d'exemple, nous allons considérer la fonction de consommation inscrite dans le modèle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/macroeconomie-theorie-macroeconomique/#i_34430

MACROÉCONOMIE - Emploi

  • Écrit par 
  • Bernard GAZIER
  •  • 9 587 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Macroéconomie de l'emploi : prix ou quantités ? »  : […] La mise en évidence et en question des conséquences d'un tel raisonnement transposé à l'échelle d'un pays et la contestation par John Maynard Keynes de sa logique sous-jacente ont donné naissance à la macroéconomie. Les grands débats qu'a suscités la crise de 1929 ont opposé les partisans du retour à une supposée loi du marché dont on se serait peu à peu écarté, prescrivant alors des baisses de sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/macroeconomie-emploi/#i_34430

MACROÉCONOMIE - Politique économique

  • Écrit par 
  • Antoine d' AUTUME
  •  • 4 871 mots

Dans le chapitre « La place des politiques macroéconomiques »  : […] Les frontières entre les trois objectifs de Musgrave sont poreuses, comme l'ont bien montré les développements, tant théoriques que pratiques, des dernières décennies. Les politiques macroéconomiques sont inséparables du contexte microéconomique dans lequel elles s'inscrivent. Leurs objectifs ont trait à la situation des agents individuels. Leurs mécanismes mettent en jeu les comportements de ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/macroeconomie-politique-economique/#i_34430

MEADE JAMES EDWARD (1907-1995)

  • Écrit par 
  • Gabriel POULALION
  •  • 926 mots

Né le 23 juin 1907 à Swanage, en Angleterre, James Edward Meade suit des études littéraires à Oxford, puis des études économiques à Cambridge (Grande-Bretagne), universités dont il est diplômé ( master of arts ) en 1928 et 1930, respectivement. Cette double formation universitaire lui vaut d'être élu fellow à Hertford College d'Oxford, où il enseigne de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-edward-meade/#i_34430

MODIGLIANI FRANCO (1918-2003)

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 706 mots

Né à Rome en 1918, Franco Modigliani s'est fait connaître très jeune, en 1944, par un article sur la théorie de Keynes qui a lancé la controverse sur le rôle essentiel de la préférence pour la liquidité. Fidèle au keynésianisme, il a pris part, en tant que chef de file, à la polémique des années 1950 et 1960 entre monétaristes et keynésiens, aux côtés de Paul Samuelson, James Tobin et Lawrence Kl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/franco-modigliani/#i_34430

MUSGRAVE RICHARD (1910-2007)

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 929 mots

Économiste spécialisé dans ce qu'il est convenu d'appeler l'économie publique, Richard Abel Musgrave est né le 14 décembre 1910 à Koenigstein, en Allemagne, dans les environs de Francfort. Après avoir commencé des études supérieures à l'université de Munich, il rejoint Heidelberg. En 1933, il postule pour les universités américaines afin de diversifier sa formation et surtout de fuir le régime na […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-musgrave/#i_34430

NOUVELLE ÉCOLE CLASSIQUE (N.E.C.), économie

  • Écrit par 
  • François LANGOT
  •  • 2 414 mots

Dans le chapitre « De la révolution keynésienne à la contre-révolution des nouveaux classiques »  : […] La révolution keynésienne est née de l'impuissance de la théorie classique à expliquer la dépression des années 1930. À l'époque de la grande dépression, John Maynard Keynes juge la théorie classique incapable d'expliquer l'ampleur des niveaux de chômage et inapte à formuler des recommandations simples de politique économique. Avec la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nouvelle-ecole-classique-n-e-c-economie/#i_34430

ROBINSON JOAN VIOLET (1903-1983)

  • Écrit par 
  • Jean-Luc GAFFARD
  •  • 1 437 mots
  •  • 1 média

Les années de l'entre-deux-guerres ont pu être qualifiées d'années de la haute théorie, tant cette période de stagnation et de crise a été cruciale pour le renouvellement de la pensée économique dans tous les domaines, qu'il s'agisse de la théorie de la valeur, de l'analyse monétaire ou de la compréhension du mécanisme des cycles et de la croissance. À ce renouvellement est associé le nom de Joan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joan-violet-robinson/#i_34430

SAMUELSON PAUL ANTHONY (1915-2009)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 018 mots

Chercheur, pédagogue, conseiller de hautes autorités financières et politiques, Samuelson a rempli avec succès toutes ces fonctions et gagné une notoriété qui dépasse le cercle des spécialistes de l'économie. Les nouveaux outils méthodologiques et l'inventivité théorique qu'il a appliqués à ses multiples travaux font de lui l'un des plus grands maîtres de la science économique contemporaine. Né le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-anthony-samuelson/#i_34430

SOCIALISME - Social-démocratie

  • Écrit par 
  • Philippe MARLIÈRE
  •  • 10 049 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Compromis et synthèse sociaux-démocrates »  : […] Avec le début de la guerre froide, le combat anticapitaliste des décennies précédentes est abandonné au profit de politiques résolument réformistes. La renaissance de la social-démocratie dans l'après-guerre repose sur le recours à un État interventionniste. Le keynésianisme fournit le cadre intellectuel qui manquait encore à une social-démocratie débarrassée du marxisme. Des politiques économiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/socialisme-social-democratie/#i_34430

STAGFLATION

  • Écrit par 
  • Jean-Paul HUET
  •  • 776 mots

Situation économique caractérisée par un ralentissement du rythme de croissance de la production et une augmentation du chômage, alors que la hausse des prix se poursuit ou s'accélère, la stagflation a touché à des degrés divers, dans les années 1970, aussi bien les États-Unis et le Japon que la plupart des pays européens. Elle a été particulièrement évidente en France où à partir de 1964 le march […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stagflation/#i_34430

STIGLITZ JOSEPH (1943- )

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 1 093 mots

Dans le chapitre « Chantre du néo-keynésianisme »  : […] Il naît en 1943 à Gary, dans l'Indiana, une ville sinistrée par le déclin de ses activités industrielles. Son père, Nat, a vendu des contrats d'assurance jusqu'à plus de quatre-vingt-dix ans, tandis que sa mère enseignait l'anglais aux immigrants. Après sa licence au Amherst College, il obtient une bourse pour préparer son doctorat (1967) au Massachusetts Institute of Technology (M.I.T.). Ses proj […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-stiglitz/#i_34430

TAUX D'INTÉRÊT

  • Écrit par 
  • Virginie COUDERT
  •  • 5 489 mots

Dans le chapitre « L'approche keynésienne du taux d'intérêt nominal »  : […] Dans la théorie keynésienne, c'est le taux d'intérêt nominal qui est le plus important, et le taux d'intérêt réel n'en est qu'une résultante. Les ménages décident par précaution d'allouer une partie de leur revenu à l'épargne, sans prendre en compte le niveau du taux d'intérêt. Ils cherchent ensuite des placements sûrs, qui leur permettent d'en disposer le moment voulu. Dans cette recherche, ils […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/taux-d-interet/#i_34430

TOBIN JAMES (1918-2002)

  • Écrit par 
  • Bruno JETIN
  •  • 1 107 mots

Né en 1918 à Champaign (Illinois, États-Unis) et mort le 11 mars 2002 à New Haven (Connecticut), James Tobin explique sa passion pour l'économie par le souvenir de la grande dépression qui l'a profondément marqué durant son enfance. D'où sa volonté de mettre la réflexion théorique au service de la politique économique afin de lutter contre la pauvreté par la croissance et le plein-emploi. Étudian […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-tobin/#i_34430

YELLEN JANET (1946- )

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 903 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Keynésienne et proche du parti démocrate »  : […] Pour Janet Yellen, souvent présentée, avec Angela Merkel, la chancelière allemande, comme l’une des deux femmes les plus puissantes de la planète, cette nomination est le couronnement d’une longue carrière d’économiste. Janet Yellen est née le 13 août 1946 à New York, dans une famille dont les ancêtres ont fui la Pologne et ses pogroms. En 1971, elle obtient un doctorat (Ph D) en économie à l’univ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/janet-yellen/#i_34430