GOERDELER KARL FRIEDRICH (1884-1945)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après des études de droit à Tübingen et à Königsberg, Goerdeler entre en 1911 dans l'administration communale. Maire de Königsberg (1922), puis de Leipzig (1930), il se révèle un grand administrateur et un excellent organisateur, notamment dans le domaine économique. Sceptique envers le régime parlementaire, il était membre du Parti national allemand. En décembre 1931, le chancelier Brüning fait appel à lui pour assurer la charge de Reichskommissar (commissaire du Reich) pour les prix.

À l'avènement de Hitler, Goerdeler accorde sa confiance aux nouveaux dirigeants sans adhérer au parti et accepte de collaborer avec les nazis. Hitler le nomme à nouveau commissaire du Reich aux prix le 5 novembre 1934. Mais Goerdeler ne tarde pas à reconnaître l'incompatibilité entre ses idées d'un État constitutionnel libéral et les thèses du national-socialisme. Il quitte son commissariat en juillet 1935 ; deux ans plus tard, il est obligé d'abandonner sa charge de maire de Leipzig.

Devenu conseiller financier de la Stuttgart Company, que dirige l'industriel antinazi Robert Bosch, Goerdeler entreprend de nombreux voyages à l'étranger ; il y noue des relations grâce auxquelles il va devenir bientôt le pivot central du mouvement de la résistance au nazisme. Sa personnalité, assez énigmatique, s'impose si impérieusement que les conjurés, discutant de l'éventualité d'un changement de régime, le désignent comme futur chancelier du Reich. Mais si Goerdeler fait preuve d'une volonté puissante, il n'a en revanche aucun sens des réalités. De 1941 à 1943, tandis que les résistants de tous horizons rongent leur frein, Goerdeler, lui, rédige d'interminables mémorandums, élabore des projets de constitution, organise le futur gouvernement qu'il substitue déjà en esprit à celui de Hitler... Pour se concilier d'autres chefs de l'antinazisme et malgré ses opinions conservatrices aussi rigides que sa personne, il adopte en partie leur programme politique de gauche.

Par ses amis à l'étranger il tente d'obtenir des Alliés l'assur [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

André BRISSAUD, « GOERDELER KARL FRIEDRICH - (1884-1945) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-friedrich-goerdeler/